PDA

Voir la version complète : Eriksson nouveau sélectionneur de la Côte d'Ivoire


absent
29/03/2010, 22h38
Par RFI


Sven-Göran Eriksson a été nommé sélectionneur de la Côte d'Ivoire dimanche à Abidjan, poste vacant depuis le limogeage de Vahid Halilhodzic le 27 février. Après six ans à la tête de l'Angleterre, l'entraîneur suédois reste sur deux échecs à Manchester City et au Mexique. Il a été préféré à Bernd Schuster, également candidat pour le poste.

Ce sera donc Eriksson. Préféré à l’Allemand Bernd Schuster par les dirigeants ivoiriens, l’entraîneur Suédois, âgé de 62 ans, remplace le Franco-bosniaqueVahid Halilhodzic, limogé le 27 février. Ce dernier n’avait pourtant pas démérité, qualifiant les Eléphants pour leur deuxième Mondial consécutif. Mais la contre-performance des Ivoiriens à la dernière CAN (élimination en quarts contre l’Algérie) lui a été fatale.


Une belle carrière en club

Joueur modeste, Sven Göran Eriksson s’est révélé au poste d’entraîneur à la tête de l’IFK Göteborg avec comme couronnement suprême la conquête de Coupe de l’UEFA en 1982. Il a ensuite émigré pour entraîner au Portugal (Benfica) et en Italie (AS Rome et Lazio Rome), des expériences à chaque fois couronnées de succès au plan national et international (1 finale de C1 en 1990 avec Benfica, victoire en C2 en 1999 avec la Lazio).

Sa carrière de sélectionneur est en revanche un peu moins illustre. Maintenu durant six ans à la tête de l’équipe d’Angleterre (de 2001 à 2006), il a échoué à chaque fois, de peu, au stade des quarts de finale dans les grandes compétitions. Nommé sélectionneur du Mexique en 2008, il n’y est resté qu’un an et fut remercié après le mauvais départ des tricolores en phase de qualification pour le Mondial 2010 (3 points en 3 matchs).

Le temps presse

La tâche d’Eriksson ne sera pas aisée en Afrique du Sud. Comme en 2006, les Ivoiriens ont tiré un groupe difficile avec le Portugal et le Brésil comme deux premiers adversaires et la Corée du Nord pour finir. Il lui reste de surcroît très peu de temps pour cerner et ressouder un groupe talentueux mais traumatisé par l’échec à la CAN. Sa motivation sera en revanche toute trouvée. Le Brésil a barré la route des demies à l’Angleterre en 2002 (victoire 2-1) et le Portugal en a fait de même à l’Euro 2004 et au Mondial 2006 (les deux fois aux tirs au but).

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/ERIKSSON_0.jpg
Sven-Göran Eriksson

Cookies