PDA

Voir la version complète : Le Guardian et le Times lâchent Gordon Brown


nassim
02/05/2010, 01h03
Deux grands journaux britanniques ont retiré leur soutien aux travaillistes à moins d'une semaine des élections législatives du 6 mai. Le Guardian, traditionnellement proche du Labour, a annoncé qu'il apportait son soutien aux libéraux-démocrates, troisième parti de l'échiquier politique britannique, parce que cela lui paraît le meilleur moyen d'aboutir à une réforme électorale.

Le Times dit de son côté abandonner le parti du Premier ministre Gordon Brown pour les conservateurs, qu'il avait cessé de soutenir il y a 18 ans, parce qu'il partage leur point de vue sur la réduction de la taille du gouvernement et sur la nécessité d'agir plus rapidement pour réduire le déficit budgétaire, supérieur à 11% du PIB.

Dans un éditorial à paraître samedi, le Guardian présente les libéraux-démocrates comme le fer de lance d'une "aspiration nationale à un véritable changement".

"Etre invité à adhérer à cinq années supplémentaires de gouvernement travailliste, et avec Gordon Brown comme Premier ministre, peine à inspirer l'enthousiasme", écrit-il.

Les libéraux-démocrates, dont la cote n'a cessé de progresser depuis le premier des trois débats télévisés opposant les chefs des trois partis, milite depuis longtemps pour l'adoption de la représentation proportionnelle.

Les ajustements au système britannique de vote majoritaire à un tour dans 650 circonscriptions ont rendu la relation entre le nombre de voix et le nombre de sièges peu évidente, ajoutant aux arguments en faveur d'une réforme.

Dans le système actuel, les travaillistes pourraient recueillir moins de voix que les conservateurs mais obtenir davantage de sièges, une situation qui, d'après certains sondages, pourrait se présenter à l'issue du scrutin du 6 mai.

Les sondages d'opinion prédisent un Parlement où aucun parti ne disposerait de la majorité absolue, ce qui ferait du dirigeant libéral démocrate Nick Clegg un arbitre potentiel.

L'hebdomadaire The Economist, qui avait soutenu le Labour de Tony Blair aux élections de 2005, a apporté jeudi son soutien au Parti conservateur en disant qu'il semble le mieux placé pour réduire le poids du secteur public.

source : Reuters

Cookies