PDA

Voir la version complète : Les échanges commerciaux entre l’Algérie et le Danemark sont négligeables


Thirga.ounevdhou
13/02/2006, 15h37
C’est une question de principes et non de comptes. Excusez moi, c’est une question de comptes et non de principes..... Les échanges commerciaux entre l’Algérie et le Danemark sont négligeables, donc pas de boycott pour l'Agerie.

====
L’Algérie ne lancera aucun appel au boycott des produits danois pour protester contre la publication des 12 caricatures portant atteinte au prophète Mohamed (QSSSL). C’est ce qu’a affirmé le gouvernement par le biais de son ministre du Commerce, M. El-Hachemi Djaâboub.
Position officielle similaire à celle adoptée par la plupart des gouvernements arabo-musulmans. L’appel au boycott, qui risque de peser lourdement sur l’économie du Danemark, a été lancé par les associations religieuses, les imams et les personnalité influentes dont les campagnes ont été également transmises par des emails et des SMS.

Mais quel impact sur les échanges commerciaux algéro-danois si les Algériens emboîtaient le pas aux peuples arabo-musulmans du Moyen Orient en boycottant les produits danois. A voir les chiffres officiels, les conséquences d’un boycott officieux ne sont pas aussi graves.

Quelle en est la raison ? C’est que ce pays ne figure pas parmi les principaux partenaires commerciaux de l’Algérie. Le montant global des échanges entre les deux pays n’a pas excédé les 75, 52 millions de dollars en 2005. Les importations nationales en provenance du Danemark s’élèvent à 55,6 millions de dollars, regroupant essentiellement les médicaments avec 18 millions de dollars dont l’insuline (14, 365 millions de dollars), les chauffe-eau non électrique pour 3,3 millions de dollars et la pomme de terre de semence pour 3,19 millions de dollars.

Par ailleurs, les exportations nationales vers le Danemark (principalement les produits pétroliers) se chiffrent à 19,912 millions de dollars. Ces chiffres négligeables laissent supposer qu’un boycott ne peut pas avoir un impact notable sur les économies respectives des deux pays à la différence d’autres pays arabo-musulmans qui pèsent très lourd sur l’économie du Danemark.

Ce pays risque 11 200 emplois et 1 milliard d’euros de manque à gagner si le boycott devait durer un an, selon la banque danoise Jyske Bank. Globalement, les exportations danoises vers les cinquante-sept pays membres de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) se sont élevées à 1,9 milliard d’euros pour la seule année 2005.

Ce chiffre est appelé à régresser d’une manière significative en 2006, si les peuples du monde musulman continuent à bouder les produits danois même s’il n’y a jamais eu boycott officiel de la part de leurs gouvernements. Z. M.

- Le jeune Independant.

Cookies