PDA

Voir la version complète : Cinq nouvelles dessertes algériennes dont un Paris-Chlef


zek
17/03/2006, 18h55
Bonsoir, Aigle Azur prend du poid, grace a l'Algerie, l'Egypte et la Tunisie ainsi que le Maroc, sans oublier son PDG. :)
--------------------------------------------------------------------

Aigle Azur célèbre, le mois prochain, ses soixante ans en s’offrant plutôt que le traditionnel gâteau d’anniversaire de nouvelles dessertes entre la France et les pays du bassin méditerranéen et une troisième place au tableau des compagnies aériennes françaises. Cinq lignes supplémentaires seront ouvertes sur l’axe France-Algérie. En l’air depuis quelques semaines, l’information a été confirmée, hier, par le président-directeur général d’Aigle Azur et du groupe GOFAST, Arezki Idjerouidene.

Née en 1946, reprise en avril 2001 par le groupe GOFAST, la compagnie est à la recherche d’un surcroît de visibilité dans l’espace aérien méditerranéen. Forte d’un réseau qui se densifie d’année en année, elle annonce, pour le court terme, une somme de projets. Au premier rang desquels l’élargissement de sa flotte. Dès cet été, neuf avions survoleront les cieux méditerranéens contre à peine deux lors de la reprise de la compagnie par GOFAST. Deux autres appareils se mettront de la partie l’an prochain. Au QG de la compagnie, à Tremblay en France (Seine-Saint-Denis), on se réjouit d’être «au rendez-vous d’un programme de modernisation progressive» de la flotte.

Initié en mars 2003 avec une première échéance (fin 2005), ce programme se décline dans la plaquette médiatique confectionnée pour les besoins du 60e anniversaire. Quatre Airbus A321 de 214 sièges chacun, trois de type A320 (174 sièges) et deux autres version A319 (156 sièges). Tous sont en bi-classes (affaires et économique). Avec ce potentiel logistique, Aigle Azur compte tirer vers le haut ses capacités. De 1,5 million de passagers aujourd’hui, toutes destinations confondues, son plan de charge devrait graviter l’an prochain autour des 1,7 million, selon les prévisions de sa direction.

En attendant la période estivale, qui débute la seconde quinzaine du mois de juin, la compagnie se donne les moyens de dessertes supplémentaires sur toute la façade sud de la Méditerranée. «Destination phare», selon la propre formule d’Aigle Azur, l’Algérie sera créditée d’un Bordeaux-Alger, d’un Nice-Alger, d’un Paris-Sétif, d’un Lyon-Sétif. Autant de dessertes régulières dont on n’a pas précisé, pour l’heure, la périodicité.

Autre nouveauté, la mise en place d’un Paris-Chlef. «La desserte est conçue pour les impératifs des vacances d’été. On verra, plus tard, s’il y a matière à la régulariser», précise Arezki Idjerouidene. L’escale de Chlef n’est pas dénuée de retombées sur le trafic aérien entre la France et l’Algérie, souligne-t-on à Aigle Azur. Située à deux cents bornes de la capitale, la capitale du Chelif est appelée à jouer le rôle d’une plate-forme importante au plus fort de la période de pointe. «Ça nous permettra de désengorger l’aéroport d’Alger par l’acheminement d’une partie des voyageurs du centre-ouest du pays», observe le PDG de la compagnie. Idem pour l’escale de Sétif dont la liaison avec Paris et Lyon était attendue depuis longtemps par les immigrés de la région de Sétif, très nombreux en Rhône-Alpes.

Avec ces cinq nouvelles dessertes, la desserte France-Algérie par Aigle Azur prendra une ampleur inégalée. «C’est notre première destination en nombre de fréquences et en nombre d’aéroports desservis», se félicite Arezki Idjerouidene. En revanche, en nombre de passagers, c’est «indiscutablement l’Egypte touristique» qui survole en tête du tableau. Le pays des pharaons est relié quotidiennement par plusieurs vols.

«Le développement de notre réseau est loin d’être terminé. Dans moins d’un mois, on annoncera quelques nouvelles lignes sur le bassin méditerranéen», précise le patron de la compagnie. Qui, sans lever le voile sur l’ensemble des nouveautés, annonce l’ouverture de nouvelles dessertes sur le Maroc cet été (Casablanca, Nador) après Marrakech, Oujda et Agadir. Avec trois lignes déjà opérationnelles (Tunis, Monastir et Djerba), la Tunisie est également dans le radar de la compagnie.

Pour souffler sa 60e bougie, la compagnie a songé à se lancer dans la vente électronique. Depuis mardi, les passagers désireux d’anticiper sur leur voyage peuvent acheter leurs billets à partir du site web de la compagnie. Laquelle a ouvert, place de la République à Paris, une agence dédiée à la vente et à l’information. Une seconde suivra, fin mars, à Marseille et une troisième est attendue, avant l’été, à Lyon.

Avec la configuration actuelle de sa flotte et le volume de sa ressource humaine - 700 personnes dont 2/3 de personnels navigants -, Aigle Azur se fait plus visible dans le paysage aéronautique hexagonal. «Nous sommes la troisième compagnie française par le nombre de passagers transportés et le chiffre d’affaires. Nous nous situons derrière le groupe Air France et Corsair», dit son PDG.
http://www.lequotidien-oran.com/quot3415/even.htm

Cookies