PDA

Voir la version complète : Maroc: Plus d'un tiers des naissances sans assistance médicale


bledard_for_ever
04/05/2010, 16h25
Entre la Norvège, meilleur, et l'Afghanistan, pire endroit au monde pour être mère, le Maroc se situe au bas milieu d'un index rendu public par l'ONG internationale Save the Children. Ce classement est une combinaison de la situation des enfants et celle des femmes en général et montre que le Maroc a du chemin à faire pour remonter la pente. Un exemple: le revenu moyen d’une femme au Maroc représente moins de 25% du total de celui d’un homme.

Autre exemple: plus d'un tiers des femmes marocaines accouchent sans assistance médicale. Pour comparaison: en Algérie, ce pourcentage serait seulement de 5%. La mortalité infantile est, pour sa part, moins importante qu'en Algérie. 36 sur 1000 enfants meurent avant l'âge de 5 ans au Maroc, tandis qu'en Algérie, ce nombre s'élève à 41. En France, 12ème du classement, se nombre se limite à 4 enfants.

Le rapport « Etat des mères dans le monde 2010 » (http://www.savethechildren.net/alliance/what_we_do/every_one/news.html) sera officiellement lancé mercredi 5 mai, lors de la Journée internationale de la sage-femme. Il réuni un nombre important de statistiques sur la santé des femmes et enfants, mais aussi sur l'éducation et la situation professionnelle des femmes dans le monde. Les trois classements (situation des femmes, des enfants, et des mères) diffèrent entre trois groupes: pays développés (43 pays), pays moins développés (77 pays), et pays les moins développés (40 pays).

A la tête du classement du premier groupe (43 pays): la Norvège, suivie de l'Australie et de l'Islande. Les Pays-Bas (8ème) la Belgique (9ème), l'Allemagne (10ème), la France (12ème) et l'Espagne (13ème) se situent tous dans le top 15 pays, l'Italie vient en 17ème position. Les Etats-Unis arrivent seulement en 27ème position, ce qui reste loin devant le Maroc, qui se voit classé 68ème des 77 pays du deuxième groupe (donc 111ème au total). Il est devancé aussi par ses voisins de la Tunisie (28ème du même groupe) et de l'Algérie (52ème).

Cela montre que le Maroc a du chemin à parcourir, mais il est toutefois important de rester vigilant quant à ce genre de classements. Ils se basent sur un choix nécessairement limité d'indicateurs et qui ne laissent pas beaucoup de place à des considérations qualitatives. Exemple: la mortalité infantile est plus basse au Maroc qu'en Algérie même si chez nos voisins, l'assistance médicale à la naissance est beaucoup plus élevée. Le classement n'explique pas cela. Et sans rentrer dans le détail des indicateurs, il est dommage d'avoir un classement de la situation des femmes et des mères sans pouvoir comparer celui-ci à un même classement pour les hommes et les pères.

Pour être précis, l'objectif de Save the Children n'est pas tant d'établir un classement mondial en soi, mais d'utiliser ce classement pour lancer un appel pour que dans les pays les plus pauvres, le nombre d'agents de santé de base soit augmenté. Dans les nations les plus pauvres du monde. Comme l'organisation l'indique dans un communiqué, le classement « illustre clairement que les mères ayant accès à l'éducation, à des possibilités économiques et aux soins de santé maternelle et infantile se donnent à elles-mêmes et à leurs enfants la meilleure chance de survivre et de prospérer. » Sans vouloir contredire cette conclusion, exclure de l'analyse la situation des pères et les possibles actions à engager en leur faveur semble beaucoup limiter qu'une telle étude peut avoir. Le mot « père » n'apparaît qu'une seule fois dans les 52 pages du rapport.

Frederic Schmachtel

Cookies