PDA

Voir la version complète : Le Maroc mise sur le port de Tanger Med pour convaincre les industriels


Raco
18/06/2010, 10h38
Le Figaro : Le Maroc mise sur le port de Tanger Med pour convaincre les industriels

"Tanger, la deuxième région industrielle marocaine, a de grandes ambitions."

Le Maroc, qui a connu une croissance de 4,9% en 2009, "mise sur le port de Tanger Med pour convaincre les industriels", écrit vendredi le quotidien français +Le Figaro+.

"Une usine Renault capable de produire 400.000 véhicules par an en cours de construction. Des équipementiers automobiles qui s'installent. Tanger, la deuxième région industrielle marocaine, a de grandes ambitions", indique le journal.

Cette région "dispose de 5.000 hectares de zones industrielles et de zones franches pour convaincre les entreprises étrangères de s'installer. Son atout: le nouveau port Tanger Med situé sur le détroit de Gibraltar, l'un des trois passages maritimes les plus fréquentés dans le monde avec 100.000 navires par an", relève +Le Figaro+.

"Capable de rivaliser en productivité avec les ports chinois, les plus performants dans le monde, Tanger Med a l'ambition d'être la porte du pays sur l'Asie, les Etats-Unis et l'Europe avec laquelle le Maroc renforce ses liens. Des discussions doivent aboutir à la fin de l'année pour que le Royaume, auquel l'Union européenne a accordé le bénéfice du Statut avancé en octobre 2008, puisse devenir un partenaire politique et économique privilégié", rappelle le quotidien.

"Les négociations obligent à une convergence des normes marocaines et de la législation marocaine avec celles de l'Europe", explique M. Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib cité par +Le Figaro+.

"Nous voulons attirer les PME pour les aider à grandir dans la mondialisation, leur permettre d'avoir un pas d'avance sur leurs concurrents et leur permettre de ne pas abandonner leur coeur de métier", assure au Figaro M. Salaheddine Mezouar, ministre de l'Economie et des Finances, soulignant la mise en place de stratégies sectorielles qui donnent de la visibilité aux investisseurs.

Pour le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), M. Mohamed Horani, "il s'agit d'une véritable opportunité. Nous souhaitons positionner définitivement le Maroc comme plate-forme de production et d'exportation".

En effet, six chantiers ont été lancés dans le textile et le cuir, l'agroalimentaire, l'offshoring (services informatiques et centres d'appels), l'électronique, l'automobile, l'aéronautique, affirme +Le Figaro+, rappelant l'inauguration jeudi à Mohammedia par Nexans, leader mondial de l'industrie du câble, d'une usine qui fabrique des câbles pour les Airbus.

Et de souligner que les géants français "Areva, EDF, GDF Suez et Total font partie des 180 candidats retenus par l'Agence marocaine de l'énergie solaire (MASEN) pour construire une centrale solaire de 500 mégawatts à Ouarzazate. Un investissement de 7,3 milliards d'euros".

"La lutte sera sévère, car les Chinois, les Allemands, les Américains sont aussi sur les rangs. Les Marocains qui misent sur les énergies renouvelables pour réduire leur dépendance énergétique, choisiront les heureux élus en novembre", fait observer +Le Figaro+.

Néanmoins, "les entreprises marocaines doivent pouvoir travailler en Europe comme les entreprises européennes le peuvent au Maroc. Il faut enlever les barrières", observe M. Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et des Transports, cité par le quotidien.

"Dans les transports routiers internationaux, les sociétés marocaines sont obligées de demander trois visas pour aller de Casablanca à Stuttgart", souligne +Le Figaro+.

lavieeco le : 18/06/2010

Cookies