PDA

Voir la version complète : Le chef du gouvernement sahraoui : ''Nous sommes devant une nouvelle étape, la paix


Focus
31/05/2010, 00h25
Madrid, 29/05/2010 (SPS) Le chef du gouvernement sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, a affirmé samedi à Madrid que devant l'enlisement du conflit du Sahara occidental, le peuple sahraoui a entamé une "transition vers une nouvelle étape dans laquelle il ne peut y avoir que deux solutions, à savoir la paix ou l'escalade militaire".

"L'enlisement du conflit est en train de conduire les Sahraouis à la limite de la patience. Nous sommes aujourd'hui dans une phase où la révision de notre vision et de nos relations avec la MINURSO nous parait inévitable", a ajouté le responsable sahraoui dans son intervention de clôture des 4es Journées des Universités publiques madrilènes sur le Sahara occidental.

"Par conséquent, commence pour nous la transition vers une nouvelle étape où il ne peut y avoir que deux solutions : la paix ou l'escalade militaire", a-t-il dit.

Devant cette perspective, il a appelé la communauté internationale à intervenir en "urgence" pour "préserver la légalité internationale et garantir la paix et la sécurité", précisant que le seul moyen pour y parvenir est de contribuer à ce que "le peuple sahraoui exerce son droit légitime à l'autodétermination et l'indépendance, de promouvoir le respect des droit de l'homme et l'ouverture du territoire aux observateurs internationaux".

Pour lui, ce n'est que dans ce contexte que les "conditions indispensables seront réunies pour que les négociations entre les deux parties (Front Polisario et le Maroc) aient un sens et puissent connaître des avancées".

Dans son intervention, le chef du gouvernement sahraoui a rappelé, par ailleurs, que le conflit sahraoui est un "processus de décolonisation inachevé" qui "doit trouver sa solution conformément au droit international pour tous les problèmes de décolonisation".

Dans ce sens, il a affirmé que tout règlement doit passer, par conséquent, par le "libre exercice du peuple sahraoui de son droit à l'autodétermination, conformément notamment à la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU".

Tout en rappelant encore qu'"aucun pays du monde" ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, le responsable sahraoui a précisé que ce pays "n'est qu'une force d'occupation devant laquelle la communauté internationale et l'ONU ont échoué à trouver une solution au conflit provoqué par cette occupation illégale".

Il a fustigé les "pays amis du Maroc" qui se font les porte-voix des thèses marocaines sur le Sahara occidental et qui tentent de semer le doute sur la viabilité d'un Etat sahraoui indépendant.

"Ces pays savent ou devraient savoir que l'expansionnisme est la réelle et seule cause de l'instabilité et la concorde entre les pays du Maghreb. C'est-là, le seul obstacle pour que les pays et les peuples de la région puissent unir leurs efforts dans la lutte contre le sous-développement et contre les fléaux du terrorisme, l'immigration illégale et le trafic de drogue", a-t-il dit.

Le chef du gouvernement sahraoui a dénoncé aussi "l'intransigeance” et "l'expansionnisme" du Maroc dans la poursuite de ce conflit qui entre dans sa quatrième décennie, dont il a tenu également responsable l'ONU "incapable d'appliquer ses propres résolutions dans un simple et classique problème de décolonisation"

Il en a voulu également à la France "le berceau de la révolution universelle et des droits et libertés de l'humanité, devenue aujourd'hui protectrice de la politique coloniale du Maroc et complice de ses violations des droits de
l'homme", a-t-il dénoncé.

Il a accusé également l'Espagne, "la puissance administrante du Sahara occidental", d'être la "responsable de toute la tragédie" du peuple sahraoui, et qui "n'a pas été capable de profiter de l'implication de l'ONU pour impulser une solution juste et pacifique" du conflit.

Par ailleurs, la cérémonie de clôture de ces rencontres d'information sur le Sahara occidental, ouvertes depuis mercredi, a été marquée par les les interventions des principaux animateurs de la "Plateforme Tous avec le Sahara (occidental)" comme les acteurs Willy Toledo, Carlos Bardem (frère de Javier Bardem) et le producteur de cinéma, Alvaro Longoria, qui ont réaffirmé à l'occasion leur "ferme soutien" à la juste cause sahraouie et critiqué la "passivité" de leur gouvernement devant le "drame sahraoui".

Willy Toledo a rappelé ainsi au gouvernement socialiste espagnol que le "peuple sahraoui continue de souffrir" et dénoncé le Maroc pour "la répression, les disparitions, les viols, la discrimination et les harcèlements systématiques" contre la population civile sahraouie dans les territoires sahraouis occupés.

"Nous sommes déterminés à poursuivre notre lutte en faveur du peuple sahraoui", a affirmé l'acteur espagnol, qui a appelé le gouvernement espagnol à reconnaître la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Cette rencontre de quatre jours a pris fin dans l'apothéose avec le concert de musique donné par la célèbre chanteuse sahraouie Mariem Hassan, la "Voix du Sahara occidental" qui a subjugué le nombreux public présent en inte rprétant plusieurs chansons de son dernier CD "Chouka”.

Inaugurées mercredi sous le thème, "Sahara occidental : un agenda en suspens, décolonisation et droits de l'homme", ces Journées ont vu la participation de plusieurs experts en questions de décolonisation, des académiciens, des militants des droits de l'homme de plusieurs pays, ainsi que des personnalités politiques espagnols et sahraouis. (SPS)

010/090/700 292324 MAI 10 SPS

Erfoud
31/05/2010, 00h32
Il commence a la ramener beaucoup celui là vaut mieux qu'il la mette en veilleuse s'il ne veut pas voir la cabane qui lui sert de maison s'ecrouler sur elle meme.

kabalo
31/05/2010, 02h34
Le retour des sahraouis à la mère patrie ne passe pas sans bruit :razz:

Focus
31/05/2010, 10h36
C'est la debacle, et les prises de position auxuqelles ont assiste sont un indices assez revelateur.

Comme toute dictature communistes qui se respecte, la nomeklatura essaye de rassembler les sahraoui en invoquant la menace exterieure etc... sauf que ca ne marche pas, puisque le Maroc ne les exclut pas, mais leur fait savoir qu'il les acceuillera comme il se doit.

ouchen58
31/05/2010, 16h24
la diplomatie marocaine pousse l'algérie et son bébé à l'erreur qui leur sera fatale..............................
c carrement la débacle chez le voisin.....................le maroc à réussi à le mettre au coin du ring.............prochainement, il va jeter l'éponge....:mrgreen:

Tems
31/05/2010, 16h26
laissons aujoud'hui ce sujet SVP

Cookies