PDA

Voir la version complète : Le fiasco Freddie Mac, Fannie Mae


arayzon
17/06/2010, 17h51
Les spécialistes du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac se sont changés en créatures terrifiantes du fait de leur nature hybride de groupes privés appuyés par le gouvernement.


Ce soutien public a déjà coûté aux contribuables plus de 100 milliards de dollars. L'annonce de leur retrait de la cote à New York mercredi, en raison d'un non respect des exigences de cours minimaux de la Bourse américaine, est un rappel utile du mauvais fonctionnement de ce modèle public-privé. Malheureusement, la plupart des projets de réforme du marché hypothécaire supposent que cette approche hybride persiste sous une forme ou une autre.

La plupart des réformateurs veulent conserver des entités continuant à faire la plupart des choses que font Fannie Mae et Freddie Mac, à savoir racheter aux banques leurs créances hypothécaires et les revendre sous forme d'obligations sur le marché. Le principal changement prôné par les réformateurs est le retrait du soutien spécifique du gouvernement à ce type d'entités. Ils veulent à la place une garantie du gouvernement pour les obligations émises par ces entités.

Certes, cette approche limite considérablement le degré avec lequel les entités qui remplaceront Freddie et Fannie bénéficieront de l'intervention du gouvernement. Mais le danger est que le gouvernement, dans son désir de soutenir le marché hypothécaire, brade ses garanties, exposant à nouveau les contribuables à des pertes en cas de chute du marché immobilier.

Les gens veulent une intervention du gouvernement parce qu'ils croient que le marché hypothécaire a besoin d'être soutenu en période de ralentissement économique. Promettre ce soutien devrait néanmoins empêcher des changements susceptibles de rendre le marché plus résistant. Par exemple, si le gouvernement se retirait complètement, les banques commenceraient à concevoir des crédits hypothécaires qu'elles voudraient conserver tout au long d'un cycle économique. En ce moment, elles préfèreraient vendre tous leurs actifs hypothécaires à Fannie et Freddie.

Une refonte plus drastique est nécessaire pour éviter un nouveau fiasco sur ce marché.

Par Peter Eavis (Dow Jones Newswires)

Source : investir.fr

Cookies