PDA

Voir la version complète : Asilah: Les prix de l’immobilier à la hausse


auscasa
27/02/2006, 14h51
Des prix de m3 entre 1000 a 2000$ , entre l'autoroute et la plage, pour une ptite ville de 30 000 habitant ou vont ces prix? qui peus ce permettre des prix comme sa? apres casa rabat marakech... c'est au tous des ptite ville que les prix augmente, il y a pas 36 solution pour ces prix la, oubien payer les gens avec un smig a l'europeene oubien reduire ces prix, c'est la folie, que ce que vous en penser de tous sa?

L’attractivité de la ville augmente

· Mais l’offre en logements peine à suivre

DANS la petite ville d’Asilah, et surtout dans la vieille médina, les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. La moyenne de 10.000 DH pour le m2 est parfois largement dépassée, pour en arriver dans certaines zones situées face à la mer à 20.000 DH/m2.
Les derniers propriétaires des maisons situées à l’intérieur de l’enceinte historique de la vieille ville profitent de l’engouement des étrangers, prêts à payer le prix fort pour acquérir une résidence secondaire dans cette localité aux 30.000 habitants. Ce qui permet aux Zailachis de construire ailleurs. Pourtant, cela ne fait pas l’affaire de tout le monde.
La ruée vers la vieille médina contraint les acquéreurs potentiels à rechercher des terrains en dehors de la ville, notamment du côté de la zone de Briech, sur la route de Tanger, ou vers Larache, dans les douars de la région. Conséquence, les prix grimpent en flèche. Ce qui entraîne une hausse des loyers et pose problème pour les habitants dans une ville qui n’est pas encore entrée dans l’ère des immeubles et de l’habitat économique.
En fait, tout commence en 1979, avec le premier festival d’Asilah, phénomène qui changera la face de ce petit «patelin» perdu. La petite cité devient rapidement une destination privilégiée pour les intellectuels du Maroc et du monde. De fait, la vieille ville est pleine de charme. Entourée d’une muraille historique, elle abrite un ensemble de monuments, dont le Palais Raissouni, le Centre Hassan II des rencontres internationales, les ateliers des arts plastiques attachés au festival et les fameuses tours portugaises ouvertes au public. Tous ces facteurs, conjugués à un périmètre urbain réduit entre la mer et l’autoroute, ont fini par se répercuter sur la vie quotidienne des habitants. Certains estiment que la renommée mondiale de leur ville a dopé le marché de l’habitat de manière irrationnelle dans une localité où il n’y a, par exemple, aucun médecin spécialiste.
Les élus locaux semblent conscients de la crise. Selon Abdellatif Cheddadi, adjoint au maire, «un ensemble de nouveaux lotissements verra très prochainement le jour». Et d’ajouter que les permis des travaux ont été délivrés, parallèlement avec des projets de résorption de l’habitat insalubre initiés par la fondation Forum d’Asilah. D’autres chantiers dédiés à l’habitat économique et qui visent l’éradication des bidonvilles d’ici 2007 sont annoncés.

menara
27/02/2006, 15h19
Aujourd'hui Asilah se trouve entre plusieuyrs pôles majeurs : Pôle de Tanger et Tanger Med et le pôle de Larache et de la métrople Atlantique qui va jusqu'a Al jadida.

La ville se trouve sur un noeud autoroutier (Autoroute Rabat-Tanger, Autoroute (Sidi Al Yamani-Tanger Med) et la voies expresse (Tanger-Tetouan)

En plus de cela le dévelloppement de la station balnaire de Lixus booste la région et fait grimper de maniére significatif les prix des terrains et de l'immobilier puisque la région attire de plus en plus de personnes.

kerouac
27/02/2006, 16h11
Salut Auscasa,

Un lien intéressant sur l'immobilier au Maroc, je te renvoie directement sur Asilah, que je ne connais pas:

http://www.immobilier-maroc.com/immobilier-maroc.php?idc=11&idq=306&lang=fr

On semble pouvoir trouver des apparts neufs environ 500,000 dh, apparts que moi, je me méfie.
J'ai vu plusieurs apparts "neufs" à Essaouira, dans le nouveau quartier et, déjà, la moisissure était palpable sur les murs. Un taux incroyable d'humidité était omniprésent dans les apparts, faut dire que j'y étais en hiver et l'absence de chauffage dans ces apparts y était sûrement pour beaucoup et qu'aussi, le manque de lumière atrocement absent.
Par contre, dans la medina, pas de problème de ce côté-là, du moins en ce qui à trait à l'humidité, pour les vieux apparts non-exposé au vent de la mer, chauffé ou pas. C'est à pensé que, vice de construction ou encore, les architectes n'ont pas bien fait le boulot, en créant ceux-ci loin de toute exposition à la lumière, bref.

Tant qu'à Casa, j'ai vu plusieurs "promo" annonçant des appartements à vendre dans les 300,000dh, ce qui me semble raisonnable et accesible, sûrement pas dans les quartiers les plus chics comme le Maarif, Gautier et j'en passe mais il faut un début à tout.
Tout au sud de Casa, à Tamaris ( 30 minutes de voiture), de belles villas en duplex ( revenu locatif à l'étage) offert à plus ou moins 800,000DH, pour environ 80m carrés par appart(2x), on parle alors ici d'un prix d'environ 5000dh le mètre carré et ça, avec vue sur mer, moins de 2 minutes de la plage. Et pas de de problème d'humidité en ce qui concerne ces constructions, une cheminée permettant le chauffage en hiver et aussi, inondé de lumière. La proximité de Casa qu'on ose bien souvent décrié par sa pollution, sa circulation mais après un certain temps, qu'on aime bien retrouver, paradoxalement :-)

Tant qu'à moi, quand je vois les prix de l'immobilier monter dans un pays, je me dis que le pays est sur la bonne voie et que, dans toute échange commerciale, l'acheteur et aussi le vendeur, y trouve son compte.
Le marocain qui vend son appart de charme dans la vieille medina d'Asilah à un étranger par exemple, pourra compter sur une jolie galette afin de s'adonner à d'autres activités économique qui sauront profiter au pays.

Pour les gens pauvres et sans le sous, des HLM sont envisageable voire même impératif.

Tant qu'à moi, ces hausses immobilières ne m'inquiète pas. Les prix s'ajustent naturellement selon le bon vieux principe de l'offre et la demande.

C'est pas tous les français par exemple, qui peuvent s'offrir St-Tropez ;-)

auscasa
27/02/2006, 21h22
tous d'accord avec toi, justement l'article dit qu'il y a pas encore des habitat social comme ils en font dans les grandes villes pour finir avec les bidonville.

mais je suis sure qu'ils vont en faire avant qu'ont voie les memes probleme de casa dans les annes 80, des immigres avec des bidonvilles partous, je me rapelle a casa il y a 10 15ans que sa il y avait pas ces prix la de 200 000dh (habitat social) tous etais tres tres cher mais il y a beacoup de changement, meme les ptites bourse peuvent acheter a credit maintenant.

tanvilo
17/11/2008, 12h10
j ai lu votre commentaire sur l immobilier a asilah.
a part tamaris(aucun transport en commun ), vous connaissez d autres villes ou l on peut
acheter a un bon qualite/prix.
vous pensez quoi de ksar seghir ou sidi bouknadel ?

Cookies