PDA

Voir la version complète : 84,3 milliards d'euros de profits pour les entreprises du CAC 40


morjane
16/03/2006, 15h26
A contre-courant de l'ambiance économique actuelle, les grands groupes français du CAC 40 ont gagné 84,3 milliards d'euros en 2005.

Avec la présentation aujourd'hui, des résultats de Gaz de France – attendus à environ 1,6 milliard d'euros – s'achève la saison des publications annuelles des entreprises du CAC 40. Comme attendu, le millésime 2005 est excellent : avec 84,3 milliards d'euros de profits l'an dernier, contre 66,2 milliards en 2004, la fine fleur des sociétés françaises bat tous ses records. Et dépasse toutes les prévisions : alors qu'en moyenne les marchés financiers pariaient en début d'année sur une hausse des bénéfices de 10,4%, celle-ci a été de l'ordre de 27%. Le tout avec une croissance économique de seulement 1,4% dans l'Hexagone. Mais cette relative mollesse conjoncturelle n'affecte que modérément les grandes entreprises qui ont depuis longtemps réussi à s'internationaliser et à aller chercher la croissance là où elle se trouve, ailleurs dans le monde.

Par grands secteurs, l'exercice 2005 consacre notamment la bonne santé des groupes financiers (BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole ou encore Axa), mais également le poids lourd Total, toujours porté par la flambée des prix du pétrole. «Les banques françaises s'en sont très bien sorties grâce à la diversité de leurs activités, à la différence des banques espagnoles par exemple, davantage centrées sur les particuliers, analyse ainsi Philippe Andrieu, directeur général de Raymond James Euro Equities. D'autre part, en Europe, le secteur des télécommunications et des technologies a connu un net ralentissement de la croissance des profits à cause de la concurrence et de l'arrivée à maturité du marché du mobile.»

Une année 2006 moins faste ?

Un phénomène qui concerne au premier chef France Télécom : l'opérateur a certes dégagé un profit record, mais il a perdu 600 000 clients l'an dernier et se prépare à des jours plus difficiles. Idem pour Renault, qui vient de présenter un grand plan de relance, ou pour Peugeot, dont la dégradation se retrouve dans les résultats de 2005. Parmi les contre-performances, Carrefour a vu ses profits baisser de plus de 15%. Un seul groupe est dans le rouge : Thomson, qui a perdu 573 millions d'euros.

Les fleurons du CAC 40 auront du mal à maintenir une croissance aussi élevée de leurs profits cette année : ceux-ci devraient progresser de 6% selon le cabinet Raymond James, voire de 6,8% selon le consensus établi par Factset JCF. Les niveaux du dollar et des taux d'intérêt devraient peser sur la rentabilité des entreprises européennes en 2006. «Nous arrivons en fin de cycle, les niveaux de croissance enregistrés vont être de plus en plus difficiles à atteindre, analyse Pierre Sabatier, stratège chez Factset. Les leviers ne seront plus les mêmes cette année qu'en 2005, le secteur pétrolier et les sociétés financières devraient enregistrer des profits moins spectaculaires.»

Par le Figaro

Cookies