PDA

Voir la version complète : Les banques algériennes ont prêté 1 400 milliards


nassim
15/03/2006, 01h32
Les crédits bancaires distribués au secteur privé représentent plus de 51% des crédits octroyés par les banques publiques algériennes au 1er semestre 2005, selon Miloud Boutabba.

Le représentant du ministère des Finances a affirmé que “les créances non performantes (crédits non remboursés) détenues sur ce secteur s’accumulent de plus en plus dans le portefeuille des banques, puisqu’elles représentent 44% des crédits alloués à ce secteur”. Et d’ajouter : “Le corollaire de cette tendance est le déplacement du risque d’engagement du secteur public vers le secteur privé.” Les crédits directs bruts ont atteint 1 416 milliards de DA au 1er trimestre 2005, dira-t-il. Ce qui représente une évolution de 11% en moyenne annuelle durant ces quatre dernières années. L’essentiel de l’activité bancaire est dirigé, précise M. Boutabba, vers la clientèle d’entreprises publiques et privées alors que seulement 15 à 20% des crédits sont allouées aux particuliers. Pour

M. Boutabba : “Cette tendance à la concentration des engagements peut donner lieu à un risque de contrepartie majeure de nature à menacer la continuité de l’exploitation de la banque.” Elle peut mettre aussi la banque en situation de non-conformité avec les règles prudentielles, notamment la concentration et la division des risques, a-t-il averti. Il a relevé, par ailleurs, que “les crédits par signature accordés par les banques publiques ont atteint un montant de 500 milliards de DA en 2004, soit un taux de 27% de l’ensemble des engagements des banques”. Ces engagements concernent généralement des opérations de commerce extérieur, note-t-il. Il a soutenu, aussi, que “les ressources dinars, collectées auprès de la clientèle y compris la Cnep, ont atteint 2 425 milliards de DA au 1er trimestre 2005, soit une évolution moyenne annuelle de 13% durant ces quatre dernières années”. Ces données démontrent, selon lui, une amélioration non négligeable des moyens d’action des banques et d’une capacité encore limitée de transformation des ressources en emplois commerciaux, soit un taux de 55%.

Ce responsable a soutenu qu’“une levée de fonds de plus de 118 milliards de DA a été réalisée à fin janvier 2006 pour financer, notamment, les programmes d’investissement de la Sonatrach, Air Algérie, Sonelgaz, Algérie Télécom et Cevital”. Quant à M. Abderahmane Benkhalfa, délégué général de l’Association des banques et établissements financiers (Abef), il a expliqué que “les banques algériennes ont des difficultés sur le commerce extérieur, car il y a une intensité de contre-garanties émises par les banques étrangères”.

Ces dernières actionnent souvent l’appareil judiciaire de leur pays pour imposer des contre-garanties ou bloquer leur paiement aux banques algériennes, martèle-t-il. Partant de ce constat, il a plaidé en faveur d’un avis juridique autorisé émis par les spécialistes algériens qui sera opposé aux instances judiciaires étrangères. Le délégué général de l’Abef a déploré “la situation conflictuelle vécue par les dirigeants des banques quant à la responsabilité administrative et pénale dans la gestion des deniers publics”.
Abondant dans le même sens, M. Omar Cheboub, responsable au niveau du CPA, a proposé la mise en place d’un système d’information national sur les banques intermédiaires étrangères afin de déceler les bons et mauvais payeurs.

(c) Liberté

Thirga.ounevdhou
15/03/2006, 13h16
Du 1er janvier 2001 au 1er janvier 2005 Les banques ont prêté 1 400 milliards de dinars Les crédits non remboursés sont en augmentation. Chiffres non negligeables et phenomene a ne pas sous estimer, nos banques se trouvent reellement confrontées au problèmes des prêts non remboursés;

Cookies