PDA

Voir la version complète : Au Mali, neuf femmes sur dix souffrent de mutilations génitales


morjane
23/02/2006, 14h19
Au Mali, 90% des femmes sont génitalement mutilés, excisées, infibulées. Le Mali qui est signataire du protocole de Maputo à l'intention de rendre ces pratiques illégales.

==

Plus de 90% des femmes maliennes ont subi des mutilations sexuelles, indique mardi la députée européenne Emma Bonino lors d'une conférence sur cette coutume qui se révèle parfois mortelle.

Le Mali, qui a signé l'an dernier le protocole de Maputo qui demande aux Etats d'interdire et de sanctionner les mutilations sexuelles féminines, a l'intention de rendre cette pratique illégale.

"Ici au Mali, malgré un long combat, la mutilation touche plus de 90% des femmes", a déclaré Emma Bonino, élue du Parlement européen et fondatrice de l'ONG Pas de paix sans justice.

"Le gouvernement et le parlement sont favorables à la mise en oeuvre du protocole de Maputo et d'une loi interdisant l'excision."

Le Mali, pays musulman, est l'un des pays les plus pauvres au monde. Quelque 90% de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

Une présentation faite lors de la conférence citait une enquête de 2001 montrant que 75% des femmes maliennes sont pour l'excision.

D'où la nécessité d'une campagne préalable de "prise de conscience sur le terrain", comme l'a souligné Diallo M'bodji Sene, ministre malienne de la Promotion de la femme, des enfants et des familles.

Selon l'Unicef, trois millions de filles et de femmes sont mutilées chaque année sur le continent africain. L'excision, connue aussi sous le nom de circoncision féminine, consiste en l'ablation du clitoris et d'autres parties de l'appareil génital féminin. De nombreuses praticiens de l'excision ne sont pas formés et utilisent des instruments non stérilisés.

Par Reuters

zlabiya
23/02/2006, 16h48
Malgré l'intervention de l'état, il est difficile d'interdire et de convaincre une population qui pratique cette coutume depuis des années
C'est comme si on interdisait l'accès aux mosquées dans les pays arabes les vendredis
ce qui est affreux, c'est que certaines filles se font excisées , sans anesthésie et avec une lame gilette :22:

Space
23/02/2006, 17h20
Le Mali, qui a signé l'an dernier le protocole de Maputo qui demande aux Etats d'interdire et de sanctionner les mutilations sexuelles féminines, a l'intention de rendre cette pratique illégale.
de tout manière mm s'ils interdisent cette pratique horrible sur les femmes , c'est gens vont continuer a faire ça clandestinement , c'est une coutume qui ce pratique en afrique depuis des lustres ........
mais je dirai plutôt que c'est en instruisant ces gens qu'on les rends moins primaires ..

morjane
23/02/2006, 17h25
Je trouve qu'il est courageux de la part du Mali d'avoir adhéré au protocole de Maputo. Celà implique que l'Etat décide de montrer la ligne de conduite. Bien sur l'excision et l'infibulation sont des pratiques culturelles et on ne change pas les mentalités du jour au lendemain. D'où la volonté du ministre d'informer et de sensibiliser la population. Prenant tout celà en compte, il faut encourager reconnaitre soutenir ce genre d'initiative. Il n'y a aucune fatalité, il faut des volontés . Les femmes doivent se placer en première ligne et c'est à elles de ne pas laisser se reproduire l'horreur qu'elles ont subit. Elles formeront les génerations de demain. On peut faire évoluer des mentalités.

Cookies