PDA

Voir la version complète : Reine belge, diamants congolais et "république bananière"


FRIMIJA
15/07/2010, 19h03
Les bijoux offerts à Paola, la reine de Belgique, lors de sa visite à Kinshasa, fin juin, pour le cinquantenaire de l'indépendance de l'ancien Congo belge, ont provoqué un coup de gueule aussi inhabituel qu'inattendu, de la part des autorités de République démocratique du Congo (RDC). Le gouvernement congolais a fait savoir, dans un point de presse donné mercredi, qu'il en avait «ras-le-bol» que le pays soit décrit en Belgique comme «une république bananière».

Tout est parti des révélations, faites mardi par le quotidien belge La dernière heure, sur l'existence du cadeau: un collier, un bracelet et des boucles d'oreilles en diamants. Le palais royal belge a reconnu l'existence de cette cascade de pierres précieuses, affirmant qu'elle avait été «incorporée au patrimoine national», même si la famille royale peut en disposer à tout moment. Ensuite, l'ambassade de RDC à Bruxelles a déclaré que Joseph Kabila, le président de RDC, n'avait pas fait ce cadeau, se contentant d'offrir la même montre «du cinquantenaire» à tous les chefs d'État venus pour l'occasion. Les commentateurs de Belgique se perdant en conjectures sur l'origine du cadeau —peut-être douteuse, au pays des diamants de la guerre— et son caractère obscène, alors que les fonctionnaires congolais ne sont pas payés, l'exécutif congolais a réagi.

Lambert Mende, ministre de la Communication et des médias a fait un point presse virulent, mercredi, estimant «inadmissible» la manière dont «la classe politique belge prend les problèmes du Congo pour ses affaires intérieures». Il s'en est pris à l'ancien Premier ministre Yves Leterme, qui a critiqué l'argent dépensé par la RDC pour la célébration du cinquantenaire, évoquant la «misère» des Congolais —un anniversaire auquel il s'est pourtant rendu. «Comme si plus aucune misère n'existait dans son propre pays avant qu'Yves Leterme n'embarque dans un vol spécial Bruxelles-Kinshasa et retour, dont le coût est tout sauf bon marché», a commenté Mende.

Le ministre a donné cette précision importante : c'est Olive Kabila, la première dame, qui a offert les diamants à la reine Paola, à titre «privé». Le fait que ces diamants fassent jaser relève pour le gouvernement congolais «d'une campagne pour discréditer les institutions du Congo». «Il faut démontrer que c'est une république bananière, ou rien ne se passe selon les normes, où l'on passe le temps à gaver les visiteurs de cadeaux, de diamants du sang, de diamants trafiqués», a martelé Mende. Les cadeaux offerts par la Première dame, «ambassadrice de la promotion des produits congolais, s'inscrivent dans le cadre de la préservation de nos intérêts nationaux, dont la définition n'appartient à personne d'autre qu'à nous-mêmes».

Dans le texte complet de la déclaration de Lambert Mende, on peut aussi lire que le «Congo bashing, médisance malveillante sur la RDC, a tellement influencé les mentalités dans l’ancienne métropole qu’on en vient à s’y scandaliser de ce que les Congolais aient aussi le nez au milieu du visage comme tout autre être humain». Pas question, pour autant, de nouvelle crise diplomatique entre la RDC et la Belgique, dont les relations sont tendues depuis deux décennies. En avril 2009, Karel De Gucht, alors ministre belge des Affaires étrangères, avait fait des remarques sur les niveaux de corruption atteints par l'ex-Zaïre. Kinshasa avait rappelé son ambassadeur à Bruxelles et fermé son consulat à Anvers. «Il n'y a pas de crise entre la RDC et la Belgique, il y a une mise en garde, une manifestation d'un ras-le-bol, a déclaré Mende. Nous voulons d'autres types de relations. Les relations de colonisateur à colonisé, c'est terminé! Nous sommes partenaires, nous voulons être traités avec le respect que l'on doit à un partenaire».

source : Liberation

Cookies