PDA

Voir la version complète : Le Chef de la police judiciaire d'Adrar sous mandat de dépot..


khaly
25/07/2010, 13h01
On avance de surprise en surprise dans l’affaire de l’assassinat de l’officier de police, El Hadj Brahim Chérifa, âgée de 31 ans, et trouvée morte, gisant dans son sang, dans son appartement sise aux 400 logements, au centre de la ville d’Adrar.


Après avoir été auditionné par le juge instructeur d’Adrar, l’officier de police B. Abdelkrim a été mis sous mandat de dépôt, après qu’une équipe d’enquêteurs eut relevé ses empruntes et les traces de son véhicule dans le pourtour de la maison de la victime. Les enquêteurs ont aussi mis la main sur une grosse quantité de boissons alcoolisées, de marque « Ricard » dans son propre appartement, évaluée à près d’un milliard de centimes.
Le chef de la police arrêté est sous bonne garde dans les locaux de la sûreté de wilaya d’Adrar. Aucun contact avec le monde extérieur ne lui a été permis, encore moins avec sa famille. Toujours dans le cadre de l’enquête, une seconde femme a été auditionnée. Il s’agit d’une veuve, A. Ch., habitant à la cité des 90 Logements, et fonctionnaire dans une des administrations de la ville. En outre, il est fort attendu qu’une autre femme soit entendue, toujours dans le cadre de l’enquête, et qui serait une des amis proches de la défunte, ainsi qu’une femme officier de police et qui connaissait bien l’officier arrêté.
L’équipe d'enquêteurs, composée de six officiers, dépêchés d’Alger et de Béchar, travaillent d’arrache-pied pour venir à bout du flou qui entoure l’affaire, d’autant plus que, juste après l’assassinat, de Chérifa, une jeune fille a été kidnappée en ville. Il s’agissait d’une sportive, connue pour être une marathonienne, et qui avait pu s’échapper des mains de ses ravisseurs, après que les policiers eurent encerclé la ville. Lors de l’arrestation du groupe de bandits, le nom de l’officier objet de l’affaire en cours, a été cité.
L’affaire de l’assassinat de l’officier Chérifa a secoué toute la ville d’Adrar, d’autant plus que les formes mises dans son assassinat ont été à point exécrables. Elle avait été égorgée d’une oreille à l’autre et jetée près d’une intersection de la ville, il y a une quinzaine de jours de cela.
echourouk/line

Cookies