PDA

Voir la version complète : NADIR BELHADJ :«Un match spécial pour Hassan et moi»


Paradynia
17/06/2010, 06h46
Le sociétaire de Portsmouth sera l’un des deux guides des Verts dans ce duel avec le football anglais. Nadir Belhadj et son coéquipier des Pompey, Hassan Yebda, auront la lourde tâche de conduire la sélection vers l’exploit.
De notre envoyé spécial en Afrique du Sud, Mohamed Bouchama
Ce match contre les Three Lions est celui de Nadir Belhadj. «Nous avons loupé le match de Slovénie et on prépare à fond celui qui vient, encore plus grand face à l’Angleterre. Nous n’avons pas d’autre alternative que de gagner et les Anglais sont obligés de faire pareil. Ce sera donc un match ouvert et on va essayer, tout en défendant bien, de les prendre à défaut par des contres», dira d’embée le milieu gauche des Verts. Une telle confrontation devrait connaître beaucoup de duels, selon l’ancien Lensois. «Physiquement, ce sera un match dur. Il y aura beaucoup de duels. Les Anglais sont aussi bons techniquement que sur le plan de l’engagement physique», avance Belhadj qui estime toutefois que le coup est jouable. «Les Égyptiens leur ont tenu la dragée haute pendant un long moment durant le match amical de mars dernier. Ils les ont fait douter. Pour notre part, il va falloir bien se défendre, ensemble et d’une manière intelligente et employer l’arme du contre», précise celui que les médias anglais qualifient de «danger n° 1» de l’Angleterre de Capello. De l’avis de Belhadj, le manque (l’absence plutôt) d’efficacité de l’attaque des Verts est plus un problème collectif qu’individuel. «Nous avons des joueurs d’attaque qui ont d’excellentes dispositions techniques. L’attaque, c’est toute l’équipe. Qu’on leur donne de bons ballons et on verra ce dont sont capables Saïfi, Ghezzal, Matmour et Djebbour. Confiant, Belhadj l’est. Celui qui retrouvera nombre d’équipiers (James) et ex-équipiers (Peter Crouch, Glenn Johnson) entre autres, avoue que les retrouvailles se résumeront aux incartades dans le tunnel du match. «C’est un match spécial pour moi et mon ami Hassan nous allons retrouver des potes à nous. On va les chambrer certainement avant la rencontre mais après chacun fera son match comme il l’entend», affirme Belhadj qui n’a pas de préférence, pour ce qui est de celui qui gardera les bois anglais, entre son coéquipier David James et Robert Green, le gardien qui a offert le nul aux Américains samedi dernier. «Qu’importe le gardien qui va jouer, nous avons besoin de marquer pour gagner et rester dans la course», a-t-il conclu.


le soir d'Algérie.

Paradynia
17/06/2010, 06h47
.............................

Cookies