PDA

Voir la version complète : Benchikha, oui mon Général !


shadok
19/09/2010, 21h45
http://www.youtube.com/v/kfnyUsx18MU

Le nouveau sélectionneur algérien, Abdelkader Benchikha, a tenu sa première conférence au Stade du 5 juillet d'Alger. Retour sur l'intronisation d'un adepte de la manière forte.

Une solution intérimaire, certainement pas. Abdelhak Benchikha, le nouveau patron des Verts n'est ni un choix par défaut, ni un choix anodin. Certes, son pedigree n'est pas celui de son prédécesseur, Rabah Saadane, l'homme qui a conduit l'Algérie à ses trois Coupe du monde. Au moment, où on aurait pu penser que l'Algérie allait enfin se doter pour la première fois de son histoire d'un grand technicien étranger, le président de la « Fédé » Mohamed Raouaroua a encore fait confiance aux compétences locales. Question de pragmatisme, et d'idéologie algérienne, le poste de sélectionneur est sacré et il doit revenir à un enfant du pays. Abdelhak Benchikha incarne au mieux cet esprit : «L'Algérie, c'est ma raison d'être» expliquait-il, lors de son passage au Club Africain, grand club de Tunis. Ce matin encore, il soulignait que sa nouvelle mission dépassait un simplement engagement contractuel : «Il n'y a aucun contrat entre moi et mon pays.»

Inconnu au bataillon en Europe, son arrivée était pourtant déjà programmée mais certainement pas aussi tôt. Il devait conduire la sélection algérienne A' aux Championnats d'Afrique des Nations des joueurs évoluant sur le continent (CHAN). Une prérogative qui s'ajoute à un rôle plus important encore : sélectionneur des Verts. Le 10 octobre, il sera en opération commando en Centrafrique où les Fennecs n'ont plus le droit à l'erreur après leur mauvais départ des éliminatoires de la CAN 2012 contre le Tanzanie à domicile (1-1). Le « Général », surnom hérité à Tunis avec le Club Africain, ponctuée par un titre de Champion de Tunisie en 2008, devra très rapidement remobiliser psychologiquement la bande à Yebda. En partie grisée par la participation au dernier Mondial, le groupe avait une certaine tendance à parfois s'autogérer sous le oeil clément de Rabah Saadane devra aussi stimuler certains cadres par l'instauration d'une concurrence plus saine. «Les places c'est comme la liberté, ça s'arrache, ça ne donne pas», explique-t-il.

Dans cette tâche, il sera aidé par la vox populi qui réclame le retour des joueurs du Championnat local. On peut penser à Djabou, Ghazali de l'ES Sétif ou encore Belkalem de la JS Kabylie. Le chantier est moral, il est aussi tactique. Après un Mondial décevant, l'Algérie devrait abandonner son sacro-saint 3-5-2 pour un schéma plus équilibré et offensif. Solide en défense autour du roc Bougherra, on attend une meilleure animation offensive des Ziani, Boudebouz, Matmour ou Ghezzal. Et notamment, une transmission plus fluide du jeu, un mal algérien, tant la relation est passionnelle avec le ballon. Cette équipe d'Algérie doit désormais passer du statut de bonne équipe capable de bons coups à celui d'une équipe régulièrement présente dans les grands rendez-vous. C'est la mission du « Général » Benchikha.

Nabil DJELLIT - L'Equipe

Jijelinho
19/09/2010, 23h14
Dans cette tâche, il sera aidé par la vox populi qui réclame le retour des joueurs du Championnat local

ah bon... y en a beaucoup en algérie qui réclame le retour des locaux ???

ou alors c'est le message qui veulent faire passer le buteur/chourouk ??? tout le monde sait qu'en algerie le niveau est insignifiant... sauf nos journaux locaux

smaildz
08/10/2010, 17h06
c'est vraiment un général , voyez plutôt :

http://www.youtube.com/watch?v=hygRYu2D9bo

absent
08/10/2010, 17h28
http://www.dz stadium.com/facebook_benchikha/

Cookies