PDA

Voir la version complète : Après Paris, un apéro "rosette et pinard" programmé à Lyon


LAYALI
17/06/2010, 07h20
C'est dans le quartier de la Guillotière, à Lyon, à forte population issue de l'immigration, qu'un projet d'apéro « rosette et pinard » a été initié sur Facebook. Quelques jours après l'interdiction d'une manifestation similaire à Paris.

http://memorix.sdv.fr/5/www.leprogres.fr/Home/divers_articles/1273925197/Position1/SDVG_LP_LC/default/empty.gif/557646347330775a704e41414277352b? (http://memorix.sdv.fr/5c/www.leprogres.fr/Home/divers_articles/1273925197/Position1/SDVG_LP_LC/default/empty.gif/557646347330775a704e41414277352b)
Hier soir, ils étaient plus d'un millier de membres de la page Facebook "Apéro géant rosette et pinard à la Guillotière". Une initiative légitimée "afin de déguster en bonne compagnie les fruits de toute une tradition, une culture", peut-on lire sur le site.
En début de semaine, un projet similaire intitulé "Apéro géant Saucisson et pinard à La Goutte d'Or !" a vu le jour à Paris. Après deux jours de polémique, le projet, lancé aussi via Facebook, a été interdit par la préfecture de police de Paris, qui a jugé que "cet évènement de voie publique [était] créateur de risques graves de troubles à l'ordre public".
Du côté de la préfecture du Rhône, pas d'affolement : "L'étude des risques liés à cette manifestation est en cours". Ces apéros d'un nouveau genre se développent, portés par la mouvance des « identitaires ». Les pseudos utilisés pour ces différents "apéros", les argumentations et les revendications sont les mêmes.

A Lyon, ce sont les militants de Rebeyne qui constituent le noyau dur de cette mouvance classée à l'extrême droite et rattachée au Bloc Identitaire. Un mouvement fondé en avril 2003 par Fabrice Robert, l'un des dirigeants d'Unité Radicale, mouvement dissous en août 2002 après la tentative d'assassinat perpétrée par l'un de ses membres, Maxime Brunerie, contre Jacques Chirac le 14 juillet 2002.
Principale arme de ces militants : la communication. « Burqas, hijab, magasins islamistes, "barbus", boucheries halals, notre ville fleurit de merveilles orientales en ce mois de juin 2010. La production "Il faut y voir pour y croire", vous ramène donc ces quelques images en guise de témoignage ». Sur leur site internet, un film réalisé par les militants lyonnais de « Rebeyne » plante le décor. Sur fond de musique inquiétante, les images bien choisies du quartier de la Guillotière défilent. C'est donc là qu'est programmé cet « apéro ». Ce ne sera pas un hasard. Avec pour revendication, la lutte contre la mondialisation « tueuse de peuples et destructrices de cultures », le « refus de l'islamisation, de la pensée unique et du racisme anti-blanc qui en découle ». Peu de doutes donc sur la réalité des motivations des organisateurs du mouvement. Hier, la fédération du Rhône de la Ligue des droits de l'Homme réagissait en dénonçant une « stratégie d'occupation de l'espace public ». « Après les attaques frontales et caricaturales des années 1980-90, les initiatives de l'extrême-droite, prennent maintenant des formes plus pernicieuses et inquiétantes » a commenté la LDH.
Reste que les rangs des soutiens à l'opération ont encore le temps de gonfler, l'événement n'est pas programmé avant la semaine prochaine. Même s'il est probable qu'il soit réservé à cette manifestation, le même sort qu'à Paris.


Source : leprogres.fr

Cookies