PDA

Voir la version complète : Les limites de la téléphonie gratuite


morjane
10/03/2006, 13h18
Les abonnés de l'opérateur Free l'ont appris à leurs dépens : la téléphonie gratuite a des limites.

En effet, selon la nouvelle grille de tarifs de l'opérateur, les appels vers un numéro de France Télécom et de Free restaient gratuits, mais les communications à destination d'un abonné à Neuf Cegetel, Alice ou Noos étaient facturées... Alors que Free a fait sa réputation sur la téléphonie gratuite illimitée !

Sous la pression des abonnés et des associations de consommateurs, l'opérateur a décidé de faire marche arrière et de ne pas facturer ces appels. Il faut dire que l'association UFC-Que Choisir avait saisi la Direction de la concurrence (DGCCRF) pour y voir plus clair.

Pour expliquer sa décision, Free avait évoqué l'augmentation « exorbitante » des tarifs demandés par ses rivaux pour acheminer les communications. En fait, la concurrence est devenue guerre : certains opérateurs ne cherchent plus seulement à protéger leurs intérêts, mais aussi à mettre les bâtons dans les roues des autres. Pour ouvrir l'accès à leur réseau, ils peuvent en effet jouer avec les « frais de terminaison d'appel », au coût variable.

Jusqu'à présent, et tant que ces frais étaient raisonnables, l'opérateur les prenait à sa charge et clamait la gratuité des appels. L'augmentation subite décidée par ses concurrents a conduit Free à répercuter une partie de ces frais sur les abonnés. L'opérateur a saisi l'Arcep (l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Il accuse notamment Neuf Telecom d'avoir plus que triplé les tarifs de ses terminaisons d'appel entre 2005 et 2006.

Si Free est revenu sur sa décision, certains de ses concurrents continuent de facturer les appels de leurs abonnés à destination d'autres opérateurs... sans susciter de tollé général. C'est notamment le cas de Noos (1,5 centime d'euro la minute, plus un coût de connexion de 7,5 centimes) et de Neuf Telecom (2,1 centimes d'euro la minute avec un crédit temps de 20 secondes à 9 centimes). Chez les autres opérateurs, les appels vers des téléphones fixes sont en général inclus dans le forfait illimité.

Le problème est que l'abonné ne sait pas forcément si son appel sera surtaxé ou non : avec la portabilité du numéro, le destinataire peut très bien avoir gardé l'ancien, commençant par 01, 02, etc., tout en étant abonné à un opérateur alternatif.

En attendant l'avis de l'Acerp d'ici quelques semaines, et une harmonisation des politiques tarifaires, les abonnés aux forfaits comprenant une offre de téléphonie « gratuite » ont intérêt à consulter les tarifs de leur opérateur...

Par Le Figaro

Cookies