PDA

Voir la version complète : France Télécom augmente son dividende et réduit ses effectifs


morjane
14/02/2006, 17h06
En 2005 , France Telecom a quasiment doublé son bébéfice net et augmente ses dividende versés en direction de ses actionnaires mais poursuit avec le meme rythme sa politique de réduction d'effectifs déja entreprise depuis trois ans. La concurence du secteur restant toujours très forte.

===

France Télécom a quasiment doublé son bénéfice net en 2005 malgré la forte concurrence dans la téléphonie et doublera le dividende 2005 versé à ses actionnaires, mais a aussi décidé une nouvelle réduction de ses effectifs de 17.000 personnes dans le monde d'ici à 2008.

L'opérateur historique a annoncé mardi un bénéfice net 2005 de 5,7 milliards d'euros, en hausse de 89,2% sur 2004, pour un chiffre d'affaires de 49,038 milliards d'euros, en hausse de 2,5%.

"Il s'agit du meilleur résultat depuis la création de France Télécoms", a exulté le PDG du groupe Didier Lombard lors d'une conférence de presse, mais il a aussitôt déploré que France Télécom soit toujours confronté à une érosion de ses marges, liée à la concurrence et au développement de la téléphonie par internet.

Le groupe prévoit d'ailleurs en 2007 une croissance du chiffre d'affaires de seulement 2% environ et une baisse de sa marge d'exploitation.

Les principaux marchés du groupe sont "sous pression" et ses marges en baisse, car la concurrence est très vive dans la téléphonie fixe en France et en Pologne, ainsi que dans le mobile en Grande-Bretagne, a rappelé Gervais Pélissier, directeur financier du groupe.

Face à ces difficultés, le groupe a annoncé la poursuite de sa politique de réduction d'effectifs, au même rythme que celui enregistré depuis trois ans. Entre 2002 et 2005, 20.000 à 22.000 personnes ont déjà quitté l'entreprise, a rappelé M. Lombard.

France Télécom prévoit de réduire ses effectifs de 17.000 personnes dans le monde d'ici à 2008, sans licenciements. En France, le groupe enregistrera 22.000 départs naturels de 2006 à 2008, et procèdera à 6.000 embauches, a précisé son PDG.

France Télécom, employait fin 2004 206.000 personnes dans le monde, dont quelque 120.000 en France, où 80.000 sont des fonctionnaires. Il espère "stabiliser ou baisser légèrement, de l'ordre d'un demi-point", ses charges de personnel actuellement de l'ordre de 37% du chiffre d'affaires, a indiqué M. Pélissier.

France Télécom a d'autre part satisfait les marchés financiers en annonçant le versement d'un dividende d'un euro, au titre de l'exercice 2005, soit un doublement (+108%). Le dividende devrait grimper à 1,2 euro pour l'exercice 2006 versé en 2007, a promis France Télécom, ce qui donnera à l'action un rendement de l'ordre de 6,45%, exceptionnel pour une valeur de cette taille.

La politique de croissance externe du groupe sera "très sélective et prudente". M. Lombard a simplement précisé qu'il déciderait en mars s'il sera candidat aux 35% de Tunisie Télécom que l'Etat tunisien mettra en vente.

L'action France Télécom, qui a perdu 13,5% en 2005, la plus mauvaise performance du CAC 40, puis encore 12,6% depuis le 1er janvier, se redressait un peu mardi. Le titre gagnait 2,53% à 19,07 euros à 14H00.

Estimant que France Télécom est "dans une période de transformation", son PDG a fixé comme priorité la création d'une trésorerie de 7 milliards d'euros en 2006 et la poursuite de son désendettement.

Par AFP

boubena
14/02/2006, 17h30
eh oui c'est la théorie du signal ma chere morjane!

quand on licencie, on adresse un message tres fort aux investisseurs ( futurs actionnaires) : notre société est soucieuse de l'interet de ses actionnaires qui est tjs et eternellement la quete de la creation de valeur!

Cookies