PDA

Voir la version complète : Altercations et scènes insolites à alger


Zacmako
12/08/2010, 09h34
ALTERCATIONS ET SCÈNES INSOLITES À ALGER
Les premiers effets du Ramadhan

«Saha ramdhanek», cette formule remplace les salamalecs d’usage.

«Je ne bougerai pas d’ici. Faites ce que vous voulez», crie un chauffeur, à la corpulence imposante, à la figure de deux policiers. La scène se déroule au pied du Palais du peuple à Alger. Le gaillard a immobilisé sa voiture au milieu de la chaussée. A côté de son véhicule, se trouvait une voiture de la Protection civile. «Ne me touchez pas!», vocifère encore le chauffeur à l’un des policiers qui essayait de le raisonner.
Un coup d’oeil sur l’aile droite de la voiture suffit pour comprendre les raisons de la colère de l’homme. Elle a été touchée par le véhicule des pompiers. Et les policiers tentaient d’arranger les choses à l’amiable. Pour ces derniers, l’impératif était d’assurer la fluidité de la circulation. Surtout que l’on se trouvait à proximité d’un immeuble d’Etat.
De son côté, le chauffeur demande d’être rétabli dans ses droits. Les effets du jeûne aidant, l’homme véhiculé est dans tous ses états. Nous sommes au premier jour du Ramadhan. Il est 10h30. Alger baigne sous les rayons du soleil. L’air marin atténue la chaleur de l’été. Cela dit, le taux d’humidité est très élevé. Nous déambulons dans les rues de la capitale. Elles sont relativement calmes.
Sur la chaussée, la circulation est fluide. Alger se réveille péniblement d’un sommeil profond. Nous abordons la rue Didouche-Mourad. D’habitue, cette rue ressemble à un fleuve métallique constitué de toutes sortes de véhicules. Deux lignes humaines longent ses deux bords. Le vacarme qui règne dans cette rue est légendaire. Surtout près de la place Maurice-Audin. Aujourd’hui, ces lieux sont plutôt calmes ou...presque. Des cris attirent notre attention. Il s’agit d’une altercation entre deux hommes. «Laisse-moi tranquille s’il te plaît. Ce matin, je n’ai pas pris ma cigarette et ma tasse de café. Alors...», dit Ammi Ahmed, un retraité du port d’Alger, à son vis-à-vis. «Tu crois que tu es seul à observer le jeûne?», fulmine Arezki F, lui même retraité du port éponyme. Ces deux hommes se connaissent depuis trois décennies. Ils sont voisins du même palier, place Audin. Leurs liens se sont forgés au fil des ans.
Ces liens se sont effrités dès les premières heures du jeûne. Le ton monte entre les deux hommes. Des passants s’interposent. Les deux hommes prennent des directions différentes. Nous prenons le chemin de la Grande-Poste.
Les cafés, les salons de thé, les pizzerias, les quicks, les restaurants, tous ces établissements ont baissé rideau. Nous arrivons à la placette de la Grande-Poste. Elle abrite deux jardins. L’un en haut et l’autre en contrebas.
Ce dernier est envahi par des vendeurs de livres. «Saha Ramdhanek», dit un client à un vendeur. Cette formule remplace les salamalecs d’usage. Le marchand affiche une grise mine. Il est dur, pour lui, de se départir de son petit-déjeuner habituel. «J’ai des maux de tête terribles», avoue ce quinquagénaire à son interlocuteur. Sous sa barbe grisonnante de trois jours, son visage est pâle. «Ce sont les effets du premier jour. Cela va te passer», le rassure le client. Le vendeur sourit. Mais son sourire ne diminue pas son mal. Le soleil est au zenith. La chaleur a sensiblement augmenté. Nous prenons un taxi pour aller à la place du 1er- Mai. Le taximan est un vieux. «Champ de manoeuvres?», lui demande un jeune qui vient d’arriver. «Oui», répond le vieillard d’une voix éteinte.
«Apparemment vous avez observé le jeûne», lui dit le jeune homme un air moqueur. «Non! Je viens de prendre mon déjeuner. Et je me sens en pleine forme», lui rétorque le chauffeur, agacé. Le jeune prend place.
«Il vaut mieux pour vous rompre le jeûne s’il vous met dans cet état», lance-t-il au taximan. Le vieux n’en peut plus. «Arrête de m’embêter. J’ai l’âge de ton grand-père.» Par cette réflexion, le chauffeur voulait remettre le jeune moqueur à sa place. Ce dernier ne s’avoue pas vaincu.
Le taximan le stoppe net. Pis, il arrête sa voiture et l’invite à descendre. Le jeune client descend en marmonnant des insultes. Le vieillard démarre en trombe. Nous arrivons à la place du 1er-Mai. «Saha Ramdhanek», cette formule fuse de partout. Elle constitue la version ramadhanesque des salutations habituelles.
L'expression

Mustapha B
12/08/2010, 13h32
Merci pour ce florilège venu d'Alger.
Je ne connais pratiquement pas Alger, mais lire ces lignes me donnent bien envie d'y aller :)

iris
12/08/2010, 14h17
Je ne connais pratiquement pas Alger, mais lire ces lignes me donnent bien envie d'y aller


c'est pas le cas de Chouchit@ :mrgreen:

Massnsen
12/08/2010, 14h19
Les meilleurs scènes sont celles qui se passent dans les transports ! Tu peux écrire un bouqin en faisant un Aïn Naadja - Alger de bon matin.

okba30
12/08/2010, 18h49
C'est l'Algérie que j'aime,avec ses gens ''soupe au lait'' sans haine et sans hypocrisie.
Ils sont complets et c'est l'essentiel.

RoboCop
12/08/2010, 19h58
Pendant le ramadhan, certains se transforment comme l'essence qui côtoie une flamme, mais bon, il y a des provocateurs qui font réagir même une personne qui possède des nerfs d'acier.

vivalgerie2002
12/08/2010, 21h16
Palais du peuple

Eh ben, on a un palais nous le peuple !! mais qu'est le locataire ou le propriétaire effectif ??

mistaaywa
12/08/2010, 21h32
wach ghalbek ramdane cest une expression quon entend bcp aussi ce mois :mrgreen:

le sage
13/08/2010, 02h18
la moindre réaction ouach ramdane li bik rouh takoul

mistaaywa
13/08/2010, 02h20
voila tout a fait sage...moi cest ceque je disait quand jetais jeune pour embeter certains :mrgreen:
mais je disais pas rouh takoul lol

le sage
13/08/2010, 02h31
voila tout a fait sage...moi cest ceque je disait quand jetais jeune pour embeter certains :mrgreen:
mais je disais pas rouh takoul lol


toute les conneries qu'il font c'est la faute a ramadhan et bien rouh takoul et fous nous la paix

bonjour mista

mistaaywa
13/08/2010, 02h41
bjr le sage wach rak maa ramdane...skhana mahboula fe kosantina :mrgreen:

le sage
13/08/2010, 02h44
bjr le sage wach rak maa ramdane...skhana mahboula fe kosantina

je vais trés bien rahmate rabi maa ramdane chaleur pas tellement comme les jours avant ramadane

pour moi deux jours formidable et dans quelques heures le troisième jour ça passe vite

voila le sage et toujour trés bien plus ça devien dur et plus ça me plait car j'aime souffrir

tamerlan
13/08/2010, 03h09
c'etait le ramadan d'il y'a quelques années

j'avais pris mon véhicule et arrivant dans un chemin assez étroit je trouve un gars qui s'est garé en pleins molieu de la route ( il pouvait serrer sa voiture de manière a laisser la possibilité de passage a un véhicule) mais non le gars fint ne m'avoir pas vu..je m'attendai a ce qu'il rejoigne son vehicule en me faisant un geste avec la paume de la main voulant dire a peu pres "excusez moi" mais non; le gars continua a parler aune femme qio etait adns une porte entrebaillée..trois vehicules arriverent derrière moi..et ils commencèrent a klaxonner ..le gars nous regarda , nous lança un regard souriant avec une mime qu'il voulait bienveillante rassembla ses doigt a agita sa main a la maniere d'un ressort sign,ifiant "bla3kal!!"..je sorti de mon vehicule et lui "haya ya mohamed!!" il pivota sa tete a droite et a gauche avec un large sourire en montant dans son vehicule en me disant " wach bik taklakt??? wakila ghalbek ramdane ya lkhou..."
c'etait moi qui etait anormal sous l'effet du ramadan selon lui !!


il m'a fallu puiser dans des reserves insoupçonnées de patience pour ne pas l'etrangler..

absente
13/08/2010, 04h52
c'est pas le cas de Chouchit@ :mrgreen:

lol chut tu va me griller :confused:

non je ne connais pas bien l'Algérie, mais chaque année quand je vais faire mon visa j'ai un petit aperçu de l'arrogance de certains :rolleyes: j'adore aller au consulat algérien, un vrai petit bonheur de courtoisie, heureusement que je sais qu'ils ne sont pas tous comme ça :rolleyes:

Cookies