PDA

Voir la version complète : Choc des civilisations ou choc des incultures


nassim
10/02/2006, 22h28
Hassane Zerrouky use de nouveau de son pragmatisme habituel loin des passions. Il pose les bonnes questions et dénonce la démagogie des leaders religieux musulmans, qui, hier, n'avaient pas jugés utile de dénoncer les crimes commis en Algérie par les terroristes intégristes, et qui aujourd'hui, manipulent les masses pour de médiocres caricatures faites par de médiocres racistes.

===
Choc des civilisations ou choc des incultures

“Où étaient nombre de ces dirigeants lorsque des femmes et des enfants se faisaient massacrer au nom de l’Islam ? On ne les a pas entendus dénoncer avec force ce qui s’est passé en Algérie (…) La frilosité des hiérarques musulmans, par le passé, leur complicité de facto par le silence ont conduit au fait que des illuminés, des exaltés, des criminels soient les premiers à défigurer le visage de l’Islam et celui du Prophète”, s’interrogeait Ghaleb Bencheikh, exégète de l’Islam à propos des réactions suscitées par les caricatures publiées par un journal de la droite conservatrice danoise ? Ajoutant : “Si nous sommes arrivés à cette situation où des gens brocardent nos croyances, c’est parce que nous avons contribué à les banaliser.” Effectivement, entre 1991 et 1998, quand des groupes islamistes massacraient en Algérie femmes, enfants, hommes, égorgeaient et brûlaient leurs victimes comme ce fut le cas à Larbâa, la “rue arabe” proche-orientale était bien silencieuse.

A l’époque, dans la plupart des mosquées du Proche-Orient, soit on priait pour la victoire des “moudjahidine” algériens contre le “pouvoir impie” et ses alliés, soit on ne prenait pas partie et on se réfugiait dans un silence coupable. A Beyrouth, Damas, Amman et, tenez-vous bien, à Baghdad en 2004, malgré les attentats-suicides décimant des civils irakiens, il y avait des gens qui ne croyaient pas aux crimes du GIA et m’affirmaient avec un aplomb déroutant, qu’ils étaient l’œuvre de militaires manipulés par l’Occident, voire par le sionisme ! Il n’y avait pas qu’en France qu’on pratiquait le “qui-tue-qui ?” ! Dans ces pays dits “frères”, rares étaient ceux qui dénonçaient l’islamisme radical algérien. Rares étaient les manifestations de solidarité avec une Algérie faisant face à la pire entreprise criminelle depuis son indépendance.

Plus généralement, même quand Ben Laden avait revendiqué les attentats du 11 septembre 2001, on n’a pas entendu ces théologiens musulmans condamner ses propos. Ils ont plutôt expliqué que les attentats contre le World Trade Center ne pouvaient être que l’œuvre du sionisme international pour discréditer l’Islam et dénaturer son message ! Si ces “alims”, docteurs de la foi, s’étaient opposés de manière déterminée au terrorisme islamiste, peut-être que l’Islam serait mieux respecté dans le monde. Or, dans leur majorité, à commencer par El Qaradhawi, El Bez, El Albany, ils ne l’ont pas fait. Ils se sont réfugiés dans un silence assourdissant quand ils n’ont pas ouvertement soutenu le “djihad” du GIA et de la Qaïda ! Comment dès lors s’étonner que l’image du musulman, croyant ou pas, soit tout simplement caricaturée dans cet Occident dit “impie” ?

En vérité, la vraie question est de savoir qui des caricaturistes danois ou des groupes islamistes armés, salit l’Islam ? Quant aux manifestations de solidarité exprimées, au nom de la liberté d’expression, par certains médias français avec le journal conservateur danois ayant publié les caricatures en question, elles sont pour le moins surprenantes. Car ces mêmes médias n’ont pas réagi avec autant de vigueur quand des journalistes algériens étaient la cible des islamistes ou contre les atteintes à la liberté de la presse et l’emprisonnement de Mohamed Benchicou. En fait, autour de cette histoire de caricatures, on assiste de part et d’autre à une nette volonté de substituer le religieux au politique et de réduire tout conflit à une guerre de religion. Islam contre Occident pour les uns, le Bien contre le Mal — christianisme contre Islam — pour les autres. Autrement dit, on veut nous faire croire que ces caricatures et les réactions indignées qu’elles ont suscitées ne sont en dernière analyse qu’une illustration de ce choc des civilisations annoncé par Samuel Hutington. De plus, comme le souligne Ghaleb Bencheikh, “il n’y a de choc que des incultures et des ignorants”.

Par Hassane Zerrouky - Le Soir d'Algérie

zwina
10/02/2006, 22h31
Fin analyste ce Zerrouky et certainement pas un ignorant lui...........

joandemilan
10/02/2006, 23h55
Le point de vue de Hassane ZERROUKY, pour ce qui concerne les stratégies de certains religieux à l'égard de l'Islam considéré comme levier de pouvoir, avec l'application du principe que la fin justifie les moyens, rejoint pleinement ce que pensent la plupart des européens sur certaines ambiguités de l'Islam dans sa pratique.

Ce qui porte sur le Bled regarde essentiellement les algériens, même si cela ne nous laisse pas indifférent; par contre après la maladie de la vache folle, de la grippe aviaire, on ne voudrait pas avoir à connaître "la maladie des ardents" dont certains islamistes sont porteurs et contagieux.

Un vrai croyant n'est jamais excessif puisqu'il est en phase permanente avec Dieu. Ce que nous craignons ce sont ceux qui se croient investis par Dieu pour le commencement de l'Apocalypse; de pauvres et braves types à qui on tire les ficelles comme à un pantin.

Question à cent balles. Y a-t-il au Bled beaucoup de types aussi courageux et lucides que Zerrouky ?

Sanfoor
11/02/2006, 00h16
Au-dela de l'attitude de "certains religieux", les exces constates ici et la dans quelques pays arabes devrait faire l'objet d'un reel debat. Apres tout, c'est a l'Etat de faire la police et non aux religieux.

A ce propos, je vous invite a lire cet extrait d'une excellente enquetes publiee dans le NY Times

"Sari Hanafi, an associate professor at the American University in Beirut, said that for Arab governments resentful of the Western push for democracy, the protests presented an opportunity to undercut the appeal of the West to Arab citizens. The freedom pushed by the West, they seemed to say, brought with it disrespect for Islam.

He said the demonstrations "started as a visceral reaction — of course they were offended — and then you had regimes taking advantage saying, 'Look, this is the democracy they're talking about.' "

The protests also allowed governments to outflank a growing challenge from Islamic opposition movements by defending Islam."

L'integralite de l'article : http://www.nytimes.com/2006/02/09/international/middleeast/09cartoon.html?ex=1140238800&en=a6fc4bdcdae9acc5&ei=5070&emc=eta1

Gharib38
11/02/2006, 18h06
joandemilan a ecrit:
rejoint pleinement ce que pensent la plupart des européens sur certaines "ambiguités de l'Islam dans sa pratique."

Nous devons expliquer nos ambiguités??????

algerois16
11/02/2006, 20h58
Oui Hassane, encore une ! (chronique)
Je pose justes des questions pas très intelligentes, mais qui me gratte la tête quand même...
- Et alors ? doit-on (nous autres algériens) choisir un camp en particulier ?
- Qui doit défendre l'Islam ? El-Qardaoui ? El-Albani (RA) ? leur appartient-il ?
- Comment devons-nous réagir face aux caricatures ?
Souvenons-nous, durant les années noires en Algérie, avec notre passeport "salade" on passait avec les bagages dans les aéoroports, on était (est) assimilés comme terroristes...

Oui, l'Islam n'est pas défendu, me diriez-vous, l'Islam a son Dieu qui le défend, certe. Et nous ? Doit-on attendre la "rue Arabe", les "alimes" pour le défendre ? Que chacun nettoie devant sa porte et le "s'hine sera bien propre !

Aller, Hassane, ne ramène pas tout sur l'Algérie... on parle de la religion qui sera la seule à être acceptée...

pico
11/02/2006, 21h09
Aller, Hassane, ne ramène pas tout sur l'Algérie... on parle de la religion qui sera la seule à être acceptée...

En fait Hassane Zerrouky soulève un serieux paradoxe dans notre comportement:
Mobilisation mondiale contre un dessin VS mutisme mondiale (sous entend monde musulman) sur des messacres de bébés!

Bachi
11/02/2006, 21h33
En vérité, la vraie question est de savoir qui des caricaturistes danois ou des groupes islamistes armés, salit l’Islam ?

Cette question, en plus d'être mal posée, n'est pas aussi fondamentale, car il n'y a pas de parallèle entre le terrorisme assassin des islamistes et cet excès de liberté d'expression dont ont usé les caricaturistes.
Le terrorisme intégriste a été fichtrement plus cruel envrs des musulmans.
Il a évidemment terni l'image de l'Islam, censé avant tout être une religion de paix et d'évolution, non de destruction.
Les caricaturistes, quant à eux, essentiellement dans leur rôle, ont joué à la provocation et trouvé malheureusement à nourrir les frustrations de nos exaltés.
Sà'il y a vraiment salissage de l'Islam, ce n'est pas du fait de ces obscurs carricaturistes, mais plutôt de la réaction de violence de nos nervis va-t-en-guerre.



les réactions indignées qu’elles ont suscitées ne sont en dernière analyse qu’une illustration de ce choc des civilisations annoncé par Samuel Hutington. De plus, comme le souligne Ghaleb Bencheikh, “il n’y a de choc que des incultures et des ignorants”.


Bingo !
Ignorances sur toute la ligne.

Gironimoo
12/02/2006, 12h36
ça commence vraiment a peser cette histoire de caricatures ça commence même a être tout simplement ridicule je doute même que ça soit la soit disant « offense » faite au prophète qui entretien cette colère je croie tout simplement qu’ils aiment ça les feux de joie et les démonstrations de rue … ça doit changer de l'ordinaire ... Les caricatures ont bien été publiées au Danemark non et de sur croix par un journal libre et indépendant (ces mots on toutes leur signification dans ce pays) de quel droit un quelconque pays imposerai a ce pays ce qu’il doit publier ou pas dans sa presse nationale sous prétexte que c’est non conforme a une religion qui n'est meme pas celle de ce pays. Et pourquoi pas lui imposer une constitution tant qu’on y’est
C’est aux musulmans qui vivent au Danemark de s’adapter aux Danemark pas le contraire, sinon ils peuvent toujours intenter une action en justice !
Enfin, on n’est pas tenu de respecter une quelconque religion que ce soit, le musulman a le droit au respect en tant que personne, chacun est libre de se moquer, critiquer, rire, caricaturer … sur la religion et si les adeptes de cette religion trouve cela choquant, offensant, haram, triste, scandaleux … et bien ils sont tout aussi libres eux de se boucher les oreilles, fermer les yeux, regarder ailleurs, partir ailleurs, tourner la page, diminuer le song , zapper, prier, caricaturer a leur tour, porter plainte … mais pas d’empêcher les autres d’en rire.

Cookies