PDA

Voir la version complète : Le bonheur est dans le stade


DZone
16/05/2010, 15h44
Par Cherif Ouazani

Au début des années 2000, seuls quelque 150 000 privilégiés - hauts fonctionnaires, officiers supérieurs, dirigeants syndicaux, gestionnaires des grandes entreprises publiques et diplomates - étaient équipés d’un téléphone cellulaire. Ils sont aujourd’hui 30 millions, soit plus de cinq Algériens sur six.

Oran, la deuxième ville du pays, est désormais accessible par voie terrestre depuis la capitale en moins de trois heures, contre six dans un passé récent. Le déséquilibre entre l’offre et la demande en matière de logement se résorbe à vue d’œil. Le chômage a été réduit aux deux-tiers et les salaires ont augmenté, en moyenne, de 150 %.

Pourtant, en dépit de toutes les améliorations de son cadre de vie et du sensible recul de la violence terroriste, l’Algérien ne donne pas l’impression de nager dans le bonheur. « Le déficit de bonheur est le seul que nous ne soyons pas arrivés à combler », déplore Hocine, 40 ans, prospère dirigeant d’une PME dans le secteur des services. « Un seul événement a réussi à transporter de joie tout le peuple : l’épopée du Caire et de Khartoum », reprend-il, faisant référence à la qualification des Fennecs pour le mondial sud-africain.

Le foot, seule clé du bonheur ? Le gouvernement semble y croire dur comme fer. Il a fait le choix de professionnaliser les clubs de l’élite en les incitant à se transformer en opérateurs économiques. Cadeau de naissance pour les nouvelles entités qui gèreront les pensionnaires de première et deuxième divisions : un chèque de 100 millions de dinars (un million d’euros), un terrain constructible de 10 hectares pour bâtir un centre d’entraînement digne de ce nom, et une contribution de l’État à hauteur de 85 % des investissements pour les nouveaux équipements. Mot d’ordre de l’opération ? « Soyons foot ! »

Cherif Ouazani est journaliste à Jeune Afrique depuis 1995. Rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire, il couvre – entre autres - l’actualité des pays du Maghreb.

Cookies