PDA

Voir la version complète : Le Président mauritanien dévoile son nouveau plan pour lutter contre AQMI


Maghreb-United
09/08/2010, 02h17
Dans un discours à la nation à l'occasion de sa première année au pouvoir, Abdel Aziz s'est engagé à lutter contre le terrorisme d'al-Qaida dans le pays et à l'étranger. Par Mohamed Yahya Ould Abdel Wedoud pour Magharebia à Nouakchott – 08/08/10

http://magharebia.com/cocoon/awi/images/2010/08/08/100808Feature1Photo1.jpg[Watt Abdel Jelil/AFP/Getty Images] "Nous agirons à l'intérieur comme à l'extérieur de la Mauritanie pour défendre notre pays", a déclaré le Président Mohammed Ould Abdel Aziz le 4 août.


Deux semaines après avoir commandé une importante opération militaire contre un camp d'entraînement d'al-Qaida au Maghreb islamique dans le désert malien, le Président mauritanien Mohammed Ould Abdel Aziz a réaffirmé sa volonté de lutter contre le groupe terroriste.
Dans un discours au peuple mauritanien prononcé mercredi 4 août, à l'occasion du premier anniversaire de son élection, Abdel Aziz a parlé de l'impact du groupe sur son pays et chez ses voisins du Maghreb.
"Le terrorisme que nous connaissons et combattons est à la base un terrorisme régional ; c'est le même terrorisme qui menace la sécurité du Sahel", a-t-il déclaré. "Nous avons été attaqués en 2005 dans la garnison frontalière de Lemgheity, où nous avons perdu 15 soldats. En 2007, nous avons perdu 3 soldats à El Ghallawiya, et en 2008, nous en avons perdu 12 autres et un officier. Cela veut dire que 31 éléments de nos forces armées et de sécurité ont été abattus par des terroristes venus de pays voisins."
Le Président a ensuite parlé d'un nouveau plan pour lutter contre ce groupe : "Nous avons constitué des forces spéciales, dont la mission est de lutter contre le terrorisme sur une base rapide et permanente. Nous protégerons notre pays et avons fourni, et continuerons de fournir à nos forces de sécurité et de renseignement les moyens nécessaires. Nous ne resterons pas inactifs."
Nous sommes opposés au paiement de rançons, et à l'échange d'otages contre des terroristes, parce que le premier permet de financer le terrorisme et le dernier encourage les terroristes à poursuivre leurs actions méprisables", a ajouté Abdel Aziz. "Nous avons par conséquent décidé de les combattre en utilisant nos propres moyens, et nous mettrons tout en oeuvre pour développer nos agences de sécurité."
Concernant la poursuite par l'armée mauritanienne des éléments d'al-Qaida sur le territoire malien, Abdel Aziz a lié l'avenir des opérations militaires contre al-Qaida dans le nord du Mali à la présence de dangers menaçant la sécurité de son pays.
"Lorsque nous constaterons qu'il existe une menace ou un danger, nous prendrons les mesures adéquates, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de la Mauritanie, pour défendre notre pays et le protéger de toute attaque potentielle", a-t-il poursuivi.
Le Mali n'a pas fait objection à ces opérations, a-t-il ajouté.
Abdel Aziz a conclu en appelant les "rares" jeunes mauritaniens qui ont rejoint les rangs d'al-Qaida à revenir dans leur pays et à quitter ce qu'il a qualifié de "camps de couards qui se cachent au moment de la confrontation et envoient des jeunes participer à des opérations suicides."



Magharebia a interrogé plusieurs Mauritaniens qui affichent des opinions différentes sur cette "guerre" déclarée contre AQMI.
Le politologue Sedigh Ould Mohamed a ainsi expliqué : "Le discours direct du Président au peuple sur les dangers du terrorisme et de l'extrémisme... signifie que la guerre entre la Mauritanie et le groupe terroriste a atteint son sommet et que l'option de la guerre est certaine et inévitable."
Selon Salick Ould Matta, "la déclaration de guerre à AQMI est une étape nécessaire depuis un certain temps. Mais les régimes mauritaniens successifs, à l'exception de celui d'Ould Taya, ont pacifié al-Qaida et évité toute guerre directe contre le mouvement."
Ould Matta a expliqué que "le peuple mauritanien est par nature pacifique et a horreur de l'extrémisme, de l'exagération et des déviances envers l'esprit communautaire, du fait de son origine sunnite malékite qui interdit toute désobéissance envers les dirigeants, le meurtre de Musulmans ou la corruption dans le pays."



Maghrebia

majdaoui
09/08/2010, 03h03
comment s'appelait déjà le machin mixte dirigé par une certaine puissance cartonnale ou régionale ou je ne sais quoi ???????

Cookies