PDA

Voir la version complète : Renault met le turbo


nassim
10/02/2006, 00h32
Le patron de Renault, Carlos Ghosn, a fait son show aujourd'hui, une démonstration de force en guise de signal à la concurrence. Objectif annoncé : lancer 26 modèles et atteindre une marge opérationnelle de 6% d'ici 2009.

Pas sûr que les marques allemandes soient contentes de lire ce genre d'annonce. Elles vont sans doute mettre à jour leur stratégie.

===
Renault met le turbo en remodelant sa gamme, pas de réduction d'effectifs

Neuf mois après son arrivée à la tête du groupe, la feuille de route de M. Ghosn était très attendue, tant par les marchés que par des salariés inquiets. Mais malgré des objectifs ambitieux, elle n'a pas donné lieu à d'annonces spectaculaires.

"Ce dont Renault a besoin aujourd'hui, ce n'est pas de restructuration mais de croissance", a affirmé le PDG. Mais il a prévenu que "la réussite" de son plan était "indispensable pour éviter la restructuration de l'appareil industriel". Il n'a "pas pour l'instant" de "projet de réduction d'effectifs" mais va "contenir leur évolution".

La CFE-CGC a salué un "plan mobilisateur" qui "va rassurer les salariés" et la CFDT s'est dite "confiante". Mais la CGT a estimé qu'il allait entraîner une "forte pression" sur les salariés.

Entre 1.000 et 2.000 salariés ont manifesté devant le siège à Boulogne-Billancourt pour dénoncer les conséquences sociales de ce plan.

Malgré un bénéfice net record de 3,367 milliards d'euros pour 2005 (+18,7%) grâce aux contributions de Nissan et Volvo (Stockholm: VOLVB.ST - actualité) , le groupe a accusé un recul de 37,4% de son bénéfice opérationnel à 1,323 milliard d'euros.

Face à cette "fragilité (qui) peut conduire à une situation dangereuse", M. Ghosn a détaillé une série de mesures visant notamment à faire de Renault "le constructeur généraliste européen le plus rentable", avec une marge opérationnelle de 6% en 2009 contre 3,2% en 2005.

Or, en 2006, cette marge baissera encore à 2,5%, en raison de la hausse prévue des coûts des matières premières et d'une féroce compétition sur le marché européen, a-t-il averti.

Pour donner un second souffle à Renault, confronté à un déclin des ventes en Europe en 2005, le "plan Ghosn" prévoit le lancement de 26 modèles d'ici 2009, une offensive présentée comme "inédite" dans l'histoire du constructeur.

Cela passe par la déclinaison de modèles existants, en particulier dans le haut de gamme avec la nouvelle Laguna en 2007, mais aussi par la conquête de nouveaux créneaux lucratifs - SUV (Sport Utility Vehicle) et 4x4 notamment.

M. Ghosn veut ainsi augmenter les ventes de 800.000 voitures d'ici 2009, soit un tiers de plus que les quelque 2,5 millions de 2005. Sur ces 800.000, "jusqu'à la moitié" seront des modèles à bas coûts Logan, a-t-on précisé dans son entourage.

Pour la Formule 1, le PDG ne s'est pas clairement engagé au-delà de 2007.

L'amélioration de la rentabilité passe aussi par de nouvelles économies, une grande spécialité de M. Ghosn, réputé pour être un "cost killer".

Renault compte mettre en place un programme en 3 ans prévoyant notamment une baisse de ses coûts d'achat de 14% et de ceux de fabrication de 12%. Le taux d'utilisation des capacités de production devrait passer de 60% en 2005 à 75% en 2009.

Plusieurs analystes ont salué ce plan. "Les objectifs de rentabilité sont très bons", a notamment dit Marc Gouget, analyste automobile chez Natexis Bleichroeder, en saluant aussi l'élargissement annoncé de la gamme.

Après avoir baissé jeudi matin jusqu'à près de 5%, l'action a terminé en hausse de 0,99% à 76,40 euros à la Bourse de Paris, la déception initiale provoquée par la rentabilité laissant place aux espoirs de redressement.

Par AFP

zek
10/02/2006, 11h47
Bonjour, Nassim, est-ce que les syndicats le laisseront faire, car ne pas restructurer Renault tout en gardant les effectifs, est-ce bien raisonable, ne l'appelle-t-on pas Cost Killer ?

Produire 26 modeles supplementaires et augmenter la marge est un defi, lorsque l'on sait que la concurence fait rage et que de nouveau pays emergents se lance dans la construction automobile, apres tout il est du metier, ce n'est pas un enarque ancien chef de cabinet parachute qui n'y connait rien, faisons lui confiance. :)

Cookies