PDA

Voir la version complète : Les Excuses du Jyllands Posten


safyo
10/02/2006, 15h53
Excuses datant du Mercredi 8 Février 2006

Citoyens musulmans,
Permettez-moi, tout d’abord, d’affirmer que notre journal, Jyllands Posten, croit en la liberté d’appartenance religieuse et la valorise, soutient la démocratie et respecte tout individu. Nous nous excusons pour le grand malentendu généré par la publication des caricatures qui ont présenté le Prophète Mohamed (QSSSL) et nourri des sentiments belliqueux à l’égard du Danemark ainsi que des appels au boycott des produits danois. Et là, permettez-moi d’apporter certaines clarifications dans l’espoir de dissiper le malentendu. Jyllands Posten a publié le 30 septembre 2005 12 caricatures du Prophète Mohamed (QSSSL) dessinées par 12 caricaturistes danois.
Il est d’une importance capitale de préciser que ces caricatures ne visaient nullement à porter atteinte à la personne du Prophète (QSSSL) ni à diminuer de sa valeur, mais elles étaient proposées comme préambule à un dialogue sur la liberté d’expression dont nous sommes fiers dans notre pays.
Cependant, nous n’avons, à aucun moment, réalisé l’extrême sensibilité des musulmans vivant au Danemark et celle des millions de musulmans à travers le monde face à cette question. La publication de ces caricatures ne transgresse aucune loi danoise relative à la liberté de la presse et celle d’expression.
Cependant, ces caricatures ont manifestement porté atteinte à des millions de musulmans à travers le monde et c’est pour cette raison que nous présentons aujourd’hui nos excuses et nos profonds regrets pour ce qui vient de se produire et qui n’était nullement dans l’intention du journal, lequel a été lauréat du Prix d’excellence de la Commission européenne à la suite de la publication d’une série d’articles dans son supplément spécial consacré à la cohabitation pacifique, au respect mutuel entre Danois et toutes les autres minorités vivant au Danemark. Beaucoup de sujets abordés dans ce supplément étaient consacrés, de façon positive, à l’Islam et aux musulmans.
Ce qui s’est produit après, en fait, c’est la publication et la diffusion dans le monde musulman de caricatures intentionnellement blasphématoires contre l’Islam et son Prophète Mohamed (QSSSL). Ces caricatures n’ont aucun rapport avec notre journal ni avec nous, et nous en sommes innocents, car elles n’ont jamais été publiées dans les pages du Jyllands Posten. Nous avons toujours veillé et insisté sur l’éthique basée sur le respect des principes. C’est pour cette raison que nous exprimons notre profond regret pour l’amalgame entretenu entre nous et ces caricatures tendancieuses.
Concernant les 12 caricatures publiées par notre journal, certaines s’expliquent par un malentendu dû à des différences culturelles et nous ne préférons pas une culture par rapport à une autre. Ces caricatures ont donc été présentées comme une campagne féroce que nous aurions engagée contre les musulmans au Danemark et à travers le monde. Nous rejetons cette approche et la condamnons, car nous croyons en la liberté de toutes les religions et sacralisons la liberté des individus dans l’exercice de leurs cultes religieux. Nous n’avons jamais pensé et nous ne pensons jamais porter atteinte ou agresser une quelconque religion. Nous regrettons le fait d’avoir été mal compris et affirmons que l’objectif n’a jamais été d’attenter à quiconque.
Et dans une tentative sincère, de notre part, de dissiper ce malentendu, nous avons tenu une série de réunions avec les représentants de la communauté musulmane au Danemark. Ces rencontres ont été positives et le dialogue fructueux. Nous visons, et par tout moyen, à consolider les liens avec les musulmans du Danemark.
Notre espérons, au sein de notre journal, que se réalise la cohabitation pacifique entre les peuples et que règne l’esprit de dialogue avec les musulmans danois.
Enfin, permettez-moi, au nom du journal Jyllands Posten, de présenter mes excuses pour tout ce qui s’est produit et d’affirmer ma totale désapprobation de tout acte visant à porter atteinte à toute religion, toute nationalité et à tout peuple. J’espère qu’ainsi j’aurais dissipé le malentendu. Que Dieu vous aide !

Meilleurs sentiments

Carsten Juste
Rédacteur en chef de Jyllands Posten

Pour ma part , les excuses sont largement acceptés .

A l'humanité alors :4:

zek
10/02/2006, 16h45
Trop tard, les politiciens et l'elite les accepteront peut-etre mais pour les masses ces excuses passeront inapercu.

BeeHive
10/02/2006, 18h04
---
OSLO (Reuters) - Le rédacteur en chef du quotidien norvégien impliqué dans l'affaire des caricatures de Mahomet a présenté ses excuses publiques à la communauté musulmane.

Vebjoern Selbekk avait initialement justifié la publication de ces caricatures, dans l'édition du 10 janvier de son quotidien, Magazinet, au nom de la liberté d'expression.

Dans une conférence de presse vendredi, il a tenu à "'adresser personnellement à la communauté musulmane" pour dire à quel point il regrettait que ses "sentiments religieux aient été blessés".

"Nous n'avons jamais eu l'intention de blesser qui que ce soit", a-t-il poursuivi. "Je n'avais pas pleinement saisi à quel point la publication de ces reproductions était blessante et j'aimerais aujourd'hui présenter mes excuses."

Selbekk est l'un des premiers responsables de presse à avoir décidé de reproduire les caricatures du prophète d'abord publiées en septembre par le quotidien danois Jyllands-Posten.

Ces dessins de Mahomet, un blasphème pour la communauté musulmane, ont déclenché une vague de colère dans le monde musulman.

En Syrie, les ambassades de Norvège et du Danemark ont été incendiées le week-end dernier par des milliers de manifestants tandis qu'en Afghanistan des troupes norvégiennes ont été prises violemment à partie.

Selbekk dit avoir reçu une vingtaine de menaces de mort.

Le Conseil musulman de Norvège s'est félicité de ses excuses et a annoncé qu'il était désormais placé sous sa protection. "Quiconque touchera à lui, touchera à nous", a dit Mohammed Hamdan, président de l'organisme représentatif des musulmans du royaume, qui participait à cette conférence de presse organisée par le ministère du Travail et de l'Intégration sociale.

"Notre prophète Mahomet a dit que tout le monde pouvait commettre des erreurs mais que le meilleur est celui qui exprime des regrets et demande pardon", a ajouté Hamdan.

(c) http://fr.news.yahoo.com/10022006/290/caricatures-de-mahomet-excuses-publiques-du-quotidien-norvegien.html
---

Bravo Hamdan, la Norvège peut dormir tranquille maintenant, des fois on a l'impression de vivre dans un autre monde :mrgreen:

safyo
10/02/2006, 18h10
Gageons que tu te trompe cette fois ci

J'ai tiré ceci du Quizz sur l'Islam et déposé par Thiziry

10- Lorsqu'un bedouin se mit à uriner dans la mosquée devant tout le monde, qu'ordonna le Prophète http://img273.echo.cx/img273/5950/123ht13vt.gif aux compagnons ?

a) de jeter des pierres sur cet homme pour qu'il arrête
b) de laisser cet homme finir d'uriner puis de nettoyer l'endroit
c) de couper la tête de cet homme !

Gageons que tu trompe . :4:

Harrachi78
10/02/2006, 19h16
Mouais, j'éstime que c'est suffisant ou du moins correcte. J'imagine bien que c'es gens ne se doutaient pas de ce que cela pouvait représenter pour les musulmans de par leur éducation et leur culture qui diffère grandement de la notre. Ca arrive et l'incident est donc clos à mes yeux avec ces excuses claires et nettes.

Cela dit, vu toute la ***** et le bruit que cette affaire causa à travers le monde il n'est plus possible d'imaginer que quelqu'un -en Orient ou en Occident- puisse ne pas connaitre désormais la nature du problème. Donc, il va de soit que toute atteinte à la personne du Saint Prophète dans l'avenir ne peut être qu'une provocation gratuite et consciente sans le moindre doute possible.

auscasa
10/02/2006, 21h22
Provocations sans limites : le journal danois récidive, et propose des caricatures sur le génocide nazi

La fabrique de haine entre les peuples, démarrée avec la publication de caricatures racistes contre les musulmans et les Arabes, a connu un nouveau développement mercredi.

Le patron du quotidien danois Jyllens-Posten, premier à publier des dessins présentant le prophète Mahomet en chef de bande terroriste fournissant des femmes vierges à ses tueurs, a en effet publiquement déclaré qu’il s’apprêtait maintenant à publier des caricatures se moquant des millions de Juifs victimes du génocide nazi pendant la seconde guerre mondiale.

Disposant décidemment d’une bien large liberté d’expression, Flemming Rose, le directeur du Jyllens-Posten, a déclaré sur la grande chaîne de télévision américaine CNN qu’il était en contact avec le journal iranien Hamshari, un torchon publié à Téhéran, et qui avait lancé la veille un « concours » auprès de ses lecteurs, pour la réalisation de dessins « humoristiques » sur le génocide hitlérien.
Cette initiative se voulant une « riposte » aux dessins anti-musulmans, publiés dans l’intervalle par une série de torchons, dont plusieurs en France, comme France-Soir et Charlie-Hebdo, aux applaudissements des éléments les plus provocateurs de la classe politique française, Nicolas Racaille-Sarkozy et le forcené pro-israélien Claude Goasguen par exemple. Tous ces hypocrites ont justifié la publication au nom « du droit de critique des religions », et surtout de la « liberté d’expression ».

On verra bien maintenant s’ils suivent leur ami danois Flemming Rose.
Au cours de l’émission American Morning de CNN, Flemming a déclaré : « Mon journal essaie d’établir le contact avec le quotidien iranien, et nous envisageons de publier les caricatures le même jour qu’eux ».
Quant à la première publication, celle des dessins suant de haine pour les Arabes, Flemming ne la regrette pas, et il s’en justifie de la manière suivante, qui est tout un symbole : « Non, je ne regrette pas ce que j’ai fait. Je pense que cette question, c’est comme demander à une femme violée si elle ne regrette pas d’être allée en mini-jupe dans une boîte de nuit un samedi soir. Dans notre culture, si vous portez une mini-jupe, cela ne veut pas forcément dire que vous êtes prête à coucher avec n’importe qui. C’est pareil avec les caricatures : vous vous moquez d’une religion, de ses représentants, mais cela n’implique pas que vous cherchez à humilier, dénigrer ou stigmatiser une religion ».

Pour ce monsieur, et la myriade de médias et commentateurs qui ont pris fait et cause pour lui (journaux comme le Monde, commentateurs bien payés et bien calés dans leurs fauteuils, hommes politiques), « c’est cela le journalisme ». Et tant pis pour les dizaines de manifestants musulmans tombés sous les balles de leurs propres gouvernements, du Soudan à l’Afghanistan grâce à leurs provocations ; tant pis aussi pour les journalistes honnêtes, ceux qui essaient de travailler sur le terrain, en Irak ou ailleurs, pour raconter les événements autrement qu’avec les communiqués gouvernementaux, et dont les conditions d’exercice sont invariablement rendues plus difficiles. Mais c’est bien cela que recherchent nos voyous, n’est ce pas ?

Par : CAPJPO-Europalestine

auscasa
10/02/2006, 21h26
ok apres ces declarations et apres juste quelque heur meme pas des jours ou des mois le journal a dit que c'etais un faute et qu'il va pas publier ces caricature :) biensur tu peus jouer avec les musilman mais pas avec les sioniste c'est trop dangereux

STOCKHOLM CORRESPONDANCE

Tension et confusion. Le quotidien danois Jyllands-Posten, qui avait diffusé le 30 septembre 2005 les douze caricatures de Mahomet, se débat dans une crise profonde. Flemming Rose, rédacteur en chef de la section culturelle du journal, désormais célèbre pour avoir commandé et hébergé dans ses pages les dessins satiriques, a été mis d’office, jeudi 9 février, en congé à durée indéterminée, après avoir été "soumis à une pression inhumaine".

Cette mise à pied intervient dans un contexte d’extrême confusion. Interrogé sur la chaîne américaine CNN à propos du concours iranien de caricatures sur la Shoah, Flemming Rose avait laissé entendre qu’il pourrait prendre contact avec le journal iranien afin d’en publier les caricatures. Le directeur de la rédaction de Jyllands-Posten, Carsten Juste, qui tient à calmer le jeu, a dû réagir immédiatement en démentant son rédacteur en chef. "C’est une erreur de jugement", a écrit Carsten Juste.

Flemming Rose s’est excusé dans la foulée. M. Juste a également dû préciser que Jyllands-Posten ne publiera pas ce week-end, contrairement à ce que Flemming Rose avait annoncé sur une chaîne danoise, des caricatures antichrétiennes et antisémites, pour "équilibrer" l’effet produit par les caricatures de Mahomet. Là encore, la reprise en main a été immédiate, donnant un écho supplémentaire à la révélation du journal Politiken selon lequel Jyllands-Posten avait refusé, en 2003, de publier des caricatures sur la Résurrection de Jésus, au prétexte que celles-ci allaient "provoquer un tollé".

"Nous sommes dans une situation où Jyllands-Posten, surtout au regard des médias internationaux, est devenu une histoire en soi, et où chaque agissement est interprété en fonction du conflit", explique M. Juste pour justifier ces rappels à l’ordre. Ainsi en est-il d’une lettre de Jyllands-Posten que certains journaux, au moins en Algérie comme La Tribune, ont publié jeudi.
"MANQUE DE JUGEMENT"

Dans cette lettre "aux musulmans du monde entier", envoyée le 7 février par le biais des ambassades danoises, Carsten Juste présente à nouveau les excuses du journal : "Nous nous excusons pour le grand malentendu provoqué par la publication des caricatures". Interrogé plus tard pour savoir si cette lettre indiquait un changement de ligne du journal, Carsten Juste - qui terminait sa lettre par "Que Dieu vous aide !" - a affirmé que rien n’avait changé : le journal s’excuse pour l’offense, mais pas pour la publication elle-même.
Afin d’éviter ces malentendus, le journal diffuse depuis mercredi un dossier en plusieurs langues, dont le français, sur son site Internet (www.jp.dk). Carsten Juste lui-même, qui y parle de ses dilemmes, est sous pression depuis que Uffe Ellemann-Jensen, un ancien ministre des affaires étrangères du Parti libéral, a exigé sa démission pour son manque de jugement, puisqu’il a avoué ne pas avoir anticipé les réactions musulmanes.
Olivier Truc Article paru dans l’édition du 11.02.06

GAbdelkader
10/02/2006, 21h45
Je crois qu'ils sont tombes dans le piege tendu par les iraniens! Et ils ont decouvert les limites de la liberte d'expression !

Cookies