PDA

Voir la version complète : La Maison blanche prête "au pire" face à la marée noire


arayzon
31/05/2010, 01h39
La conseillère du président Barack Obama pour l'énergie, Carol Browner, estime que la fuite du puits de pétrole de BP dans le golfe Mexique est "probablement le plus gros désastre environnemental" qu'aient jamais connu les Etats-Unis.


Le brut qui fuit depuis 40 jours par 1.600 mètres de fond à un débit quotidien de deux à trois millions de litres, souillant les côtes de la Louisiane, pourrait continuer à jaillir au moins jusqu'en août, a-t-elle prédit.

Interrogée par la chaîne de télévision CBS, Browner a déclaré que l'administration américaine "se préparait au pire", et ce, "depuis le début" de la catastrophe, entraînée par une explosion de gaz qui a coûté la vie à onze employés de la plate-forme offshore exploitée par BP.

British Petroleum a annoncé samedi l'échec et l'abandon de l'opération "top kill" visant à colmater le puits en injectant des boues de forage dans le puits et va tenter une nouvelle fois de mettre en place un couvercle de confinement étanche, en vue de pomper le brut sans colmater la fuite.

Mais, même en cas de réussite de cette tentative, il ne s'agira pas d'une solution définitive et du pétrole pourrait continuer à polluer le golfe du Mexique, a estimé Browner.

Pour sa part, le directeur de BP, Bob Dudley, a déclaré que la compagnie saurait dans un délai de quatre à sept jours si la tentative de prélever le gros du pétrole au niveau de la fuite pour le pomper vers la surface avaient des chances de succès.

"Ces gens qui travaillent offshore sont incroyablement habiles à cet exercice. Nous leur demandons de faire l'équivalent d'une opération à coeur ouvert qui serait suivie par tout le monde à la télévision.

En attendant, la colère et la frustration des riverains du golfe du Mexique et des autorités locales grandissent à l'égard de la compagnie pétrolière ainsi que du gouvernement fédéral, qu'ils jugent insuffisamment mobilisés pour sauver leurs côtes en les protégeant par des digues de sable.

Rober Dudley a promis sur CNN de "redoubler d'efforts pour s'assurer que le pétrole serait tenu à l'écart des plages de Louisiane".

Très critiqué lui aussi pour sa passivité supposée, Obama a déclaré que la poursuite de la fuite était une "agression contre les riverains du Golfe, leur gagne-pain et un patrimoine naturel qui nous appartient tous. C'est rageant et cela brise le coeur", a-t-il assuré.

Source : lexpress.fr

Cookies