PDA

Voir la version complète : Une production de près de 3 millions de quintaux de céréales attendue à Sidi BelAbbès


DZone
08/06/2010, 11h44
Une production de pas moins de 2,8 millions quintaux de céréales est attendue cette année dans la wilaya de Sidi Bel Abbès, selon
la Direction des services agricoles.
Cette production est due, selon les mêmes sources, à l’augmentation des superficies emblavées, avec une augmentation de 22 200 ha, ce qui donnera une superficie totale à travers la wilaya de plus de 197 000 hectares.

Au volet de la campagne des moissons, toutes les dispositions ont été prises avec la mobilisation de tous les moyens humains et matériels, notamment le transport et les infrastructures de collecte et de stockage.
Ces résultats permettront certainement à la wilaya de Sidi Bel Abbès de dépasser, cette année encore, les objectifs fixés par le contrat de performance signé avec le ministère de tutelle. Le concept de sécurité alimentaire fait référence à la disponibilité ainsi qu’à l’accès à la nourriture en quantité et en qualité suffisantes, à l’heure où la crise en menace plus d’un. Cette wilaya, note-t-on, compte pour sa part, dans le cadre du développement rural, 395 projets implantés à travers 54 localités pour une population ciblée de 157 610 âmes.

Les projets généreront quelque 5 710 emplois. A Sidi Bel Abbès, caractérisée par sa production céréalière et laitière, les responsables du secteur ont ainsi affirmé que la sécurisation des créateurs de la richesse est désormais assurée car la performance agricole reste un véritable jalon et repère, outre une meilleure réponse, et un excellent moyen d’améliorer la production agricole.


De notre correspondante à Sidi Bel Abbès
Amira Bensabeur

© Copyright La Tribune d'Algerie

DZone
08/06/2010, 11h46
La facture d’importation de blé tendre a été ramenée en 2009 à 1,2 milliard de dollars contre 3,25 milliards en 2008.

L’Algérie importera de moins en moins de blé tendre dans les années à venir. C’est ce qu’a annoncé Noureddine Kahal, directeur général de l’Office algérien des céréales (Oaic). En effet, intervenant à l’émission matinale L’invité de la Rédaction de la Chaîne III, le DG de l’Oaic a expliqué que «l’Algérie va probablement réduire la facture d’importation de blé tendre».

Cette réduction sera le résultat de la stratégie adoptée par l’Etat qui vise à soutenir les céréales durant les cinq prochaines années. «Ce sont des productions considérées comme stratégiques qui sont visées par ce soutien» a-t-il dit.
Et cette stratégie a fait ses preuves, puisque selon M.Kahal «le soutien accordé depuis deux années, commence à donner ses fruits (...) et l’Algérie, à travers l’Oaic, n’a pas importé de blé dur depuis avril 2009». Selon le même responsable, «le coût de la facture alimentaire concernant l’importation des céréales en 2008 a dépassé les 3,25 milliards de dollars. Elle a été ramenée à 1,2 milliard de dollars en 2009 soit une économie de plus de 2 milliards de dollars en l’espace d’une campagne».
S’agissant de l’orge, l’orateur a indiqué que la production nationale est excédentaire. C’est ce qui a poussé le pays à la soumettre à l’exportation.

Toutefois, le même responsable a assuré: «Nous avons un stock qui nous permettra de couvrir les besoins du marché national pour deux ans sans compter la production qui est attendue et qui s’annonce bonne.» Revenant sur l’opération d’exportation de 10.000 tonnes d’orge vers la Tunisie, la première depuis 43 ans, l’intervenant a souligné que l’opération s’est effectuée «en fonction des capacités de chargement au niveau de nos ports mais aussi du bateau que nous comptons affréter pour l’expédition de nos exportations».

Selon M.Kahal, le bateau a quitté, hier, le port d’Alger avec son chargement destiné à l’Office des céréales de Tunis qui l’a acheté auprès d’un trader français à un prix supérieur à celui affiché par la Bourse de Chicago. Ce dernier est situé entre 130 et 135 dollars la tonne.
L’Algérie a ainsi tiré un bon prix de sa production et ce, grâce à «la qualité supérieure» de l’orge destiné à l’exportation.
En effet, interrogé sur la qualité de cette céréale, le DG de l’Oaic a rétorqué que «la meilleure réponse est celle du client qui a acheté le produit et à qui nous avons rendu visite hier avec le ministre de l’Agriculture».

Il poursuit son argumentaire en ajoutant que ce dernier «reconnaît à notre produit une qualité nettement supérieure à la norme internationale».
Et M.Kahal de souligner que la qualité première de cet orge est son origine 100% biologique.
«En plus de tous ces atouts, il s’agit d’un produit bio à 100%. Toutes ces qualités ont fait que le client qui a acheté le produit a reconnu sa qualité et se positionne en tant que premier client de l’Algérie dans la perspective d’autres quantités qui seront mises sur le marché», a-t-il avancé.

Yasmine ZOUAGHI

© Copyright L'Expression

salamine
08/06/2010, 17h33
Ce genre d'événement donne du baume au cœur pour l'avenir.

kenzy
08/06/2010, 18h48
c'est tres bien et ce qui est bien aussi c'est qu'on peut faire mieux



La France, leader européen


http://www.la-croix.com/img/la-croix/commun/pix_trans.gifLa France est le premier producteur de céréales devant l’Allemagne. Elle est aussi le deuxième exportateur mondial derrière les États-Unis. Les céréales couvrent 9,5 millions d’hectares dans le pays, une surface qui a augmenté de 7 % depuis 1993.

La production nationale s’est élevée à 69,862 millions de tonnes en 2009
théoriquement nous on a la possibilité de faire plus

hugochavez59
08/06/2010, 19h30
comparé avec la france...

et pourquoi pas avec le midwest americain...


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/32/World_Koppen_Map.png/800px-World_Koppen_Map.png


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/2/23/Medclim2.png/450px-Medclim2.png

comparé avec la france...:rolleyes: :rolleyes:


lalgerie est un pays semi-aride...et en devellopement...

on ne compare pas tout et rien

juste pour avoir le bonheur de nier la realité des progres realisés...

kenzy
08/06/2010, 19h39
hugo soit pas paranoïaque :rolleyes:

je suis algeriens et content du progrès mais l'heure est au travail et on doit se surpasser pour rattraper le retard

les compliments ne servent a rien les critiques si

hugochavez59
08/06/2010, 19h44
parano...

comparé le climat de la beauce a celui du constantinois...:rolleyes:

cest vraiment pas serieux...

quand il y a des progres il faut le souligner, sinon la credibilité en prend un sacré coup

Ruicosta
08/06/2010, 21h44
c'est tres bien et ce qui est bien aussi c'est qu'on peut faire mieux




théoriquement nous on a la possibilité de faire plus
au contraire theoriquement est pratiquement on a meme pas la possibilite de faire pareil si on analyse les chiffres ci-dessus consernant la performance francaise on aura :
9.5 millions ha pour la cerealiculture = la superficie agricole utile algerienne
70 millions de tonnes de production = un rendement de 73 qt/ha = 4 fois le rendement moyen en algerie (15 a 20 qt/ha)
donc maleureusement pour nous les facteurs climatiques et nos maigres ressources hydriques ne nous permeteront jamais d'etre un gros producteur cerealier a l'image de la france ou des usa

hugochavez59
08/06/2010, 22h00
il y a des evidences qui ne passent pas aupres des descendants des gaulois...

lalgerie francaise...ca fait 50 ans que cest terminé....

kenzy
08/06/2010, 22h24
il y a des evidences qui ne passent pas aupres des descendants des gaulois...

lalgerie francaise...ca fait 50 ans que cest terminé....

c'est quoi ce chefs-d'œuvre que tu nous as lâcher :rolleyes:

hugochavez59
08/06/2010, 22h29
comparé aux tiens...en effet

il y a encore de la marge...

kenzy
08/06/2010, 22h55
ah wé ??!!! et ta gaspiller un message pour faire un H.S debile


9,5 millions d’hectares en france (sur environ 29 millions d'hectares, soit 54 % du territoire surface agricole utile)

contre 3,3 millions d'hectares soit un peu plus de 38% de la surface agricole utile

et la céréaliculture commence a se développer dans le sud http://www.algeriepyrenees.com/article-sud-algerien-production-de-ble-record-attendue-a-ghardaia-49121195.html

relis toi tu te rendra compte de la profondeur de tes conneries

hugochavez59
08/06/2010, 22h57
le sahara.....une plaine cerealiere...

de mieux en mieux :lol:

Zeste
08/06/2010, 23h41
Des céréales sont cultivés dans le Sahara, je ne connais pas les quantités et ce qui pourrait être fais pour développer d'avantage !

hugochavez59
08/06/2010, 23h45
les criquets vont adorer...

le sahara, pour lhorticulture, les dattes et les primeurs (fruits et legumes) hors saison, oui

pour le reste :rolleyes:

meme les saoudiens et les lybiens en sont revenus des cereales dans le desert, impossible a rentabiliser

Zeste
08/06/2010, 23h46
Les criquets ne sont pas présent chaque année !

kenzy
08/06/2010, 23h57
Des céréales sont cultivés dans le Sahara, je ne connais pas les quantités et ce qui pourrait être fais pour développer d'avantage ! c'est du H.S mais ma3lich


L'industrie des agrumes prospère dans le désert saoudien
La production atteint 50 000 tonnes, sous l'impulsion du Centre de recherche bénéficiant de l'appui de la FAO




NAJRAN, Arabie saoudite -- Les visiteurs arrivant dans cette ville du désert à l'extrême sud-ouest du pays seront stupéfaits devant le spectacle qui s'offre à eux: des plantations d'orangers, de citronniers, de mandariniers et de pamplemoussiers poussant dans des sols sablonneux grâce à l'irrigation au goutte-à-goutte, et une région agricole prospère s'efforçant de satisfaire la demande nationale d'agrumes.
La région doit cette impressionnante réussite économique et scientifique à la création en 1982 du Centre de recherche en développement horticole par le Ministère de l'agriculture et de l'eau, avec l'assistance technique de la FAO. Le désert n'est certes pas l'habitat idéal pour les agrumes, mais la région de Najran, avec son climat modéré, ses nappes phréatiques et son ensoleillement, s'est avérée adaptée à la culture des agrumes et le Centre a jeté les bases du développement scientifique d'une industrie moderne.
La région de Najran produit 50 000 tonnes d'agrumes par an, chiffre en progression qui contribue de plus en plus à la demande nationale, laquelle avoisine actuellement les 700 000 tonnes l'an, le reste étant importé. Etant donné que 70 pour cent des 250 000 habitants de la région travaillent dans le secteur agricole, la plupart des familles ont tiré parti de ce boom, améliorant leur niveau de vie, ainsi que les écoles et les institutions publiques. Najran s'identifie si parfaitement aux agrumes qu'elle a acquis le surnom de "Orange du désert".
"Notre Centre est le premier institut spécialisé dans les agrumes au Moyen-Orient", annonce fièrement Ali Bin Abdallah Al Jalil, directeur du Centre. "A l'heure actuelle, nous nous efforçons d'adopter des règles juridiques sur l'enregistrement et la certification des jeunes plants d'agrumes qui donneront à notre Centre une renommée internationale".

http://www.fao.org/NEWS/2002/img/citrus2.jpg

Ali Bin Abdallah Al Jalil, directeur du Centre, inspecte l'irrigation au goutte-à-goutte dans une orangeraie de Najran (FAO/Salah Al Bazzaz)
M. Al Jalil est diplômé en agronomie de l'Université de la Floride, où il a récemment suivi des cours de perfectionnement. Il souligne que si les agrumes sont plus adaptés aux conditions d'autres pays, l'Arabie saoudite utilise des technologies plus poussées comme des appareils sophistiqués pour étudier l'ADN des agrumes et contrôler les microbes et les virus. "Nous avons testé plus de 100 variétés d'agrumes de la Floride, de l'Arizona et de Californie avant de nous fixer sur 80 variétés qui ont été jugées satisfaisantes pour les conditions environnementales et commerciales de Najran", fait-il remarquer. "Nous continuons à rechercher des agrumes adaptables aux conditions désertiques".
La FAO travaille avec le Centre depuis le début, offrant une formation en matière de production, d'irrigation, de protection des végétaux et de vulgarisation. "Désormais, le Centre est géré à 100 pour cent par les Saoudiens," explique M. Mohamed Djerbi, coordonnateur du programme de la FAO dans le pays. "Il forme également les agronomes travaillant au Ministère de l'agriculture et de l'eau et dans d'autres secteurs du gouvernement".
Les agriculteurs visitent le Centre régulièrement. Ibrahim Akran a récemment apporté des échantillons de sol et d'eau au service d'analyse du Centre pour voir si ses terres étaient adaptées à la culture d'agrumes. Mohamed Bin Muslim, propriétaire d'une exploitation d'agrumes de deux ans d'âge, compte sur les conseils du Centre. "Grâce à leur nouveau système d'irrigation et au recours limité aux engrais, mes arbres poussent mieux, la qualité des fruits est meilleure et la production a augmenté", déclare-t-il.
Démarrer une industrie d'agrumes est une affaire complexe. Le Centre, qui emploie 25 agronomes et techniciens, a dû trouver des variétés indiquées pour la région, notamment des oranges douces comme les variétés "Early March" et "Spanish Caletciano". Les agriculteurs, qui cultivaient normalement du blé, de l'orge et du trèfle, ont dû apprendre de nouvelles méthodes. Le Centre a encouragé l'irrigation au goutte-à-goutte plutôt que l'irrigation traditionnelle, "rationnalisant ainsi l'utilisation d'une ressource importante, qui était gaspillée un peu partout", explique Rashed Al Zubeidi, un agronome du Centre.
Le Centre gère cinq laboratoires qui examinent les jeunes plants, les maladies virales et autres, analysent les échantillons de sol et testent la qualité des agrumes. Il produit environ 100 000 jeunes plants d'agrumes exempts de virus par an sur ses 40 hectares, et les vend aux agriculteurs locaux à des prix de faveur afin de les encourager à utiliser des stocks de qualité supérieure.

hugochavez59
09/06/2010, 06h05
on se met a la realité....:rolleyes:

le sahara, pour lhorticulture, les dattes et les primeurs (fruits et legumes) hors saison, oui

samarkand777
09/06/2010, 09h22
pour etre un peu connaisseur du secteur. hugo a raison on sera jamais la france et ses 70 millions de tonnes.

nous on produit 62 millions de quintaux.......soit 6,2 millions de tonnes.
mais comme la france est peuplé double que l'algérie.il faudrait pour l'égaler produite 35 millions de tonnes.
il faudrai donc quintupler notre production, la dans un avenir assez lointoin c'est peut etre faisable.mais ca sera tres tres dur car il faudrait avoir un rendement de 100 qtx hectare.meme la france et son climat idéale et toute sa technologie ne fait que 70 donc.........vous voyez le chemin.

il faut avoir un obj realiste.avant bouteflika on arrivai a atteindre 10 qtx l'hectare(tres faible) maintenant on est a 20 qxt l'hectare.
il faudrai doubler notre rendement moyen et viser 40 qtx.
sur 3,3 millions d'hectares ca nous donnerai 130 millions de qtx soit 13 millions de tonnes.et c'est largement dans nos cordes.et j'en suis persuadé qu'on y arrivera.
avec 13 millions de t onnes, on est largement independant et excedentaire.
peut etre pas pour le blé tendre mais blé dur et orge exportés compenseront.

Cookies