PDA

Voir la version complète : L’enfer de la JSK à Owerri


l'imprevisible
18/09/2010, 06h45
La délégation de la JSK et celle des journalistes qui l'a accompagnée lors de son déplacement en terre nigériane pour le dernier match de Ligue des champions africaine ont vécu l'enfer à Owerri dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le plus dur s'est déroulé sur un axe routier où venait de se dérouler un accrochage armé. Le cauchemar a débuté jeudi en fin de journée, avec le retard occasionné dans l'acheminement de la délégation qui prendra son envol à destination de Port Harcourt à 19h avec deux heures de retard. Arrivée sur le tarmac de l'aéroport de Port Harcourt après 4h30 de vol, les ennuis commencent. Personne parmi les responsables de Heartland n'était à l'accueil de la délégation et l'accès à l'aéroport ne sera pas donc autorisé. La délégation kabyle attendra plus d'une demi-heure sur le tarmac avec le bruit assourdissant des réacteurs avant d'être autorisée à entrer à l'aéroport et c'est ensuite le parcours du combattant pour les formalités douanières malgré les interventions du chargé d'affaires de notre représentation diplomatique, M. Mouloud Amrani.

C'est à ce moment qu'un policier proposa de nous faciliter la tâche en contre-partie du versement d'une somme de 600 euros. Face à l'indignation des responsables de la délégation de la JSK et du représentant de notre ambassade, les agents douaniers prendront tout leur temps pour les formalités d’usage. Il était déjà presque 2h du matin quand la délégation de la JSK et ses accompagnateurs sortent enfin du maudit aérodrome, mais les ennuis ne faisaient que commencer, puisqu’un problème de transport surgit.

Les dirigeants de Heartland n'ont délégué qu'un bus d'une vingtaine de places et une voiture pour une délégation de 48 personnes. Une demi-heure plus tard, après s’être vue contrainte de louer des taxis, la délégation quitta enfin l'aéroport en direction de Owerri, distante d'environ 100 km. Un trajet infernal sur un semblant de route, parsemé de frayeurs qui débutera par un arrêt brusque du cortège dès les premiers kilomètres.

En effet, 15 minutes après avoir quitté l'aéroport, le cortège sera immobilisé en pleine brousse pendant près d'une demi-heure dans une obscurité totale. Le chauffeur de taxi, terrifié, nous expliquera qu'il s'agissait d'un accrochage entre les forces de sécurité et des rebelles dans la région. Et on sera édifié sur ce qui venait de se passer en voyant des gens fuir, surgissant des deux côtés de la route, ce qui ajoutera encore plus d'angoisse aux membres de la délégation éreintée par toutes ces tracasseries malgré la présence d'une escorte policière, très réduite du reste (une seule voiture).

La peur s'estompe quelque peu quand le cortège reprendra son chemin, même si les deux heures de route seront très éprouvantes sur le plan psychologique avec la présence d'une vingtaine de barrages policiers et militaires qu'on a dû passer, faisant craindre le pire en aval. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le véhicule transportant Ouakked, le chef de la délégation, Doudène (président de section), Rachid Azouaou et le représentant de notre ambassade, a failli avoir un grave accident après l'explosion d’une de ses roues.

Au même moment, un des taxis transportant un groupe de journalistes tombe aussi en panne. Heureusement que l'hôtel n'était pas loin. Ils seront récupérés quelques minutes plus tard par un autre véhicule militaire. Arrivée enfin à l'hôtel Lynx aux environs de 4h du matin, c'est une autre surprise qui attendra la délégation. Un hôtel miteux et pas assez de chambres, sans compter que les chambres doubles ne comptaient qu'un seul lit.

Ereinté et à bout de nerfs par cette arnaque au sens propre du mot des responsables de Heartland, ceux de la JSK décidèrent d’aller à la recherche d’un autre hôtel. Accompagnés d'Azuka qui servira de traducteur, ils sillonnèrent les rues de la petite bourgade à 5h du matin et comme par hasard un hôtel digne de ce nom est vite trouvé à quelques centaines de mètres. L'hôtel Concorde, celui où les deux formations égyptiennes étaient hébergées lors de leur venue à Owerri. L’enfer a duré jusqu’à hier à 16h30.


Tarek Aït Sellamet
El Watan (18/09/09)


../..

Zacmako
18/09/2010, 07h06
C'est un véritable cauchemar en effet.
Un chargé d'affaires ne peut, hélas, agir de façon efficace dans de telles situation.
Je pense que les responsables concernés auraient du se rendre sur place quelques jours avant, afin de veiller à ce que tout soit dans l'ordre avant l'arrivée même de la délégation, je dirai "algérienne'' et pas Kabyle parceque la JSK représente toute l'Algérie ?
Quoi qu'il en soit, et malgré toute cette mésaventure, je suis persuadé qu'ils reviendront avec un bon resultat...

Bourguignon89
18/09/2010, 07h09
Bah bienvenu en afrique subsaharienne quoi .. même si chez nous ça sent pas la rose non plus.

Zacmako
18/09/2010, 07h43
La délégation de la JSK a été très mal reçue en terre nigériane. En effet, de par les échos qui nous sont parvenus, les Kabyles qui avaient décollé avec deux heures de retard d’Alger s’étaient retrouvés seuls sur le tarmac de l’aéroport de Hacourt du fait qu’aucun dirigeant de l’équipe hôte encore moins de la fédération locale n’était à leur accueil.
Ils ont été livrés à eux-mêmes face à la police des frontières qui les a malmenés encore plus pour les journalistes qui ont été menacés de voir leurs appareils de photo confisqués. Les Kabyles n’étaient pas au bout de leurs peines car une fois avalés les 112 kilomètres qui séparent Harcourt de Owerri, la délégation Kabyle avait voyagé dans des bus et sur une route vétuste.
Ils sont arrivés dans un hôtel où il n’y avait plus aucune chambre de libre, accentuant un peu le malaise de la délégation algérienne malgré l’assistance d’un représentant de l’ambassade d’Algérie au Nigeria. Mais tout cela n’a pas réussi à déstabiliser les Kabyles qui ne jurent désormais que par la victoire, une manière de rendre la monnaie aux dirigeants nigérians
Horizons

RoboCop
18/09/2010, 08h05
C'est à ce moment qu'un policier proposa de nous faciliter la tâche en contre-partie du versement d'une somme de 600 euros. Face à l'indignation des responsables de la délégation de la JSK et du représentant de notre ambassade, les agents douaniers prendront tout leur temps pour les formalités d’usage.
Ce qui m'a fait "rire" c'est l'indignation du représentant de notre ambassade, zaama il ignorait que cela se passait comme ça dans certains pays Africains, mais ce genre de pratique c'est une monnaie courante, si tu ne mets pas la main à la poche, tu n'as qu'à reprendre le même avion dans le sens retour, heureusement qu'ils étaient éscortés par une patrouille policière, sinon même dans les barrages routiers on exige "les droits de passage" où "tous les moyens de paiements" sont accéptés.

tenebre
18/09/2010, 08h52
ce genre de pays subsahariens doit être interdit de toute compétition s'il n'a pas l'infrastructure ( routières , sportifs , hotelières ) nécessaire pour acceuillir leurs invités !! sans compter la sécurité qui doit etre aussi primordiale!!

absent
18/09/2010, 09h34
Qu'ils reviennent vite pour oublier, c'est tout ce qu'ils ont à faire, puisqu'il n'existe pas d'organse solide derrière eux, pour réclamer des comptes.

tenebre
18/09/2010, 09h41
Qu'ils reviennent vite pour oublier, c'est tout ce qu'ils ont à faire, puisqu'il n'existe pas d'organse solide derrière eux, pour réclamer des comptes.
bonjour ALGERIAN :) !!


je dirais : pauvre Afrique !!

on se souvient tous de la trajédie durant la dernière CAN avec l'equipe du Togo !! des membres de la déléguation abbattu par des groupes rebelles ! mais la CAF oblige quand même l'equipe du Togo a disputé les matchs , comme si la vie d'un homme vaut celle d'un cafard ! aucune compassion ni aucune humanité envers les morts !!

absent
18/09/2010, 09h52
Bonjour tenebre,

Oui mais l'équipe du Togo veut jouer, le problème c'est que la CAF ne suit pas les choses comme l'UEFA par exemple, ce sont des africains habitués à profiter de l'argent, donc qu'une équipe se fasse caillassée ou tuée, ils pleurent une heure et s'en foutent.

Iska
18/09/2010, 15h53
Demi-finales

Mazembé - JSK

El Ahly - ES Tunis

tariqlr
18/09/2010, 16h12
Désolé de vous attrister ou amenuiser votre gargarisme mais ceci se passe aussi au dessus de l'Afrique susaharienne: tu participes à la taxe "un policier proposa de nous faciliter la tâche en contre-partie du versement d'une somme de.." sinon t'es épluché et cuisiné!!!!

Galaad
18/09/2010, 16h15
De quoi écrire un livre !! Mais bon, c'est l'Afrique. :)

obladioblada
18/09/2010, 17h29
Dans ce cas il valait mieux les emmener en cargo militaire, au lieu de l'avion civile.
Espérons que le retour sera plus facile.

Zeste
19/09/2010, 00h02
Quand la sécurité n'est pas garanti le match devrait avoir lieux tout près d'un aéroport international !

quand est ce la date du match svp ??

Iska
19/09/2010, 11h18
"quand est ce la date du match svp ??"

le 1 er , 2 ou 3 octobre pour les matchs "aller"

Pour la finale le match aller se déroulera sur le terrain du vainqueur ES Tunis - El Ahly

Le match retour sur le terrain du vainqueur JSK - Mzembé

Zeste
19/09/2010, 12h29
Merci Iska :razz:

je n'ai jamais vu un match de championne ligue africaine, s'il passe sur l'ENTV j'essayerais de le voir mais bon faut pas trop compter dessus si j'ai bien compris !

Iska
19/09/2010, 13h16
"s'il passe sur l'ENTV j'essayerais de le voir mais bon faut pas trop compter dessus si j'ai bien compris ! "

Nous passons réguliérement des liens sur internet pour voir les rencontres.
Je t'en envoi 3 sites, et tu auras le choix des liens .

Il vaut mieux les mettre sur "favori"

Zeste
19/09/2010, 13h37
Recu 5/5

merci Iska :razz:

Cookies