PDA

Voir la version complète : Matmour : "L’Algérie est une équipe imprévisible"


absente
19/04/2010, 09h10
Tout sourit à Karim Matmour cette saison. Le milieu des Fennecs réalise une saison pleine en Bundesliga, du côté du Borussia Mönchengladbach. Mieux, l’Algérie a retrouvé son standing en se qualifiant pour la Coupe d’Afrique des Nations et la Coupe du monde, après 24 ans d’absence. Disponible et souriant, l’ancien Strasbourgeois a évoqué avec Afrik.com toutes ses échéances.

Afrik.com : Karim, trois mois après, quel bilan dressez-vous de la Coupe d’Afrique des Nations 2010 ?
Karim Matmour : Au-delà du résultat, c’était une bonne préparation pour la Coupe du monde. Nous avons un groupe jeune qui a besoin d’engranger de l’expérience. En plus, on a changé de tactique : il y avait donc des réglages à faire.
L’Algérie a quand même été très critiquée notamment au niveau du jeu.
De l’extérieur, les gens retiennent surtout le résultat. Mais, pour nous, c’était surtout un test grandeur nature. Bien sûr, si on avait pu gagner, on l’aurait fait… Maintenant, on sait à quoi s’attendre. Avec ce mauvais résultat dès le premier match (défaite 3-0 contre le Malawi, NDLR), nous avons joué tout nos matches sous pression. C’était difficile à gérer mais nous y sommes plutôt bien parvenus.
C’était aussi votre première compétition avec les Fennecs.
Oui et c’était une belle expérience. J’ai beaucoup appris. Vous savez, nous sommes une bande de frères. On est presque un groupe de clubs : on est très proches. Surtout depuis les matches face à Égypte, au Caire et au Soudan qui nous ont vraiment soudés. C’est aussi de là que vient notre force.
La presse algérienne parle beaucoup d’un renforcement du staff de Rabah Saâdane. Qu’en pensez-vous ?
C’est à lui de voir ce dont il a besoin. Moi, en tant que joueur, je n’ai pas vraiment mon mot à dire. A mon niveau, je ne pense pas qu’il y ait de manque vital. Mais c’est vrai que l’on peut toujours améliorer quelque chose ici et là.
Et la Coupe du monde, vous y croyez ?
Je ne suis pas le sélectionneur : c’est à lui de décider. Dans le football, il n’y a aucune certitude. Bien sûr, ça marche pas mal pour moi au Borussia, je me donne à 100% pour prouver que je peux aider l’équipe nationale d’Algérie.
Quel est l’objectif de l’Algérie pour cette Coupe du monde ?
Il faut être réaliste : passer le premier tour, ce serait bien. Vous savez, jamais l’Algérie ne s’est qualifiée pour le deuxième tour. Après 1982 et 1986, ce serait une belle réussite. Mais on ne peut pas passer de 0 à 100 du jour au lendemain… Après, si on peut faire mieux, tant mieux ! (rires)
Avec l’Angleterre, la Slovénie et les États-Unis, votre groupe est tout de même relevé.
C’est vrai mais j’ai confiance en notre qualité. On a un sacré potentiel. L’Algérie est une équipe imprévisible, au sens positif du terme. Et je suis persuadé que nous pouvons réaliser une belle surprise. En plus, notre statut d’outsider nous va bien. Il faut que les gens nous sous-estiment, on va leur montrer ! Ce sera sûrement un avantage pour nous d’être relativement méconnus.
Vous parlez un peu de la compétition avec votre coéquipier à Mönchengladbach, l’Américain Michael Bradley ?
On a évoqué le sujet quelques fois. Il est pas mal renseigné sur l’équipe d’Algérie parce que c’est le fils du sélectionneur américain. Mais il essaie toujours d’en savoir plus… (rires)
Quel est votre favori pour cette Coupe du monde ?
Franchement, j’ai le pressentiment qu’il va se passer quelque chose de spécial. Il va y avoir des surprises. Les favoris ne seront pas là où on les attend, sans doute à cause de l’atmosphère africaine…
Une équipe du continent peut-elle remporter la compétition ? Aller au bout, peut-être pas. Mais aller loin, ça, c’est sûr ! Sur le papier, la Côte d’Ivoire semble la mieux équipée mais après ça dépend de tellement de paramètres… Je vous dirais après le premier jour du stage de préparation jusqu’où nous pouvons aller.
Vous n’avez pas peur que la pression populaire vous nuise ?
Mais c’est normal ! Cela fait 24 ans que l’Algérie est absente de la Coupe du monde. C’est long pour un pays qui aime autant le football. Revenir sur le devant de la scène, c’était important. Les Algériens adorent le ballon, ce sont de vrais connaisseurs. L’attente est très forte, oui, mais si on mouille le maillot, c’est l’essentiel. Si on tombe contre une équipe plus forte, les supporters ne nous feront pas de reproches. Et puis, vous savez, après les matches contre Égypte, c’est comme si j’avais reçu un vaccin contre la pression.
Justement, ces rencontres contre Égypte ont été houleuses.
Mais, c’est une pression positive. Après les matche du Caire et du Soudan, tout peut arriver. Ce sont de bons matches à jouer. C’est quand cette pression déborde du terrain que ce n’est plus sain.

absente
19/04/2010, 09h17
Bonjour tlm !

Rejoignez-vous les propos de Matmour qui reflètent son optimiste envers l'équipe nationale ou bien craignez-vous une fébrilité dès le premier tour qui serait lié à l'enjeu de l'événement ou à tout autre raison ?!

balkis
19/04/2010, 09h34
J'y crois et tout le monde avec les Verts

DJAMY
19/04/2010, 10h40
cela depends de la preparation aussi qui doit etre de qualitè et donc du travail fait aussi,on peut pas compter tjrs que sur le coeur pour faire bonne figure

ADNA
19/04/2010, 12h19
Avec une bonne préparation et les bonnes personnes a leurs places, je pense sincèrement qu’ils peuvent aller loin…..Malgré que ce n’est pas des joueurs de très haut niveau, il y a quand même des bons éléments (avec une bonne ambiance, ce qui est très important)
C’est une équipe coriaces qui mouillent bien le maillot …….et je pense qu’elle ira là ou aucune équipe Algérienne n’est parvenu auparavant, enfin Inch’Allâh !!

carlos
19/04/2010, 22h51
salut à tous

oui l'algérie a toujours été imprévisible surtout dans le domaine du foot capable du meilleur comme du pire

pour le mondial va falloir se préprer (nous les fans des verts, pas les joueurs bien sur) mentalement pour une raclée non pas par pessimisme ...au cas ou on subit des revers cuisants on dira que c'est NORMAL,

sinon ce ne sera que du bonus...

Camillo
20/04/2010, 16h01
Je pense que tout est dit dans le titre. Par contre ce qui serait bien c'est de continuer après le mondial. Le danger étant que tout explose en cas de mauvais résultat et ce serait vraiment dommage!

Cookies