PDA

Voir la version complète : Tout ce que vous devez savoir sur le championnat professionnel.


RoboCop
22/08/2010, 13h03
Conférence de presse hier du président de la faf :

Le début du premier championnat professionnel algérien est fixé par la FAF au 24 septembre à 16h. le président de la LNF, M. Mohamed Mecherara, l’a révélé hier lors d’une conférence de presse qu’il a tenue conjointement avec M. Raouraoua.

Seize clubs formeront la Ligue 1 professionnelle : il s’agit des clubs de l’élite en plus du nouveau promu le MC Saïda. La phase aller du championnat prendra fin le 16 janvier, date de la dernière journée de la L1 et L2. La compétition observera une trêve d’un mois, et ce, pour permettre notamment à l’équipe nationale A’ de disputer le Chan au soudan du 4 au 20 février.
La reprise du championnat est prévue le 16 février. Toutefois, dans le cas où les verts se qualifieraient, la reprise serait décalée d’une semaine. La fin du championnat est programmée pour le 17 juin 2011. Les clubs professionnels entreront en lice pour la coupe d’Algérie (32es de finale) le 1er janvier 2011.
Le même nombre, à savoir 16 équipes, constituera la Ligue 2 professionnelle. Les trois derniers du classement de L1, à l’issue de la compétition, seront rétrogradés en L2, alors que les trois premiers de L2 accéderont en L1. En ligue deux, les deux derniers du classement rétrograderont en division nationale amateur. La division amateur sera composée de deux groupes Centre-est et Centre-ouest de 16 clubs chacun pour la saison 2011/2012. Le premier de chaque groupe accédera en L2 sous réserve de respecter les règles de la licence de club professionnel. Sur le plan administratif, ce premier championnat professionnel sera géré par l’actuelle Ligue nationale, en attendant la mise en place prochaine d’une Ligue professionnelle la saison prochaine. Par ailleurs, il n’y aura pas de rétrogradation de la division nationale amateur vers la ligue interrégions. Au sujet des lieux de rencontres, le premier responsable de la LNF a indiqué que le stade Zioui de Hussein-Dey n’accueillera pas de matches séniors. En revanche, le stade 1er-novembre d’El-Harrach va connaître des travaux prochainement pour améliorer les tribunes.
Pendant plus de trois heures, le président de la FAF, accompagné du président de la LNF, s’est longuement attardé sur les principaux axes du premier championnat professionnel en Algérie qui sera lancé cette saison. D’emblée, M. Raouraoua a mis l’exergue sur ce nouveau mode de championnat incontournable pour l’avenir du football national. “C’est la première fois depuis l’indépendance qu’on aura un championnat professionnel au sens propre du terme. on n’a pas d’autres choix que d’emprunter ce chemin salutaire ; il est indispensable et un passage obligatoire pour que notre football progresse et se développe conformément aux règles modernes empruntées par les grandes nations du football. Il est temps qu’on se mette au diapason des autres nations de football qui ont pris beaucoup d’avance ; on ne peut rester les bras croisés à les observer. on a donc décidé de les suivre et d’engager ses changements qui, je souhaiterais, seront salutaires dans l’avenir”, a souligné le patron de la FAF avant d’enchaîner : “ce passage vers le professionnalisme est devenu une impérative pour notre football dans le but de le structurer sur tous les plans. On a vu, lors du dernier mondial, les limites du joueur algérien, il est indéniable d’opérer de profondes mutations qui boosteront le sport roi, on adoptera un système de formation beaucoup plus rigoureux et qui obéit aux critères internationaux. pour cela, nous n’avons pas lésiné sur les moyens humains et financiers pour mettre un programme riche de formation et de développement qui sera dirigé par des experts qui ont déjà lancé cette opération.” Et d’ajouter : “Je l’ai déjà dit par le passé qu’on enregistre un grand déficit sur le plan encadrement. figurez-vous qu’on a besoin de pas moins de 2 400 entraîneurs pour encadrer les
1 500 clubs qui sont toujours en attente. cela nécessite un grand plan de formation. on aura déjà, dès le mois de janvier prochain, 40 entraîneurs ayant une licence CAF A”, a-t-il indiqué, en précisant une fois de plus qu’“on ne tolère pas à n’importe lequel d’exercer en D1. Dans le cahier des charges, tout est mentionné. seul l’entraîneur disposant le diplôme 3e degré peut y postuler, sinon, pas de place pour ceux qui n’ont pas de formation solide. Nous serons intransigeants là-dessus. On a eu des contacts avec l’ISTS pour améliorer le contenu de la formation et prendre en charge ce volet. J’insiste beaucoup sur le volet formation qui reste, pour moi, le principal dossier sur lequel on s’articulera”.
“Les clubs doivent impérativement lancer les centres de formation”
Revenant sur les détails de cette nouvelle étape que va connaître notre sport roi avec le passage vers le professionnalisme, Raouraoua explique qu’“on a reçu 36 dossiers, et on en a retenu que 32. Les autres ont été rejetés pour divers motifs. On a privilégié l’aspect sportif pour certains clubs, c’est important. Tous les mécanismes sont mis en place pour l’enclenchement de ce premier championnat professionnel en Algérie. je vous assure que je suis comblé, fier et satisfait d’avoir mené cette opération ; ce n’est pas évident. grâce à des hommes, on a su relever le défit et tout marche à merveille. Nous allons donner le temps de bien entrer dans le professionnel, on misera sur une année pour se mettre en totale conformité avec les textes qui régissent le professionnalisme. dès 2011, tout sera différent. Nous exigerons aux clubs le lancement des travaux de construction des centres de formation car on ne tolère aucun retard, ils auront les 10 milliards de centimes que l’état va leur débloquer et qu’ils rembourseront qu’à partir de la 11e année avec un taux d’intérêt très faible, à savoir 1%. Donc, ils peuvent investir cet argent dans le bon sens. D’ailleurs, une commission sera créée et se chargera de contrôler cet argent. Le capital d’un club doit impérativement, dès la prochaine saison, couvrir le fonctionnement d’au moins une saison. Et celui qui ne se soumettra pas à cette règle sera relégué en division inférieure, les joueurs doivent tous être déclarés au fisc, il n’y pas de raison car tous les fonctionnaires algériens payent les impôts. on sera là pour les contrôler, tout le monde payera ses impôts, il n’y a pas de super citoyen, sinon le club rétrogradera”, dira-t-il et d’expliquer le système de compétition adopté pour cette saison : “nous avons pris en compte toutes les données, le championnat sera très équilibré. laissez-moi vous dire qu’aucun club n’a été rétrogradé, contrairement à ce qui se dit ici et là. tous les clubs qui ont accédé joueront dans la division où ils seront promus. Cette saison, les clubs de division inférieure peuvent aller jouer durant la même journée et rentrer chez eux, c’est un championnat pas cher du tout. on essayera de limiter au maximum les dépenses des clubs. Il y aura donc la ligue 1 professionnelle avec 16 clubs et la ligue 2 professionnelle avec le même nombre de clubs, le championnat amateur aura deux groupes de 14 clubs chacun dispatché en centre-Est et centre-ouest.” Abordant le volet arbitrage, M. Raouraoua dire que “nous avons augmenté les indemnités des arbitres pour les protéger et les mettre dans les meilleures conditions. nous avons dégagé une liste d’arbitres d’élite qui va diriger le championnat professionnel et aussi la généralisation de l’outil informatique. En tout cas, l’arbitrage est très bien pris en charge et sera encore meilleur, car nous avons de bons arbitres qui sauront relever le défi”.

Le MCA a failli perdre le titre

En ce qui concerne les joueurs étrangers, le patron de la FAF était catégorique. “Deux seuls joueurs étrangers peuvent être recrutés par les clubs, en championnat professionnel. nous tolérons la présence d’un seul joueur sur le terrain, lorsque le club joue les compétitions internationales, il peut les aligner tous les deux, à condition bien sûr que lesdits joueurs soient des internationaux avérés. on ne tolère plus les certificats de complaisance, nous allons les contrôler avec rigueur. Figurez-vous qu’aujourd’hui, on n’arrive pas à trouver un arrière-droit pour notre équipe nationale, c’est grave !”, indique-t-il, affirmant qu’à partir de la saison prochaine la durée des contrats des joueurs, elle sera portée à trois ans au minimum. Il abordera, par la suite, des sujets différents, comme celui des droits de TV et les dettes des clubs envers leurs joueurs. À cet effet, il relèvera que “pour non-paiement d’un de ses joueurs, le MCA a failli perdre le championnat. la Fifa était sur le point de lui défalquer les trois points. on a réagi pour éviter à ce club une crise. le club qui ne payera pas ses joueurs avant la fin de saison se verra sanctionné lourdement, il risque carrément la rétrogradation”, conclut-il.

Par : RACHID ABBAD (Liberté).

Cookies