PDA

Voir la version complète : L'erreur


Page : [1] 2

Zinour
13/03/2006, 17h29
Mon erreur est de suivre les traces du mirage,
Plonger dans les abimes du temps et attendre,
Attendre que tu me fasse un signe de courage
Courage que j'ai perdu avec des mots tendres
Que je lisais avec un coeur qui tremble sous
L'orage de tes paroles, et je me perds dans tes
Fuites et tes poursuites. Tu brillais comme la
Lune pendant mes nuits sacrées sous la dune,
La dune de mes rêves est une colline là bas
Devant la porte que tu ouvre sur ton univers.
Ton univers plein de personnes dont je suis
Jaloux, tu courtisais les noms et mon nom n'est
Plus dans ton fond, il a fendu sous ta haine qui
M'enchaine. Tu voulais que je parte loin de tes
Yeux noirs, qu'a tu gagné sinon du désespoir ?
Déspoir, si tu en savais la peine et l'ignorance
De la personne qu'on aime. Qu'on aime après
Une folie soudaine passant par la tête saoûle
De tes ombres lointaines là bas dans le froid du
Temps des absences. L'absence a pris le coeur
Et l'âme dans un terrible chagrin que rien ne
Freine sinon ton visage et le bol d'air qui sortirait
De tes rouges lèvres avec de l'espoir murmurant
La joie au bout de tes doigts. Tes doigt fins
Comme tes sourcils bien arqués feront mon petit
Bonheur sur cette vieille terre. Je prendrais ta
Main parmi tant de femmes que j'aime, la
Tienne est bien plus fine, pour savourer la
Douceur de la tendresse féminine. Je m'étale
Sur mes fantaisies et j'oublie ton signe de
Faveur comme si tu étais la mienne, écourte
Moi cette souffrance et donne moi tout droit
Ta franche réponse, car je ne comprends
Rien dans le langage des résonances...

Non ça c'étais hier, aujourd'hui c'est trop tard
Je ne veux plus aucune réponse, garde bien tes
Distances, plonge comme tu voudras dans les
Mains de l'imprudence. Prudence est mon amie
D'enfance, j'ai appris des vieux le sens de la vie
Et ce qui est mieux quand je suis bloqué, choqué
Planqué contre les portes. Les portes de l'espoir
S'ouvriront plus tard, même dans la nuit de mes
Retards dans la compréhension du monde, ce
Monde parfois immonde ne pardonne et ne fait
De cadeau aux simples esprits comme le mien,
Errant comme un chien dans l'obscurité de l'âme,
L'âme qui bois chaque jour ses drâmes avec les
Flammes de l'incandescent coeur, un coeur qui
Se brise dans sa propre rancoeur, comme une
Prison d'avoir aimé une femme comme on
Aimait une soeur, reveille toi de ta torpeur et
File de ce monde de mensonges et de leurres.
Elle est surement d'ailleurs, ailleurs où on connait
Pas la misère, elle ne t'appartient pas, laisse là
Vivre sa vie comme elle espère, arrête tes
Poursuites inutiles, elle a compris, avant toi, que
C'est trop tard. Vide toi pour une dernière fois
Pour la rassurer que pour toi aussi c'est fini.
Chaqu'un son chemin, chacun sa route comme
Le disait bien le poète. Ce seras une ultime
Reconnaissance de l'amour qui habita un jour
Ton coeur...Fin du mirage, bay les outrages.

Zinou Le 13/03/2006

moms
13/03/2006, 22h39
Tu décris parfaitement mon rêve d'hier, ça me parle beaucoup et c'est magnifiquement écris!
Merci et au plaisir de te lire!

Zinour
14/03/2006, 10h04
Un peu plus tard j'écrirais mon rêve
De demain, quand je retrouvrais mon
Droit chemin dans l'océan de la trêve;
Et la paix de l'âme, même avec des
Bouffées de flammes qui consumeraient
Le coeur, le coeur de toutes les douleurs
Où cohabitaient chagrin et bonheur.
Bonheur et couleur arc en ciel de
L'amour qui coulerait dans mes veines;
Je me fendrais dans l'âme de ma reine
Ma reine au trône de mon coeur, avec
Une bagutte magique effacerais mes
Peines et mes frayeurs.

zinou, le 14/03/2006

Au plaisir.

TAHAR23
14/03/2006, 13h40
Merci Zinour,
On croit voyager, parler avec la personne qu'on aime, un vrai mirage...
Un joli poême qu'on lit d'un seul trait, et qu'on ne se lasse pas de relire...

elisa
14/03/2006, 14h51
Merci Zinour , cela me renvoie à quelques souvenirs , tout aussi douloureux parfois , au plaisir de te lire ! :D

Zinour
15/03/2006, 10h48
Souvenir, souvenirs c'est une belle chanson elisa, intuition féminine ;)
Tahar, bien à toi.

Je suis content que mes simples
mots aient pu vous faire voyager dans
les abimes de mon mirage qui se
cache dans les entrailles du
temps et s'envole comme
une hirondelle du printemps,
la reine de mes peines
m'a beaucoup appris sur
la vie et les déboires de ce
temps, je l'estime beaucoup
même si nos deux vies se
disperses comme de la
poussière dans le vent de la despérance,
combien je suis charmé par son
talent et sa supériorité.
moi je ne suis qu'un simple
vagabon de l'esprit au
coeur déjà pris. La reine
de mes peines est adoré
par une foule, elle a plus de
chance que moi. moi qui
n'étais rien sans elle et
encore rien devant elle.

zinou le 15/03/2006

TAHAR23
15/03/2006, 11h17
moi qui
n'étais rien sans elle et
encore rien devant elle.
@ Merci Zinour, ne te sous estime pas, tu es une perle rare mon ami.

elisa
15/03/2006, 18h06
être capable d exprimer ses sentiments profonds dans une prose soit elle vagabonde démontre que tu es un être de tout , non pas de rien ! :4:

scherazade
15/03/2006, 19h23
Bonsoir à tous, bonsoir zinour,

J'ai beacoup apprécié ton poéme, il est magnifiquement écrit. Bonne continuation à toi. Au plaisir de te lire.

Belle soirée à tous.

Zinour
16/03/2006, 10h21
Merci pour vos encouragements :scherazade, elisa...et pour la rose :4:,
Tahar, tu touche à fond de la problématique :oui mais, je voulais exprimer qu'on peut pas avancer en sous estimant l'autre même si on crois vraiment qu'il n'est qu'un bon à rien ! Je crie de toutes mes forces (s'il m'en reste), je lui exprimerais ma petitesse et mon néant au point où elle en auras envie que m'arrête, au point de lui faire pitié...jusqu'au larmes de compassion si un jour elle a vecu un drame pareil au mien.

Un jour je lui ai écrit ceci :

Laisse moi, ma reine, couler dans tes veines,
Irriguer tes voies et vaincre ta peine
Rien que pour une fois.
Laisse ton âme se fondre dans mon âme
Pour ne faire qu’une seule flamme,
Ouvre grand tes bras ma femme
Pour contenir mes volcans et mes drames
Murmure moi les mots d’autrefois
Quand la joie était là et ton cœur qui
Battait contre mon cœur entre mes bras
Serais tu rassasié de l’amour qui
Faisait notre peine et notre joie.
C’était de l’amour mais je
On ne le savait pas.
Il fait beaucoup de froid, sans toi,
Sur mon cœur et sur ma vie sans toit.
Mon premier chagrin c’est encore toi
Je suis jaloux du temps qui s’en va,
Il t’a pris juste d’entre mes bras,
Il t’emmène où il veut et où il va.
Ma princesse, ma reine donne moi
Tes doigts pour jouer ton refrain
Encore une fois.
Viens te joindre à mon cœur et à mon âme
Laisse nous baigner dans l’eau de nos flammes
Chaque jour qui passe je m’éteint loinde toi

zinou 2005.

elisa
16/03/2006, 11h45
C est un grand amour que tu exprimes là !
Mais si ta Reine ne t aime pas aussi fort , ou plus , sa pitié ou sa compassion ne te consoleront pas!
Je souhaite que ta douleur s apaise !

TAHAR23
16/03/2006, 11h55
@ Ah ! mon ami Zinou je comprend ta douleur, ecris encore ça te soulagera surement...
Cheikh Bouregaa (chanteur bédouin de l'Est) disait : "El hob illez 3alla rouss el kiffen idezz ". (l'amour pousse par dessus les falaises).

FrozenRose
16/03/2006, 12h15
........................

btp50
16/03/2006, 12h19
Ahhhh la poesie
Comment faites vous pour faire des mots des maux ? :)

FrozenRose
16/03/2006, 12h25
............

louly
16/03/2006, 15h43
C'est très beau. merci léco et zinour :lol:

Zinour
19/03/2006, 16h40
Merci Tahar, elissa et louly
Léco ton poème est magnifique, merci charmante demoiselle. Et pour les roses :27:

----------
Je te dis viens et ne pense à rien
Laisse toi perdre dans mes flammes,
Te brûler le coeur comme le mien
Viens et ne te soucie pas des drames
Tu ne vis qu'une seule fois ton rêve de femme
Plonge et n'aie pas peur de te noyer
Dans mon mirage, aie le courage de
Venir dans notre petit coin sauvage
Promet moi de le faire demain si tu
As encore peur de tes rages.
Ou fais nous un autre petit coin
Où nos âmes se verront demain
Vide est mon lot quotidien, viens
Le remplir avec le plaisir de tes
Mains, tu me tue et tu le sais
Bien, pourquoi préfère-tu les
Mélodrames et t'éloigner de mon
Charme...je te rassure mais te promets
Rien, on verra bien là bas dans le
Notre petit coin que tu nous construira
Mais seulement viens et ne laisse
Pas mon âme s'engloutir dans ton silence,
Silence que tu m'as offert depuis
Mes plaintes dernières qu'ai je fais
De mal pour mériter le néant, ce
Géant de malheur qui frappe mes douleurs.
Je t'attends, viens, que tes pas soient
Légères...là bas on tuera notre misère
Mais seulement viens...
Viens piquer quelques secondes de bonheur
Et vider ton coeur de tes anciennes rancoeurs
Oublie s'il te plait nos querelleset tes terreurs
Oublie mes erreurs, mes faux pas et tes peurs
Mais seulement viens...

zinou 19/03/2006

FrozenRose
19/03/2006, 19h02
................

FrozenRose
20/03/2006, 09h23
j............................

ChoufChouf
20/03/2006, 09h33
trouves toi un homme..et vite!
ca urge :mrgreen:

sinon...
sinon... :sad:

FrozenRose
20/03/2006, 09h35
.................

ChoufChouf
20/03/2006, 09h37
Chouf,

Mon homme je les déjà trouvé et tous mes mots lui sont destinés... !
Seul son image m'inspire tant!
ahh ca fait plaisir a savoir...
j'espere qu'il apprecie,
et bon courage pour ton mariage
et sois une femme qui allie l'acte a la parole
il n'en sera que plus heureux.

Zinour
20/03/2006, 19h32
merci Léco pour le poème, il est si parlant que je m'y confond n'arrête surtout pas d'écrire et ne fait pas attention aux futilités qui peuvent freiner
ta créativité.

-----------------------------------
J’ai attendu dans le désert de notre
Petit coin, loin là-bas dans la poussière
Du temps et j’attends et j’attends tes lumières,
Pas même une lueur, lueur que j’ai perdu
Avec tes fuites et tes peurs, malheur dans
Lequel l’âme glisse et descend vers les ténèbres
Du désespoir, espoir il s’éloigne encor dans
L’infinité de ton abîme creux comme
L’univers, il avale toutes mes flammes, mes
Flammes qui s’enflamment sans toi ni toit.
Je m’englouti en toi loin de toi, le cœur
Soupire plein de ses désirs, s’ennuie parfois
Dans sa solitude, solitude dont il est habitué
Je pourrais dire que c’est trop tard, je ne
Veux plus souffrire de mes retards à voir
Plus en claire la vérité qui se cache derrière
Le cœur d’une femme pleine de secrets et
De drames, reviens dans mes bras comme
Autrefois où rien que toi et moi étaient là.
J’ai plus peur que toi de moi mais je
Puisais mon courage de toi quand tu
Etais là avec moi. Reviens et murmure
Moi ton silence je comprendrais sûrement
Tes souffrances…qu’as tu trouvé de mieux
Pour effacer notre mémoire qui jadis
Faisait mon bonheur là bas, là bas que
Tu m’as fait avec les soin de tes doigts,
Tes mains de l’art, palpaient mon âme
Avec chaque trait que tu fait dans notre
Petit coin, coin désormais désert de toi et moi.

zinou 20/03/2006

FrozenRose
20/03/2006, 20h16
.......................

TAHAR23
20/03/2006, 21h06
C'est épatant...merci vous deux...

safyo
20/03/2006, 22h33
Où donner de l'echo ?

T'arrête oui :4:

C'est magnifique ce que tu écris .

Zinour
21/03/2006, 11h28
Ne soit pas modeste Léco, c'est toi la perle comme disais Tahar.
C'est bien dommage que je ne puisse être ici assez souvent, à chaque fois que l'occcasion me le permet je viendrais prendre queques bouffées "d'oxymour".
-------------
Tu savais ce que je voulais bien tu es
Totalement libre de refuser le lien,
Et de ne pas venir me voir dans
Ma petite demeure. J’ai voulu
Me plaindre sur ton sein, du temps
Et mes chagrins, de mes nuits sans
Toi et du néant qui me tue avec tes
Tendres mains et ton cœur qui bat
Loin du mien, tu me tues de rien.
Je n’ai voulu que te parler par une
Nuits étoilés où les poètes se
Frayeraient leurs chemins.

Tu refuses de venir même pour un soir
Ce soir bien après ton départ, sur ma
Chaise, la tristesse vint s’asseoir.
Mon visage, bien sage et beau
Luisait comme un flambeau,
Contemplais le calme que ton
Absence a laissé avec du noir.

J’ai tant attendu tes pas légers ce soir, les
Miens se sentaient lents et sans espoir,
Je me demandais si l’amour est toujours
Dans ton petit cœur, toi qui me ressemble
Comme une sœur, je t’aimais ainsi que
Ta mère et tes sœurs…que vous soyez
Musulmanes, chrétiennes, juives ou beurs.
La mer de ma misère souffre la montée
De toutes les marées et les rancoeurs.

Soupire mon cœur de chien soupire
Je ferais de ma misère un festin,
J’inviterais tout les pauvres de
La terre et les mesquins.
Comme un orphelin vêtu de noir,
Je fêterais mes défaites et
Ma faillite pour un soir.

Je t’aime malgré la petitesse de
Mon âme. Je t’aime et j’ai peur
De mes flammes, je croyais que
Notre amour était divin et le serait
Pour toujours, mais voilà que le cri
De la terre avec toutes ses chaleurs
Vint me tirer vers le bas ma chérie.
Vers mes désirs et mes envies, et
Vers la pomme de mes péchés.

J’en peux plus, je dois arrêter mes
Poursuites sans suites, j’ai compris
Que tu ne viendrais jamais dans ma
Misérable demeure que pour toi
J’ai construis. Je te reproche tout
Mon désarroi, je te reproche ta force
Et ton art, oui je suis jaloux de toi
Et rien ne va quand tu t’en vas.

C’est étrange comme cet amour
Ressemble à un songe mais je
T’aime quand même, même dans
Un songe ! L’autre jour je t’ai vu
Dans ma nuit, comme tu étais belle
Ma chérie, tu me souriais sans partager
Mes ennuis et moi je tremblais comme
Un gamin qui s’enfuis.

Je t’aime même si nos chemins se
Dispersent encore dans la confusion
De nos cœurs de frayeurs pleins.
Mais non et non je ne te supplierais
Plus ma chérie, pourquoi faut-il se
Plier pour conquérir un cœur et rien
Pour que tu viennes à ma petite demeure ?

Je vais finir haut la tête ma chérie,
Tu n’étais pas venue et bien tans pis,
Les jours qu’on cours passent et je ne me
Rabaisserais plus davantage, je vais
Tourner, et pour de vrai, ma si
Longue et triste page ma chérie.

zinou le 21/03/2006

FrozenRose
21/03/2006, 21h26
..........................

Zinour
22/03/2006, 12h04
Merci Léco pour ta générosité, j'aime bien les duos poétiques et sans flatteries
tu es une artiste :4:

----------------------------
Je savais bien que ton coeur
Etait plein de mes chaleurs.
Que c'est dûr d'entendre tes
Adieux après tout ce long parcours
Pleins de passion et de détours
Il n'y a que le bonheur que je peux
Te souhaiter pour ton lendemain
Un lendemain de toutes les merveilles
Fait moi signe quand tu seras fière
Même après un siècle sur cette terre
Parle moi quand tu verras un autre
Bonheur, raconte moi quand nous
Serions vieux ta petite histoire
Et la colline de ton corps qui
Donnerais une partie de toi
A cette vie sans port...
Raconte moi tes douleurs aprés
Un an là bas loin de mon coeur,
Parle moi de ta vie ma chère.

Je dois changer de cap, tu ne
Feras plus attention à ma présence
Je ne ferais plus de tes douleurs
Mon navire, mon navire chavire
Quand tu as pris le départ.
Pars vers ta liberté ma chérie
Tu as compris qu'avec moi, ma
passion t'aurais enchaîné , ma
Jalousie t'aurais brisé, Tu as
Compris maîtresse de l'art que
La prison de mon coeur t'attendrais
Sur chaque quai de notre vie.
Tu as tout compris, tu as pris le départ
Pour vivre loin de mes remparts
Alors choisis quelqu'un qui t'aime
Plus que tu l'aimes, comme ça tu
Eviterais ses chaînes.

Un palaisir grand comme
La terre quand mes yeux claires
Habitant mon pale visage ont vu
Pour la première fois là bas ton
Beau visage dans notre petit coin.

Tu sais...même tes adieux me font
Du bien, et sans larmes cette fois
Je te fais mes adieux les plus doux
Ma chère maîtresse.

Je te pardonnes ! mais tu ne m'as
Fait que du bien mon si tendre coeur...
Je te pardonnes bien sûr et pourrais-je
Ne pas le faire ?

J'ai envie de me plaindre mais je ne
Le fais pas, même les océans de la
Terre ne peuvent contenir ce que je
Ressens..parôle tenue ma chère.

Accepte mon dernier bouquet de roses
Et ma fière prose comme cadeau pour
L'amour que tu as su faire couler
Dans mes veines et la joie que tu
M'as donnée mon si tendre coeur.
Adieu ma chérie :27:

zinou le 22/03/2006

elisa
22/03/2006, 14h18
Alors là ! Moi je n ose plus rien écrire , vos mots coulent et roucoulent comme des rivières d amour jusqu à mon âme qui se noie dans les souvenirs .....

Pas d Adieux pour vous chers artistes vous êtes trop riches , offrez nous encore des mots , vos grands et petits sons ,qui ouvrent nos émotions , qui prolongent le temps, donnent du sens à l espoir ..... :4:

Cookies