PDA

Voir la version complète : Sel gemme du Sahara recherche investisseurs désespérement


morjane
14/02/2006, 16h43
Dans la montagne de l'Atlas Saharien se cache en son sein d'inépuisables gisements de sel gemme inexploités qui feraient le bonheur des familles pauvres locales. Pourtant des appels aux investisseurs ont été lancés par le maire de la commune pour l'instant seul le vent emporte ses paroles et il n'a pas trouvé d'écho. Dieu connait pourtant la richesse du sel gemme indispensable et précieux, alors investisseurs engagez vous direction la montagne de rêve de l'Atlas Saharien.

=====

Une très haute chaîne montagneuse de l’Atlas saharien, longue de cinq kilomètres, sépare la commune de Kerakda et le hameau du Petit Mécheria.

Elle se dresse, telle une barrière, séparant deux vallées, l’une verdoyante et la seconde aride. Qui des petits éleveurs n’a pas mené son troupeau, au moins une fois l’année, au beau milieu du printemps sur les deux versants de cette montagne qui cache en son sein et dans ses moindres recoins un inépuisable gisement de sel gemme, présent dans les roches sédimentaires ? Depuis la nuit des temps, des caravaniers, venus de lointaines contrées du plateau de Tadmait et des Hammada du Guir, venaient en ces lieux s’approvisionner en sel gemme, un produit très prisé par le cheptel caprin et camelin et qui mieux encore que les éleveurs connaît la valeur nutritive de ce produit mélangé à l’aliment destiné au bétail.

De nos jours, ces gisements offrent leurs flancs à plus d’une dizaine de familles de la région qui tirent justement leurs revenus de l’exploitation du gros sel (halite). C’est avec des outils rudimentaires et archaïques, de fabrication artisanale, qu’ils extraient la roche sous forme de blocs qu’ils découpent en petits cubes déformés, laissant le soin aux muletiers d’assurer le transport vers les souks hebdomadaires.

Unique source de revenus intarissable pour ces dizaines de familles rurales de la commune de Kerakda, acculées par le chômage et la misère, ce gisement de sel gemme inépuisable attend avec impatience d’être exploité.

Le maire de la commune ne cesse de faire des appels du pied aux investisseurs désireux de s’installer et de se lancer dans la production et la commercialisation du sel gemme, mais sans succès, nous confie-t-il. Pourtant, cette chaîne de montagne qu’on dit inhospitalière, n’a-t-elle pas été à l’origine de nombreuses fortunes des marchands de sel et une source d’inspiration d’un célèbre chantre de la chanson bédouine de la région qui l’invoquait dans l’un de ses poèmes en invitant la falaise de Kerakda à se redresser et à se déplacer, l’accusant de s’être mise en travers de sa bien-aimée, un hymne à la sérénité et à la quiétude des lieux ?


Par le quotidien d'oran

menara
14/02/2006, 16h53
La plupart des roses des sables vendus au Maroc en générale pour les touristes proviennent essentiellement d'Algérie. Les roses des sables algériennes sont d'une beauté et d'une dimension rare. Elles sont trés prisés par les importateur de la région de Zagora, Midelt, Errachidia, et Warzazate, etc... Certaines sont même travaillé pour faire office de lampe de chevet, ou d'objets décoratifs...

Cookies