PDA

Voir la version complète : Damas déconseille aux USA d'accorder foi aux calomnies israéliennes


nacer-eddine06
01/05/2010, 22h29
17:36 01/05/2010© AFP/ David Buimovitch
DAMAS, 1er mai - RIA Novosti


Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a formellement déconseillé aux Etats-Unis d'accorder foi aux accusations d'Israël contre Damas, rapporte l'agence SANA.

"Nous mettons en garde les Etats-Unis contre toute confiance accordée par eux aux accusations mensongères d'Israël et déclarons que la déstabilisation de la région est la conséquence directe de la fourniture par Washington à Israël de grandes quantités d'armes sophistiquées", a indiqué le chef de la diplomatie syrienne en réaction aux accusations de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton à l'endroit de Damas.

Dans son discours devant la Commission juive américaine (AJC), un groupe d'influence juif aux Etats-Unis, Mme Clinton a accusé Damas de "déstabiliser" le Proche-Orient.

Elle a notamment indiqué que la livraison par Damas de missiles au mouvement chiite libanais Hezbollah "représenterait une grave menace pour la sécurité d'Israël" et serait considérée par Washington comme un "comportement provocateur et déstabilisateur".

Qui plus est, la chef de la diplomatie américaine a mis en garde le président syrien Bachar al-Assad contre toute démarche susceptible de provoquer une guerre au Proche-Orient.

La "crise des missiles" a éclaté dans la région après que le président israélien Shimon Peres a récemment accusé Damas de fournir au Hezbollah des missiles Scud, capables d'atteindre l'ensemble du territoire d'Israël.

"Le monde entier reconnaît le rôle constructif joué par la Syrie pour préserver la sécurité et la stabilité dans la région et l'opinion publique se rappelle encore la campagne de calomnies américaine lancée avant la guerre en Irak", a rappelé le ministre syrien des Affaires étrangères.

Et d'ajouter que l'affirmation de l'administration de George W. Bush sur la présence d'armes de destruction massives (ADM) en Irak a servi de prétexte pour lancer une campagne militaire contre ce pays en 2003.

"Tout porte à croire que l'administration américaine en place tente de répéter le même scénario", a ajouté M.Mouallem.

Cookies