PDA

Voir la version complète : Hassan II, notre père


Page : [1] 2 3 4

jawzia
25/03/2010, 20h18
Hassan II, notre père
Publié le : 25.03.2010 | 17h09

Il y a onze ans presque jour pour jour, en vertu du calendrier tournant de l'Hégire, Sa Majesté Hassan II décédait. Du Maroc jusqu'aux lointains confins de la terre, les échos de sa disparition se sont multipliés pour exprimer la tristesse et la consternation. Et lors de ses émouvantes funérailles, plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, en exercice ou en retraite, les représentants d'institutions internationales, les différentes associations, les grands de ce monde et le petit peuple se sont associés au deuil, ont été présents à la cérémonie des adieux transformée en véritable aréopage diplomatique. Cette présence impressionnante traduisait l'attachement manifeste à l'égard d'un grand Roi, qui a conduit le Maroc avec une ambition et une seule : le hisser au rang d'une nation démocratique, le doter d'institutions, l'enraciner dans le concert des nations. Visionnaire, feu S.M. Hassan II avait immédiatement compris la nécessité de doter le Maroc d'une démocratie pluraliste.

Et, ce faisant, il a vite rejeté le monopartisme et le parti unique en vogue dans plusieurs pays d'Afrique ou du Maghreb. En l'occurrence, et à rebours de ce qui se passait ailleurs, il préconisait la diversité politique et en même temps confortait les institutions, favorisant ainsi, dans une époque où la décolonisation charriait les uns et les autres, l'émergence d'un modèle politique original et adapté à notre culture et à nos exigences. Dans cet entrelacs, il avait aussi compris avant les autres l'impératif d'un développement économique efficient par le moyen d'infrastructures et la mise en valeur de nos richesses propres. Il avait surtout mesuré à quel point l'autosuffisance économique devait être mise à profit, à la fois pour compenser nos handicaps en matière de pétrole et de gaz et pour pallier les besoins fondamentaux.

Le grand dessein des trente barrages, soit un par an, paraissait relever du défi, il sera naturellement réalisé. Ses fruits seront immenses, parce que l'agriculture était devenue la veine jugulaire de l'économie nationale et, bien au-delà, une activité d'exportation même.

Que son auguste successeur, Sa Majesté Mohammed VI, se fût immédiatement inscrit dans la même exigence de continuité et lance en 2008 le «Plan vert» témoigne d'une perspicacité à toute épreuve. La réforme politique au long cours menée par feu S.M. Hassan II balisait en vérité un profond et large champ institutionnel que la nouvelle Constitution, adoptée par référendum en 1996, a redynamisé.

Il a mis en place un gouvernement de transition en 1997 qui a permis aux forces politiques de gauche et du centre non seulement de participer mais de prendre en charge les destinées du pays. Il a institué un Conseil consultatif des droits de l'Homme et jeté les bases de ce qui constituera l'un des grands chantiers institutionnels du Maroc des années quatre-vingt-dix et, plus tard, sous le règne de son illustre fils, le chantier majeur. Sa Majesté Hassan II a engagé la grande et historique bataille de libération du Sahara qui a débouché sur l'une des plus glorieuses épopées de notre histoire : la Marche verte en novembre 1975, suivie immédiatement, dans le souci de verrouiller juridiquement la solution, de la signature le 14 novembre 1975 à Madrid de l'Accord tripartite entre le Maroc, l'Espagne et la Mauritanie.

Cet accord, entériné un mois plus tard de la même année par l'Assemblée générale des Nations unies réalisait ainsi la décolonisation du territoire, conformément à la Charte de l'ONU sur la décolonisation qui, les textes le prouvent, privilégie une solution négociée entre les parties en conflit. Sur le plan diplomatique, feu Hassan II était plus que visionnaire, un pionnier. Au Proche-Orient, son œuvre reste marquante, d'autant plus significative qu'il a réussi, notamment lors du Sommet arabe organisé en 1974 à Rabat à réconcilier Yasser Arafat et le Roi Hussein de Jordanie, jusque-là irréductibles « frères ennemis ».

Il a joué un rôle considérable dans le renforcement de la conscience et de l'unité arabe, abritant plusieurs sommets arabes et islamiques, donnant régulièrement le ton et le style de l'époque, imprimant une sagesse à l'action diplomatique du Royaume et des Etats arabes, allant jusqu'à procéder à de « bons offices » entre les gouvernements arabes et l'Etat d'Israël. La communauté internationale, à l'époque comme aujourd'hui, continue à lui rendre hommage et à exprimer son soutien à ses nombreuses initiatives dans ce sens. Feu Sa Majesté Hassan II a laissé un immense héritage à son digne successeur, fait de grands pas accomplis et de promesses gigantesques qui se sont tout de suite, au lendemain de son décès, transformées en attentes. Sur ces pas, le Royaume du Maroc a fait son chemin certes, il est entré cependant dans une nouvelle phase de son développement et de sa marche. Hassan II le Réunificateur ! De fait, il a réalisé l'unité et l'intégrité territoriale et son règne demeure marqué par une vision diplomatique audacieuse, pertinente et sage.

Nous célébrons aujourd'hui dans une profonde communion le XIe anniversaire de sa disparition, son héritage politique, spirituel et culturel constitue pour nous un motif de fierté. Car il imprégnait notre conscience de cette exigence que l'époque ne sacrifie ni à la facilité ni à la rhétorique, que la défense de nos valeurs ancestrales participe de ce nationalisme et de ce patriotisme qui, même orgueilleux, va au-delà des intérêts de groupes ou d'individualités. Dans son sillage, nous évoluons, sereins et lucides. Fiers aussi. Il était notre père à tous.


Par LE MATIN

Bachi
25/03/2010, 20h21
Hassan II, notre père

Par le père, par le fils et par le saint fiston...

Amen !

Notre père qui êtes aux cieux, priez pour nous...

Tamedit n-was
25/03/2010, 20h21
On dirait que je lise un article rédigé en moyen age à l'époque des Khalifs ,, je crois pas mes yeux ...

absent
25/03/2010, 20h25
le matin un journal que je ne lis jamais ,à part la page éco et chouf tchouf.

jawzia
25/03/2010, 20h31
Du Maroc jusqu'aux lointains confins de la terre, les échos de sa disparition se sont multipliés pour exprimer la tristesse et la consternation.
Vous en avez trois à quatre comme celle là à chaque paragraphe. Anthologique !!

La chance qu'ont les marocains est que ce journal ne tire qu'à 10~15 mille exemplaires.

omar
25/03/2010, 20h40
Hassan II, notre père... qui êtes aux cieux, nombreuses de vos victimes vous enjoingnent de saluer leur ami Medhi Ben Barka que vous avez fait assassiner de fait qu'il était plus intelligent que vous!

Que Dieu vous garde à tout jamais!

overclocker
25/03/2010, 20h54
quand la presse lèche les bottes, ca donne ca, pauvre de nous.:confused:

zizounho
25/03/2010, 21h08
Je ne sais pas si son père glaoui sera "fier" de lui ...

omar
25/03/2010, 21h20
@zinouho,

Sur ce point, tu soulèves une autre interrogation à propos de la filiation de Hassan II dont certains observateurs la méconnaissent au monarque Mohamed V et c’est fortement vraisembable.
vbmenu_register("postmenu_2680391", true);

houari16
25/03/2010, 21h21
Hassan II, notre père

Jamais Hazanne ( tout le temps , Tazmamart le rendait heureux ..)

Hassan2
25/03/2010, 21h28
ridicule ce journal , ce nest pas un léche botte ! cest un léche c... aussi !

sur les 90 jounaux marocains cest le dernier des journaux au classement

normal il appartient au gouv

Asaka
25/03/2010, 21h29
Je ne sais pas si son père glaoui sera "fier" de lui ...


Un opposant a la monarchie appelé Rami lance cet rumeur et tout les algériens sautent dessus...

Allez voir le sultan moulay youssef a l'age de mohamed 6 en photo avec Lyautey vous verrez qu'il resemble a Mohamed 6 comme deux gouttes d'eau :)

zizounho
25/03/2010, 21h35
Ya asaka hadhi zhaka. :mrgreen:

le glaoui est un humain non.

Asaka
25/03/2010, 21h43
Oui mais le mensonge est haram si vous etes encore musulman ;)

absent
25/03/2010, 21h45
musulman?.......mdr.....mara7mou hata lmayatte....

bledard_for_ever
25/03/2010, 22h35
tout comme momo6 hach2 est sacré il faut se prosterner obéir payer accepter l injustice manger une zitouna par jour et dire hamdoullah vous en avez ici l illustration dans ce forum

andromed
25/03/2010, 22h44
Despote, Hassan II l’aura été dans tous les sens du terme. Non un despote éclairé, mais un despote rétrograde, supportant avantageusement la comparaison avec ses émules d’Orient, n’épargnant ni ses séides, Mohammad Oufkir et Ahmad Dlimi, ses deux ministres de l’intérieur successifs, ni les censeurs de ses trop grandes dérives, les deux espoirs d’un Maroc moderne et démocratique, Mehdi Ben Barka, en 1965, et Omar Ben jelloun, dix ans plus tard, le plus populaire militant de la gauche marocaine, qui paieront de leur vie leurs convictions critiques.
Fort de la loyauté et de la gratitude des Juifs du Maroc, il s’entourera de conseillers politiques issus de cette communauté, tel le banquier André Azoulay, confiant à certains de ses représentants les plus avisés la gestion de son patrimoine privé, considérable, mais le président du comité de sauvegarde de Jérusalem, loin de mettre à profit ce capital de sympathie pour promouvoir une solution au conflit israélo-palestinien, en fera usage comme un bouclier de protection, neutralisant toute critique à son égard.
Sacrifiant à la société du spectacle, ses conférences de presse, un des temps forts du rituel diplomatique marocain, seront non l’occasion de promouvoir un grand projet, mais de satisfaire à la vanité d’une belle formule que des thuriféraires recrutés souvent dans la cohorte des journalistes français s’empresseront de répercuter et d’amplifier avec émerveillement.

andromed
25/03/2010, 22h47
Par un phénomène inexplicable, les plumes les plus acérées de la presse française perdront régulièrement de leur acuité à l’évocation des turpitudes royales, réservant leur ton sentencieux aux dirigeants moins hospitaliers. A Rabat, le devoir d’impertinence a depuis longtemps fait place à la crainte révérencieuse.
Voltigeur de pointe de la stratégie occidentale en Afrique, bras armé de l’Arabie Saoudite pour la protection des régimes honnis, tel celui du satrape zaïrois Mobutu, dans le cadre du Safari Club, bénéficiant d’un bassin d’audience à sa mesure pour la propagation des programmes d’une radio à sa dévotion, «Médi 1», critique à l’égard de quiconque sauf de son auguste personne, Hassan II, monarque absolu, n’imposera aucune limite à son extravagance.
Son Royaume des bagnes et de la terreur sera pourtant vanté comme le paradis sur terre sous l’oeil vigilant du «groupe d’Oujda», animé par Maurice Lévy, le patron de Publicis, le grand groupe de communication français (5).
Magnanimité ou complaisance?: L’homme qui aura bafoué la souveraineté française en ordonnant l’enlèvement de Ben Barka en plein centre de Paris avec la complicité des services français, l’homme qui aura ridiculisé le plus illustre dirigeant français Charles De Gaulle, qui aura tyrannisé sans retenue son peuple, qui aura embastillé une fraction de l’élite intellectuelle de son royaume pour fait de patriotisme, notamment l’ingénieur Abraham Sarfati, le mathématicien Sion Assidon et Abdel Latif Laabi, l’un des grands poètes arabes contemporains, cet homme là sera, paradoxalement, au crépuscule de sa vie, l’unique dirigeant arabe à bénéficier de l’extraordinaire privilège de co-présider la prestigieuse parade militaire du 14 juillet 1999, la fête nationale française.
Nul en France, ni dans les pays occidentaux ne s’est hasardé à se pencher sur ce traitement de faveur. Un tel passe-droit puise-t-il sa justification dans le rôle de base de repli à l’Etat Français assigné au Maroc par les stratèges occidentaux à l’apogée de la guerre froide dans le cas d’un nouvel effondrement français face à une poussée soviétique (6). Ou bien relevait-il d’une marque de gratitude de la part d’un des commensaux les plus réguliers des tables royales marocaines, son homologue français Jacques Chirac? D’un quitus pour un règne calamiteux? D’une prime pour une problématique lutte contre le terrorisme islamique qu’il aura nourri par ses abus et ses excès
Comme une sorte de clin d’oeil de l’Histoire, aux deux extrémités du Boulevard Saint Germain à Paris, deux des emplacements prestigieux de ce haut lieu de l’Intelligentsia française ont été dédiés, à la fin du XX me siècle, à deux personnalités marquantes de l’Histoire du Maroc moderne: le premier à Mohamad V, sans doute dans un souci des autorités françaises de se faire pardonner l’exil du Sultan du temps de la guerre d’indépendance, dont le nom honore désormais la place centrale de l’Institut du Monde Arabe (IMA), et le deuxième à Mehdi Ben Barka, dont une plaque commémorative est apposée à proximité de la brasserie Lipp, lieu de son enlèvement à titre de repentance posthume pour son supplice. Mais de Hassan II, point de trace.:mrgreen:

bruxelles
25/03/2010, 22h49
tout comme momo6 hach2 est sacré il faut se prosterner obéir payer accepter l injustice manger une zitouna par jour et dire hamdoullah vous en avez ici l illustration dans ce forumbledard_for_ever

C'est incroyable tout de même qu'ils ne vous restent plus qu'a posté un organe de presse proche du palais comme défouloirs de vos frustrations suite aux échecs répétés de vos poulains dans le dossier du sahara.

Mais au moins une chose ou vous ne pouvez que rirent jaune au sujet de la mémoire de Hassan 2 ,c'est bien l'épopée de la marche verte qui a surpris tout le monde et en premier votre président de l'époque ou il n'a vu que du noire

TAGHITI
25/03/2010, 22h50
hypocrisie, car aprés sa mort et arés le constat post-années de plomb, on traire maintenant ce journaluex de lécheur de c** et de bottes!

Diriez vs autre chose dans une situation semblable quand le petit fston de Mom6 ferait le mauvais et le beaux temps dans le Royaume dans 20, 30 ou 40 ans!

À ce moment lá, ns aurions un autre journaleux qui ferait la lèche á M6 selon vs! C'est hypocrite! Réveillez vs les amis et osez la critique á temps et non en décalge aprés la mort de vos demi-Dieu a3oudou billah!

absent
25/03/2010, 22h55
juste que vous ne comprenez pas le Marocain.Le fait qu'il soit optimiste ,c'est qu'il remarque le changement.

absent
25/03/2010, 22h57
H2 a connu la révolte du peuple et avait compris...59,65,71,72,84,91....des dates ancrés chez le Marocain.

Beidawi II
25/03/2010, 22h58
Tu oublie la fameuse révolte prolétarienne de Casa, en 1981.

absent
25/03/2010, 22h59
Oui celle de el fida derb sultane....

absent
25/03/2010, 23h01
M6 fait du bon boulot ,quand le Marocain d'ailleurs envisage de retourner au pays........c'est formidable.

soufiane_doujda
25/03/2010, 23h15
TAGHITI
hypocrisie, car aprés sa mort et arés le constat post-années de plomb, on traire maintenant ce journaluex de lécheur de c** et de bottes!

Diriez vs autre chose dans une situation semblable quand le petit fston de Mom6 ferait le mauvais et le beaux temps dans le Royaume dans 20, 30 ou 40 ans!

À ce moment lá, ns aurions un autre journaleux qui ferait la lèche á M6 selon vs! C'est hypocrite! Réveillez vs les amis et osez la critique á temps et non en décalge aprés la mort de vos demi-Dieu a3oudou billah!
les marocains ont critiquer Hassan 2 de son vivant, les prisons secrètes tazmamart etc étaient remplis par qui? , bien sur qu'il y a beaucoup de lèches bottes surtout ceux qui profitent du pouvoir existant et ceux la sont nombreux , a l'époque de M6 les plus célèbres a l'oeil nue sont les fassis la téte de l'iceberg mais disons qu'a l'époque de M6 il donne l'espoire jusque la , au début il a jouer sur l'image du nouveau roi , avec quelques réformes d'ouverture (liquider bessri, un soit disant nouveau concept du pouvoir, plus de libertés individuelles dans la presse, réconciliation avec les années de plomb , s'occuper a sa façon du coté humanitaire pour dorer son image , code de la femme ou de la famille etc) mais quand ce stade a arriver a une certaine limite on a eu l'image du passé qui resurgi (sidi ifni, les grandes amendes contre la presse libre en 2009 ...) MAIS il a sauver la mise avec ce plan de régionalisation booster surement par l'accord avec l'UE , donc le régime a surpasser l'impasse avec ces "promesses" car jusque la ils ne sont que des promesses et a mon avis le Maroc en ce moment il est en une phase critique soit le Roi fait le pas libère l'appareil judiciaire de son champ de pouvoir (d'une manière constitutionnelle car jusque la il y a pas eu de changement de constitution qui limite le pouvoir du Roi il y a que que la parlotte mais encore rien de concret ce que le monde attends ) ainsi que le champ politique et laisse la presse libre et s'attaque aux dossiers sensibles sans se tapage a la con avec les amendes de 2009 , soit il va regrésser et manquer a ses promesses et la il y aura un bloquage politique certain dans son règne , donc on verra une autre époque Hassan 2 mais bien sur elle va étre différente, car la société civile marocaine est mieux organiser dans un climat mondiale différent et plus propice pour qu'elle fasse plus mal comparer aux années 70 ...

sadoun
25/03/2010, 23h25
Jamais Hazanne ( tout le temps , Tazmamart le rendait heureux ..)

la femme d'oufkir aussi dans son lit

jawzia
26/03/2010, 12h32
sur les 90 jounaux marocains cest le dernier des journaux au classement
Vérification faite, il tire à 23000 exemplaires, ce qui le place loin des derniers de la classe. A titre d'exemple Te Quel tire 23000 exemplaires par semaine (500 en France).
C'est incroyable tout de même qu'ils ne vous restent plus qu'a posté un organe de presse proche du palais
Il n'est pas plus proche que la MAP et pourtant beaucoup ne s'en privent pas !!

jawzia
26/03/2010, 12h34
La phrase du jour :
un grand Roi, qui a conduit le Maroc avec une ambition et une seule : le hisser au rang d'une nation démocratique,

absent
26/03/2010, 12h37
H2 et BASRI ,était les des vautoures incontournable pour établir le Maroc unit...ils savaient être voyous avec les voyous .

Cookies