PDA

Voir la version complète : Création de valeur: les sociétés occidentales absentes du top 10 mondial


jawzia
09/09/2010, 19h51
Les asiatiques raflent les premières places

· Création de valeur: les sociétés occidentales absentes du top 10 mondial

· Suprématie sur tous les secteurs

Le rapport annuel de BCG Consulting sur les entreprises les plus créatrices de valeur fait état d’un classement inédit: aucun groupe européen ou américain ne figure dans le top 10. Du jamais-vu depuis le lancement de cette étude en 1999, qui prend en compte la performance boursière et le dividende sur cinq ans.

http://www.leconomiste.com/upload/article/8_102620.jpg

Sur les dix entreprises qui ont créé le plus de valeur pour leurs actionnaires dans le monde entre 2005 et 2009, sept sont chinoises dont deux basées à Hong Kong, les trois autres pays représentés étant l’Inde, la Corée du Sud et l’Indonésie. Ainsi, Tencent (Hong Kong), Jindal Steel & Power (Inde) et Suning Appliance (Chine) figurent en tête de palmarès, avec des TSR (Total Shareholder Return, indicateur de rentabilité) de plus de 80 %, contre une moyenne globale de 6,6 %. De même, sur l’analyse sectorielle, les groupes des marchés émergents dominent 13 des 14 segments d’activité étudiés. Par exemple, Faw Car (Chine) affiche le plus important TSR dans l’automobile, OCI (Corée du Sud) dans la chimie, Tingyi (Hong Kong) dans les biens de consommation, pour n’en citer que quelques-uns. Seul le segment de la pharmacie et des technologies médicales n’a aucun groupe émergent dans son top 10. Rien d’étonnant dans cette hégémonie asiatique, selon les analystes. «la crise a davantage affecté les pays occidentaux, ce qui explique la prédominance des émergents cette année. Mais, au-delà de cela, ce rapport montre aussi que, à long terme, la création de valeur se fait surtout via la croissance des revenus: or c’est sur les pays émergents que la croissance - et ainsi la demande - est la plus forte », commente Jérôme Hervé, directeur associé au BCG Paris. En effet l’enseignement essentiel que présente le rapport est qu’à long terme, pour créer de la valeur, ce qui compte le plus est la croissance du chiffre d’affaires. Preuve en est ce classement qui a propulsé les entreprises issues des grandes économies à croissance rapide (Chine, Inde, Brésil...) vers la tête du classement malgré la crise. Hervé ajoute dans ce sens que «dans un environnement économique beaucoup plus difficile et concurrentiel, les grands gagnants seront les entreprises et managers qui seront capables de trouver des relais de croissance durables, tels l’innovation et le développement sur les marchés porteurs».

F. Z. A.
leconomiste.ma

Cookies