PDA

Voir la version complète : La fille d'une policière insultée à Marseille, 3 lycéens arrêtés


myra21
07/04/2010, 06h13
Trois lycéens marseillais ont été placés en garde à vue vendredi pendant plusieurs heures, fouillés au corps et menottés pour avoir insulté la fille d'une commandante de police, apprend-on de source syndicale.

L'incident s'est produit à l'extérieur du lycée Antonin-Artaud, dans le 13e arrondissement de Marseille.
Trois élèves d'une classe de première ont insulté pour une raison indéterminée la jeune fille, élève d'une autre classe de première de l'établissement, lors d'une pause-cigarette.
Il n'y aurait pas eu de violence physique autre que le "jet d'un bouchon de liège" sur la tête de la lycéenne, qui a prévenu sa mère, officier de police dans la commune voisine de Plan-de-Cuques.
"Dans la demi-heure suivante, 12 fonctionnaires de police, à bord de trois véhicules de service, dirigés par un commandant de la police nationale, se rendaient au lycée", a dit à Reuters le secrétaire académique du SNES, Alain Barlatier.
"Nous sommes en plein délire. C'est une dérive sécuritaire extrêmement grave où un officier de police confond sa fonction et ses relations familiales", a ajouté le syndicaliste, également professeur au lycée Antonin-Artaud.
"Cette dérive n'est pas seulement liée à la personnalité de l'officier de police incriminé, mais résulte d'un climat 'tout sécurité' qui permet ce type de dérapage", a-t-il estimé.
"Le préfet délégué pour la sécurité et à la défense a saisi ce jour l'IGPN (ndrl: inspection générale de la police nationale) afin de déterminer les circonstances de l'interpellation, et les responsabilités de chacun dans le déroulé de la procédure", a indiqué dans la soirée la préfecture dans un communiqué.
Elle évoque les "circonstances discutables" qui ont conduit à l'interpellation et à la mise en garde à vue des trois élèves.
La mère de la jeune fille et un autre officier de police ont exigé la remise des lycéens sous peine de procéder à leur arrestation à la sortie de midi.
"Pour éviter une émeute à la sortie du lycée", la proviseure de l'établissement a donné son accord.
"EN TOUTE ILLÉGALITÉ"
Les trois lycéens ont été conduits au commissariat de Plan-de-Cuques, dont ne dépend pas administrativement le lycée Artaud, où ils ont été placés en garde à vue avec fouille au corps, interrogatoire, fichage, menottes aux poignets.
"Ils ont eu droit à la prise d'empreintes ADN et photos anthropométriques", a précisé Alain Barlatier.
Ils ont ensuite été transférés dans un autre commissariat de la commune marseillaise, où ils ont de nouveau été fouillés et interrogés.
Les trois jeunes ont été libérés en fin d'après-midi après l'intervention de l'avocat de l'une des familles.
"La police a agi en toute illégalité", estime le représentant du SNES.
"Aucune demande n'a été formulée à l'établissement, aucune plainte n'a été déposée avant l'intervention des policiers qui n'avaient pas de commission rogatoire. Aucun flagrant délit enfin ne permettait à la police d'agir hors de sa juridiction", a-t-il dit.
Les familles ont demandé au préfet de police de diligenter une enquête et de prendre les sanctions nécessaires. Elles ont également saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde).
Le SNES a pour sa part demandé au recteur de l'académie d'Aix-Marseille d'intervenir "vigoureusement auprès des autorités compétentes".
"Il faut que toute la lumière soit faite sur cette affaire, que les décisions prises soient à la hauteur de la gravité des événements. Les dérapages qui se sont produits au lycée Artaud la semaine dernière ne doivent pas se reproduire dans un autre établissement de notre académie ou d'ailleurs", a-t-il précisé dans un communiqué.
Jean-François Rosnoblet, édité par Pascal Liétout

Zeste
07/04/2010, 08h34
Tout le monde ne peut être logé à la même enseigne !

godfather
07/04/2010, 15h06
"Dans la demi-heure suivante, 12 fonctionnaires de police, à bord de trois véhicules de service, dirigés par un commandant de la police nationale, se rendaient au lycée"C'est ça la France....de sarko!

absente
07/04/2010, 15h25
Bonjour :)

Si on intervenait pour les autres comme on intervient pour nos propres enfants, les voyous n'oseraient plus insulter les femmes, ...

Je suis contre les traitements de faveur et non contre ce qu'on a fait à ses voyous, ...

Bien fait pour eux !

nassim
07/04/2010, 15h29
Cette affaire qui s'inspire des méthodes de l'énergumène Nicolas Sarkozy est vraiment très grave. Mobiliser 12 poulets pour débarquer dans un lycée et arrêter trois élèves pour une affaire de fille insultée, relève de la dictature policière et de l'abus de l'argent public.

Ces minables poulets sont payés grâce à l'argent des contribuables et osent gaspiller du temps et de l'argent public pour "terroriser" les contribuables.

Le minable commandant qui a décidé cette scandaleuse opération digne d'une république bananière devrait être sanctionné.

Apophys
07/04/2010, 15h59
@Jinny

1 - Étais-tu présente pour savoir qui a provoqué l'autre ?
2 - As-tu conscience de l'impact socio-politique que peut avoir cette interpellation ?
3 - As-tu conscience que le droit de la femme n'est en aucun cas discuté dans cette affaire, mais nous en sommes au stade de discrimination, et d'abus d'autorité ?
4 - Toi, qui souhaite tant punir des "voyous" (jusqu'à présent, c'est toi qui les qualifies de tels). Qui punira tous les agents de police, ou autre membres des corps sécuritaires pour avoir insulté, tabassé, humilié des milliers de personnes à travers toute la France ?
5 - Toute bouteille contenant un liquide fermenté, est déconseillée à la consommation... dès qu'on retire le bouchon. Il faut la laisser respirer... Paraît-il.

absente
07/04/2010, 19h56
Les trois lycéens ont été conduits au commissariat de Plan-de-Cuques, dont ne dépend pas administrativement le lycée Artaud, où ils ont été placés en garde à vue avec fouille au corps, interrogatoire, fichage, menottes aux poignets.

j'espère que cette flicquette sera destituée de ses fonctions pour abus de pouvoir.

de toute façon , la fille est grillée maintenant après un coup aussi ridicule de la part de sa mère .

traks
07/04/2010, 20h04
Pour éviter une émeute à la sortie du lycée", la proviseure de l'établissement a donné son accord.
"EN TOUTE ILLÉGALITÉ"
Les trois lycéens ont été conduits au commissariat de Plan-de-Cuques, dont ne dépend pas administrativement le lycée Artaud, où ils ont été placés en garde à vue avec fouille au corps, interrogatoire, fichage, menottes aux poignets.

ce n'est pas illégale ce qu'ils ont fait , en france la police n'a pas besoin de mandat ou de plainte pour arréter et interroger un suspect , par contre mobiliser 12 flic pour ça , c'est de la mauvaise gestion et un manque de professionnalisme..ça restera marqué dans le dossier de la commandante ....enfin je l'espère

Cookies