PDA

Voir la version complète : Parcs industriels au Maroc : Ouled Salah déjà trop petit?


othmane26
17/06/2010, 21h12
http://www.leconomiste.com/upload/article/6_101168.jpg· Les manifestations d’intérêt ont atteint 170% de l’offre

· La formule: location longue durée

· Entre 6 et 7 DH/m²/mois de loyer hors TVA et charges

Foncièrement déterminante, la question du foncier pour développer l’industrie! Après l’espagnol Ditema qui a mis 6,6 milliards de DH sur la table pour une cité intégrée autour d’un parc industriel, c’est au tour des Français de lancer les travaux pour le parc industriel de Ouled Salah, hier mercredi 16 juin. Un investissement global de 177 millions de DH, mené par la Chambre française de commerce et d’industrie (CFCIM) et rassemblant des opérateurs de taille dans le tour de table de la société gestionnaire (Sogepos): Med-Z, BMCE Bank, Sanad, BMCI, SGMB, CDM, BCP. La commune rurale de Ouled Salah est aussi partenaire du projet.
Le premier parc industriel initié par la Chambre, celui de Bouskoura, a connu un franc succès (97% d’occupation), mais après des débuts difficiles. Une expérience qui a été reprise et étendue, à quelques nouveautés près, selon le même principe: la location longue durée. Une formule qui offre l’avantage de dispenser les industriels locataires des contraintes de gestion courante. En effet, espaces communs, sécurité, hygiène, électricité… sont assurés par la société gestionnaire en contrepartie d’une charge fixe facturée en sus du loyer.
Les 32 hectares du parc ont une capacité d’accueil de 150 unités sur des surfaces allant de 500 à 10.000 m². Le loyer mensuel, pour sa part, sera compris entre 6 et 7 DH/m² pour les terrains, 70 DH/m² pour les locaux commerciaux et bureaux et 38 DH/m² pour les locaux industriels prêts à l’emploi. Ce prix ne comprend ni la TVA, ni les charges qui sont de 0,5 DH/m² mensuellement. L’ambition est d’attirer 3 milliards de DH d’investissements, dont la moitié en investissements directs étrangers, et qui devraient, selon les prévision, générer entre 7.000 et 8.000 empois directs, et 4.000 indirects.
Déjà les manifestations d’intérêt transmises par les industriels à Sogepos ont dépassé l’offre disponible (170%). Mais la commercialisation effective ne commencera qu’au terme des travaux qui prendront de 8 à 10 mois. «Les premiers dossiers éligibles déposés après le début de la commercialisation seront les premiers servis», explique Mounir Benyahya, directeur général de Sogepos. Parmi les critères d’éligibilité fixés aux PMI, figurent la non-émission de rejets polluants (liquides et gazeux) et la création d’emplois.
Vu la demande, les parcelles devraient s’écouler «comme des petits pains», même si les loyers sont jugés trop élevés par quelques PMI. «Pour notre activité, nous avons besoin de grandes surfaces, et les tarifs proposés vont gonfler nos charges», confie un industriel dans l’agroalimentaire, qui compte tout de même s’installer dans le parc pour étendre son activité.

source : leconomiste.com

Cookies