PDA

Voir la version complète : Le cap du patriotisme économique maintenu


DZone
03/07/2010, 08h22
Le gouvernement entend maintenir le cap sur le patriotisme économique et ne prévoit pas de revenir sur les dispositions prises dans le cadre de la loi de finances complémentaire pour 2009.


L’indication est celle du ministre des Finances, M. Karim Djoudi, qui nous a déclaré, mercredi, qu’il n’est pas, pour l’heure, question d’abroger la règle des 51/49 devant régir l’investissement direct étranger en Algérie.
Dans ce sens, le ministre a confirmé que le projet de loi de finances complémentaire pour 2010 est en voie de finalisation et qu’il devrait être prochainement présenté. Dans ce sens, la LFC 2010 devrait consolider la LFC 2009.

Il faut savoir, dans ce contexte, que plusieurs informations avaient circulé dernièrement sur la possibilité d’abroger certaines dispositions de la LFC 2009, notamment celle concernant l’obligation d’obtenir l’accord du Conseil national de l’investissement (CNI) pour tout projet impliquant des étrangers et l’obligation de l’actionnaire étranger de s’associer avec un opérateur local pour tout projet d’investissement, selon la règle 51/49.

On avait évoqué, dans ce sens, la nécessité de remédier à la baisse drastique des IDE en 2009. Il n’en est donc rien et les pouvoirs publics maintiennent le cap, puisqu’il s’agit de préserver les intérêts économiques de l’Algérie.

Aussi, et afin de répondre aux critiques souvent adressées à l’encontre de l’environnement des affaires, le gouvernement mise sur les potentialités énormes du marché algérien et sur les ressources financières appréciables dont dispose le pays avec 2 741 milliards de dinars de surliquidités déposées dans les banques.

D’ailleurs, le gouvernement algérien invite les opérateurs quels qu’ils soient à lever sur le marché financier local les fonds nécessaires au financement de leurs projets d’investissement.

Il faut dire, néanmoins, que l’année 2009 a été marquée par une baisse drastique des investissements directs étrangers (IDE), surtout les plus consistants, en Algérie, avec seulement quatre déclarations de projets d’investissement étrangers pour l’année 2009, contre 65 en 2008.

Le Maghreb

hugochavez59
03/07/2010, 08h45
avec 286 milliards dinvestissements publics....lurgence nest carrement pas aux IDE

mais a la gestion de projets et de controle des couts...

les journalistes algeriens...toujours aussi nuls :rolleyes:

ayoub7
03/07/2010, 13h32
Il faut dire, néanmoins, que l’année 2009 a été marquée par une baisse drastique des investissements directs étrangers (IDE), surtout les plus consistants, en Algérie, avec seulement quatre déclarations de projets d’investissement étrangers pour l’année 2009, contre 65 en 2008.

merci la loi du 51/49.. Ah le genie des decideurs algeriens, inegalable...:mrgreen:

hugochavez59
03/07/2010, 13h36
leconomie algerienne donne la priorité aux nationaux

de la pure science fiction pour nos voisins...eternels cocus


ps : 286 milliards dinvestissements, apres un plan de 150 millards....

soit 2 siecles dIDE au plubopaydumonde :rolleyes:

shadok
03/07/2010, 14h48
Le patriotisme économique est décrété quand il y a une vraie politique de développement nationale. En Algérie, les problèmes bureaucratiques et la corruption freinent l’investissement local qu’étranger. Les IDE doivent être perçus comme une source de transfert technologique et de création d’emploi.

Au lieu de s’atteler à réformer l’économie du pays, la solution de facilité choisie est la dépense publique dont une grande partie ira inévitablement aux entreprises étrangères.

Comme a dit le Dr Benbitour cette semaine dans un article d’El-Watan : construire ne veut pas dire développer. Construire une école ne veut pas dire réformer le système éducatif.

samarkand777
03/07/2010, 20h18
lool hugo d'ou tu sort toutes tes phrases..:D plubopaysdumonde mdrrr

BMW
03/07/2010, 21h03
ps : 286 milliards dinvestissements, apres un plan de 150 millards....

soit 2 siecles dIDE au plubopaydumonde

Vaut mieux juste 5 milliard $ mais réalisé efficacement que 286 millards $ réalisé juste sur projet et en maquette

Dans 30 ans le pays pourra dire A dieu a l'hdrocarbure (comme l'avouent les experts et même les repsonsables) a ce moment le maroc sera submérger par la marrée des immigrés fuyant le pays du nif ver le pays du cerveau ;)

samarkand777
03/07/2010, 22h35
bmw on s'en fou,on aura le solaire, l'eolien ,ect

dans 20 ans l'algerie ne sera pas seule a ne plus avoir de petrole.
seulement 5 ou 6 pays en auront encore un peu.

on va passer progressivement a d'autres sources d'energies.

hugochavez59
03/07/2010, 22h43
du petrole on en a encore pas mal a decouvrir....le sahara reste sous exploré.....10 fois moins que dautres regions petroliferes...

crois moi AQMI ne tombe pas du ciel....les insolentes decouvertes dhydrocarbures alignées par Sonatrach....non stop depuis 15 ans !!

ca commence a faire saliver pas mal de vautours...

-----------------------------------------------------

sinon pour revenir a lalgerie.....notre premiere ressource....et de loin.... est le gaz naturel

et du gaz naturel on en a pour encore 80 ans au rythme actuel....avec 4 gazoducs...et un autre en projet vers le nigeria....

avec tout ca....nos arrieres petits enfants auront encore une sacrée marge de manoeuvre....le 21eme siecle nous appartient

-----------------------------------------------------

je ne parle pas de nucleiare....de luranium on en a plus quil nen faut...des ingenieurs nucleaire aussi....et des reacteurs de recherches on en depuis deja 20 ans....


quant au lithium....futur or noir de demain....on en possede de gigantesques reserves au large doran...

------------------------------------------------------


gallek dans 30 ans on ira immigrer au royaume enchanté :lol:

ayoub7
03/07/2010, 22h54
Comme a dit le Dr Benbitour cette semaine dans un article d’El-Watan : construire ne veut pas dire développer. Construire une école ne veut pas dire réformer le système éducatif.


Bingo... c'est exactement ca.

samarkand777
04/07/2010, 12h39
excat hugochavez, dans les années 80 tout le monde nous disait qu'on aurait plus de petrole en l'an 2000.

mais on a decouvert du petrole dans les années 90.
et a ce jour l'algerie a reconstitué ses reverses des années 70.

les previsions de BP ne prennent pas en compte les decouvertes a venir.et depuis qq années l'algerie decouvre 15 a 20 gisements par an.
dont un gros gisement de gaz il y a 2 ans pres d'in salah.

l'algerie va investir dans le solaire et le nucleaire, et dans 20 ans le petrole nous servira seulement pour l'avion et les autos(pas toutes).

sans compter sur le lithium mais c'est apres le petrole ca...

Black
04/07/2010, 12h42
En terme de pétrole l'Algérie a encore de beaux jours devant elle une grande partie du territoire n'a pas était prospecté. En plus d'années en années les techniques d'extraction s'améliore ce qui laisse plus de potentiel pour les anciens gisements.

absent
04/07/2010, 16h25
En terme de pétrole l'Algérie a encore de beaux jours devant elle une grande partie du territoire n'a pas était prospecté. En plus d'années en années les techniques d'extraction s'améliore ce qui laisse plus de potentiel pour les anciens gisements.


dis pas ça Ayoub meskine va etre déçu :mrgreen:

Black
04/07/2010, 16h58
dis pas ça Ayoub meskine va etre déçu :mrgreen:


Cne moi je ne suis pas la comme toi ou comme chavez pour faire la petite guéguerre de gamin. Je dis ce que je pense être vrai pour moi, oui l'Algérie a encore de beaux jours devant elle. Et en plus du pétrole il y a aussi le gaz et je suis sure que l'Algérie découvrira encore d'autres gisements de gaz et d'autres minerais inchAllah.

absent
04/07/2010, 17h30
Cne moi je ne suis pas la comme toi ou comme chavez pour faire la petite guéguerre de gamin. Je dis ce que je pense être vrai pour moi, oui l'Algérie a encore de beaux jours devant elle. Et en plus du pétrole il y a aussi le gaz et je suis sure que l'Algérie découvrira encore d'autres gisements de gaz et d'autres minerais inchAllah.quand est ce que u m'as lu dénigrer le Maroc? je n'interviens que rarement dans ce genres de guerrières, sans jamais insulter ou dénigrer, je ne fais que discuter le plus objectivement possible.
je crois que tu me dois des excuses ;)

Black
04/07/2010, 17h36
quand est ce que u m'as lu dénigrer le Maroc? je crois que tu me dois des excuses ;)


Je n'ai pas dit que tu dénigree je t'ai dis que tu es constamment dans les guéguerres qui finissent par saouler.

absent
04/07/2010, 18h05
Je n'ai pas dit que tu dénigree je t'ai dis que tu es constamment dans les guéguerres qui finissent par saouler.

t'es serieux? :mrgreen: je ne viens que rarement par ici alors que toi y a que ça qui t'interesse du forum ;)

Black
04/07/2010, 18h15
t'es serieux? :mrgreen: je ne viens que rarement par ici alors que toi y a que ça qui t'interesse du forum ;)


Faux moi je débats et j'essaye de rester objectif que ce soit en faveur ou en défaveur de l'Algérie. La preuve tu étais tout même étonné que je dises que l'Algérie a encore de beaux jours devant elle pour le pétrole.

absent
04/07/2010, 18h52
Faux moi je débats et j'essaye de rester objectif que ce soit en faveur ou en défaveur de l'Algérie. La preuve tu étais tout même étonné que je dises que l'Algérie a encore de beaux jours devant elle pour le pétrole.
je sais que tu essaie d'etre objectif ais tu ne l'es pas, essaie encore ;)

mansali06
05/07/2010, 09h17
Certaines personnes sont impatientes de voir la fin du pétrole en Algérie
elles seront déçues

L'Algerie restera toujours un pays fournisseur d'ENERGIE.

Des chercheurs algériens proposent la création d'une centrale de production de "l'hydrogène solaire" à Ghardaïa.

Des chercheurs algériens qui supervisent l'étude du "projet du Maghreb-Europe" sur la production et l'exportation de "l'hydrogène solaire" ont proposé le lancement de ce dernier par la création d'une centrale d'énergie solaire prés de la ville de Ghardaïa, au regard du potentiel solaire considérable de l'Algérie dans tout le bassin méditerranéen.

M.Bouziane Mehmeh, qui supervise l'étude en compagnie d'un groupe de chercheurs au centre de développement des énergies renouvelables de Bouzaréah à Alger, a indiqué à l'APS que "l'étude consiste à rechercher la possibilité d'introduire le gaz hydrogène dans le gaz naturel, précisant que les premiers résultats sont"convaincants et satisfaisants".

L'étude, a-t-il ajouté, a obtenu un prix d'encouragement de la revue de l'OPEP "pétrole et coopération arabe".

L'idée de ce projet est née, selon ses initiateurs, lors du "16éme congrès international sur l'énergie hydrogène, tenue dans la ville de "lyon" (France) en 2006 sur proposition du premier congrès international sur l'hydrogène en tant que source énergétique renouvelable" tenue à Alger en juin 2005.

La revue "pétrole et coopération arabe" a publié dernièrement l'étude qui considère que l'hydrogène solaire est "le carburant stratégique alternatif le plus attractif et le plus disponible pour répondre aux besoins énergétiques mondiaux dans les prochaines décennies" et résoudre les problèmes en relation avec la crise énergétique qui secoue le monde actuellement et son impact sur la hausse des prix du pétrole et les émissions de gaz nuisibles à l'environnement.

En 2005, des experts d'Algérie, de Tunisie, du Maroc, d'Egypte, de France, d'Italie, d'Allemagne et du Royaume-Uni ont recommandé "la création d'un grand projet Maghreb-Europe pour développer et exploiter l'hydrogène produit à partir de l'énergie solaire dans les pays du Maghreb".

En 2006 le centre algérien de développement des énergies renouvelables a été chargé de coordonner les efforts des pays du Maghreb, la société européenne des technologies de l'hydrogène ayant, pour sa part, été chargée de coordonner les efforts des pays de la rive nord de la méditerranée.

L'équipe algérienne de recherche a conclu à la possibilité de lancer le projet par la création d'une centrale d'énergie solaire prés de la ville de Ghardaïa proche des champs pétrolifères de Hassi R'mel, le site offrant toutes les conditions requises.

Parmi ces conditions, l'on cite le potentiel solaire considérable du sud algérien, ses nappes phréatiques, en plus des gazoducs transméditerranéens qui pourront être utilisés pour la distribution de l'hydrogène ainsi que l'existence de techniques efficaces de production de l'hydrogène".

Selon une étude réalisée par l'Agence spatiale allemande, "l'Algérie recèle le plus important potentiel solaire dans tout le bassin méditerranéen, avec un volume annuel estimé à 169.000 tétra Wh en énergie thermique solaire, 14 tétra Wh en énergie solaire photovoltaïque et 35 tétra Wh en énergie éolienne".

Le volume du potentiel solaire de l'Algérie équivaut le décuple de celui de son potentiel en gaz naturel découvert jusqu'à l'heure à Hassi R'mel, indique la même étude.

Par ailleurs, la revue met en avant "des opportunités indéniables pour les pays du nord et du sud de la Méditerranée permettant de dégager les contours d'une coopération fructueuse et efficace dont la cheville ouvrière n'est autre que l'exploration d'un potentiel extraordinaire d'énergie solaire notamment dans le grand Sahara, en faisant de l'hydrogène généré par l'énergie solaire un vecteur d'une énergie propre et sure couvrant les besoins énergétiques au double plan régional et mondial".

L'eau souterraine est un autre facteur essentiel à la production de l'hydrogène, d'autant plus que le nord du Sahara algérien renferme deux grandes nappes phréatiques. La première, l'une des plus importantes au monde, est située sur les frontières entre l'Algérie, la Tunisie et la Libye, et la seconde appelée "le grand erg oriental" est située au coeur du Sahara algérien.

Ces deux réservoirs hydriques sont à même de permettre une production à grande échelle de l'hydrogène, estime le document, rappelant que des études réalisées depuis 30 ans ont démontré que l'exploitation des couches hydriques du nord du Sahara algérien qui offrent l'avantage d'une relative profondeur de la croûte du réservoir, permettra d'alimenter les centrales d'hydrogène d'une manière efficiente et à moindre coût.

L'Algérie dispose également d'un autre facteur non moins important, à savoir le réseau de gazoducs la reliant à l'Europe pouvant être mis à contribution pour le transport de l'hydrogène vers l'Europe à des coûts raisonnables, ajoute l'étude.
Ce réseau peut servir, selon les chercheurs, pour le transport de "l'hydrogène combiné" (gaz et hydrogène) via un même gazoduc, en tenant compte de certains
aspects techniques.

La revue a également mis en évidence un autre projet de transport et de distribution d'un composé de gaz naturel et d'hydrogène en cours de réalisation par un groupe européen, précisant que ce procédé vise à "définir les conditions techniques et socioéconomiques à même d'injecter de l'hydrogène dans le gaz naturel en utilisant les infrastructures existantes".

Parmi les pays concernés par le projet, la publication cite l'Algérie, la Libye, la France, l'Espagne, la Suisse, l'Italie, l'Allemagne, la Turquie et les Etats-Unis.

APS

Le CDER Algérie travail sur le développent d'un KIT d'alimentation pour voiture avec des proportions 92% Gaz et 8% Hydrogène

http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=2&ved=0CBsQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.cder.dz%2Fbulletin%2Fbull15-16%2Fber15-16.pdf&rct=j&q=algerie%20+CDER%20%20hydrogene%208%%20gaz%2092%% 20+%20voiture&ei=9IAxTK_kMqCosQbK75zOBA&usg=AFQjCNHKHuDsKCTTZvkfsumeiTOaTpd9rg

Une voiture prototype alimentée avec ce carburant a été présenté au salon de l'auto cette année.

arayzon
05/07/2010, 13h59
Hbibna mansali06 bonjour.

Certaines personnes sont impatientes de voir la fin du pétrole en Algérie
elles seront déçues

L'Algerie restera toujours un pays fournisseur d'ENERGIE.

Certaines personnes sont impatientes de voir la fin de l'Algérie tout court et sans détours,mais Allah les confonds à chaque fois dans une torpeur béate.
Wa alhamdoulilah.

A+.

samarkand777
05/07/2010, 16h53
bien dit arayzon !!!

Cookies