PDA

Voir la version complète : sodea-sogeta :ce qui a ete fait des concession(model a suivre)


othmane26
18/06/2010, 17h08
Pour la première tranche, 1,8 milliard de DH déjà investis et 5 000 emplois créés. Sur 174 projets, 23 seulement sont en retard.
Les 131 projets retenus pour la deuxième tranche n'ont pas encore bouclé une campagne complète. Ils devraient générer un investissement de 7,7 milliards de DH.
La troisième tranche a drainé plus de 16 000 soumissionnaires.




http://www.lavieeco.com/economie/16869-sodea-sogeta-ce-qui-a-ete-fait-des-concessions-des-deux-premieres-tranches.html/affiche_image?article=16869Avec deux années successives de pluviométrie remarquable (568 mm pour cette deuxième année et des barrages à près de 100% de taux de remplissage), l'agriculture a le vent en poupe. En témoigne le nombre de prétendants pour la troisième tranche du partenariat public - privé autour des terres de la Société de développement agricole (Sodea) et de la Société de gestion des terres agricoles (Sogeta).
En effet, ils sont 16 000 candidats à se bousculer au portillon pour avoir une parcelle des
21 000 ha qui sont l'objet à manifestation d'intérêt en ce moment. Il n'y a qu'à comparer ce nombre avec ceux des première et deuxième tranches pour mesurer la différence. Ils étaient 635 à déposer des offres, sur 1 500 dossiers retirés, pour les 55 000 ha de la première tranche (25 octobre 2004 au 7 avril 2005) et 860, sur 1 400 dossiers retirés, pour la deuxième (16 avril au 12 septembre 2007) qui avait porté sur près de 39 000 ha.
Mais la partie ne fait que commencer, rappelle-t-on du côté du ministère de l'agriculture et des pêches maritimes. En effet, le dépôt des dossiers est prévu pour le 25 juin courant pour les grands projets comme pour les moyens et les petits. Il faudra deux mois pour faire les sélections sur la base d'un cahier des charges précis. Bref, les nouveaux locataires ne pourront prendre possession de leurs exploitations que dans près d'une année.
Les critères diffèrent selon la dimension des projets. Pour les grands projets, les références des candidats comptent pour 20 points dans l'évaluation de l'offre et le montant de l'investissement est noté selon le même barème. Pour les moyens projets, le montant de l'investissement compte pour 25 points contre 45 pour les petits. Les autres éléments qui pèsent dans l'évaluation des propositions sont aussi bien le nombre d'emplois prévu, l'introduction des nouvelles technologies, la valorisation... Orientations du Plan Maroc Vert obligent, la contribution des projets à l'agrégation de petits agriculteurs est également retenue parmi les critères de sélection notamment pour les grands et moyens projets.

L'Etat reprend ses exploitations auprès des investisseurs défaillants

En attendant les résultats de l'opération, le ministère dispose déjà d'un bilan très fin des deux premières tranches. Ainsi sur les 635 soumissionnaires à la première, 174 avaient été retenus, dont 146 Marocains et 28 étrangers. Cette tranche comprend 46 projets agricoles et 128 dans l'agro-industrie. Selon le ministère, les premiers exploitants avaient pu récupérer les terres à partir du début novembre 2005. Cette phase a duré trois ans. Une première évaluation a porté sur 157 projets opérationnels depuis au moins une campagne agricole complète. Le bilan a révélé que l'investissement réalisé avait atteint 1,8 milliard de DH, soit 97% des prévisions avec près de 5 000 emplois permanents créés.
Parmi ces projets, 134 avaient atteint des niveaux de réalisation satisfaisants, dont 31% avaient réalisé la totalité de leur programme d'investissement avant terme. Pour le reste, 18 projets, soit 12%, présentent un niveau de réalisation «insatisfaisant pour des raisons justifiées» et 5 étaient aussi dans le même état pour des raisons «non justifiées». Suite à cette évaluation, les opérateurs en retard ont reçu des injonctions pour réaliser les investissements promis. Un délai d'une campagne leur a été, toutefois, accordé, au terme duquel les pouvoirs publics ont menacé de reprendre les exploitations en question.
En ce qui concerne la deuxième tranche, 131 offres ont été retenues, dont 100 émanant de Marocains et 31 étrangers. Une quarantaine d'opérateurs ont postulé pour le rôle d'agrégateur. L'investissement projeté se monte à 7,7 milliards de DH, dont 4,6 milliards pour l'agriculture (agrumes, olivier vigne, rosacées...), 3,1 milliards pour l'agro-industrie (conditionnement, transformation et entreposage frigorifié) et 18 millions pour l'agro-tourisme. Par régions, le Gharb, où est localisée la plus grande partie des terres (10 366 ha), draine les investissements qui devraient atteindre 2,74 milliards de DH. Suit Meknès-Tafilalet avec 8 573 ha et un investissement cumulé de 1,8 milliard de DH. L'Oriental devrait recueillir 1,26 milliard de DH pour ses 4 214 ha, alors que la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër héritera de 200 MDH seulement pour ses 4 801 ha.
Si les engagements sont totalement tenus, ces deux tranches doivent générer un investissement total de 12,2 milliards de DH et créer 38 610 emplois.

Offre :13 000 ha pour 94 grands projets
http://www.lavieeco.com/economie/16869-sodea-sogeta-ce-qui-a-ete-fait-des-concessions-des-deux-premieres-tranches.html/afficher_image?encadre=1309

La troisième tranche porte sur 21 240 ha et se répartit ainsi : 94 grands projets, 139 projets moyens et 57 petits projets. Les grands projets accaparent plus de la moitié des superficies prévues, soit 13 000 hectares, le reste étant dédié aux moyens et petits projets. Géographiquement, l'assiette foncière se situe à Meknès-Tafilalt-Gharb-Chrarda-Bni Hssen, Rabat Salé-Zemmour-Zaër, l'Oriental, Chaouia, Marrakech-Tensift, Doukkala - Abda, Fès - Boulemane....
A noter, également, qu'aucun candidat ne peut bénéficier de plus deux projets parmi l'ensemble de l'offre. La redevance locative est annuelle et elle est fixée préalablement par l'administration. Elle est augmentée de 10 % par période de cinq ans.
La durée, quant à elle, est de 40 ans lorsqu'il s'agit d'un projet arboricole, viticole ou d'élevage nécessitant des équipements spéciaux et intégrant des infrastructures agro-industrielles. Dans le cas contraire, cette durée est ramenée à 17 ans, à compter de la date de signature du contrat de location.



source : http://www.lavieeco.com/skin/images/lvelogo_retrecit.jpg (http://www.lavieeco.com/index)

Cookies