PDA

Voir la version complète : Le vrai prix de la guerre en Irak


zek
10/02/2006, 15h56
Bonjour, a moyen et long terme le deficit risque d'exploser, en effet il faut aussi calculer ce qu'auraient rapporter toutes ces ressources financieres si elles avaient ete investi dans d'autre secteurs economiques, les 1 ou deux points de croissance en moins dans le futur font parti du vrai prix de la guerre.

Dans la vie, les choses les plus importantes, comme la vie elle-même, n’ont pas de prix. Mais cela ne signifie pas que les questions impliquant la préservation de la vie (ou d’un mode de vie), comme la défense, ne doivent pas être passées au crible de l’analyse économique froide et rigoureuse.

Peu avant la guerre d’Irak actuelle, lorsque Larry Lindsey, l’économiste de l’administration Bush, a suggéré que les coûts pourraient se situer entre 100 et 200 milliards de dollars, d’autres fonctionnaires haut placés ont rapidement élevé des objections. Par exemple, le directeur du Budget et du Management, Mitch Daniels, estimait quant à lui ce chiffre à 60 milliards de dollars. Il apparaît aujourd’hui que les estimations de Lindsey étaient grossièrement sous-estimées.

Inquiet à l’idée que l’administration Bush puisse être en train de berner tout le monde sur le coût de la guerre en Irak, comme elle l’a déjà fait sur les armes de destruction massive et sur ses liens avec Al Qaida, je me suis associé à Linda Bilmes, experte du budget à Harvard, pour examiner le problème. Même nous, qui sommes opposés à la guerre, avons été atterrés par ce que nous avons découvert : nos estimations, de modestes à modérées, varient d’un peu moins d’un billion de dollars à plus de 2 billions.

Notre analyse commence avec les 500 milliards de dollars dont parle ouvertement le Bureau budgétaire du Congrès, ce qui reste dix fois supérieur à ce qu’avait annoncé l’administration quant au coût de la guerre. Son estimation est erronée à ce point car les chiffres annoncés ne comprennent même pas la totalité des coûts budgétaires pour le gouvernement. Et les coûts budgétaires ne représentent qu’une fraction des coûts de l’économie entière.

L’administration Bush a, par exemple, fait tout ce qu’elle pouvait pour cacher le grand nombre de vétérans qui sont revenus gravement blessés : 16 000 pour l’instant, dont plus ou moins 20% souffrant de graves blessures au cerveau et à la tête. Rien de surprenant par conséquent que son chiffre de 500 milliards de dollars ignore les incapacités et les coûts de santé pour des vies entières que le gouvernement devra payer au cours des prochaines années.

L’administration ne veut pas non plus regarder en face les problèmes de recrutement militaire et de maintien des troupes. La conséquence est le paiement de gros bonus à ceux qui s’engagent à nouveau, davantage d’allocations et des coûts de recrutement plus élevés : une augmentation de 20% rien qu’entre 2003 et 2005. En outre, la guerre use considérablement les équipements, dont il faudra remplacer une partie.

Ces coûts budgétaires (sans tenir compte des intérêts) se montent à 652 milliards de dollars pour nos estimations les plus modestes, et à 799 milliards de dollars pour nos estimations modérées. On peut supposer que comme le gouvernement n’a ni réduit d’autres dépenses, ni augmenté les impôts, ces dépenses ont été financées par la dette, et le coût des intérêts de cette dette ajoute de 98 autres milliards de dollars (estimation modeste) à 385 milliards de dollars (modérée) aux coûts budgétaires.
La suite,,,
http://www.lequotidien-oran.com/quot3385/actualite.htm

Aures
11/02/2006, 11h10
Bonjour,
je trouve sa un peux trop gonfle pour la Guerre en Irak, s'est pas plutôt le budget Militaire de toute l'armes US?
http://nationalpriorities.org/index.php?option=com_wrapper&Itemid=182

matoub1
11/02/2006, 12h19
Le budget de l'armée et le cout de la guerre dépasse largement les 1000 milliards de dollars ..
Montant qui suffit largement pour éliminer la famine en Afrique ...

Cookies