PDA

Voir la version complète : Complexe Moteurs tracteurs de Constantine affiche ses ambitions


kenzy
29/09/2010, 08h33
Le Complexe moteurs tracteurs (CMT) de Constantine est l’une des rares entreprises publiques algériennes présentes à la 3e édition du Salon international “Alger Industries”. Habitué de ce salon, le CMT se fixe pour cette année deux objectifs précis. En effet, avec un carnet de commande confortable, l’entreprise espère profiter de ce salon pour prospecter des sous-traitants. CMT qui est par ailleurs en phase d’investissement, compte profiter de sa participation pour acquérir un nouveau matériel. L’entreprise, pour rappel, a connu en septembre 2009 une restructuration qui a donné naissance à deux entités réunies au sein du même site de production. Il s’agit de l’Entreprise tracteurs agricoles (Etrag) et de l’entreprise moteurs (EMO). L’usine dispose d’un atelier tôlerie et forge avec quatre groupes de forgeage dont la masse frappante varie de 2 à 20 t, qui réalisent des pièces forgées de 200 g à 40 kg. L’atelier des moyens de production de l’usine est en mesure de réaliser des matrices et des dispositifs pour la production de pièces en tôlerie, forge, soudure. Il possède, en plus, des capacités pour réaliser différentes pièces de rechange spécifiques. L’atelier des moyens de production dispose également d’un bureau d’études hautement qualifié. L’atelier fonderie dispose, pour sa part, d’une capacité de production de 2 500 t de fonte et 100 t d’aluminium. Il est en mesure de fabriquer en plus des pièces brutes, en fonte et en aluminium, les outillages nécessaires pour la réalisation de ces mêmes pièces. Enfin 450 machines constituent l’atelier usinage de CMT. Cet atelier est divisé en quatre petits ateliers : tournage, traitement thermique, taillage-engrenage et rectification. Tous ces équipements permettent actuellement à CMT, avec 1 200 travailleurs, de produire 2 500 tracteurs et 4 000 moteurs par année. Le complexe est en mesure d’augmenter cette capacité de production. En effet, avec 4 000 travailleurs et un rythme de travail en 3/8, le complexe peut atteindre les 6 000 tracteurs et 12 000 moteurs par année. Il faut dire que le tracteur de Cirta est très prisé par les agriculteurs qui leur est cédé à travers des intermédiaires agréés. Par ailleurs, CMT nourrit des ambitions pour l’exportation. L’entreprise est actuellement en pourparlers avec plusieurs pays d’Afrique, à l’exemple du Soudan et de la Zambie. CMT compte renouer avec l’exportation puisque dans les années 2000, CMT avait déjà exporté ses tracteurs vers l’Irak.

liberté

Black
29/09/2010, 10h36
Tous ces équipements permettent actuellement à CMT, avec 1 200 travailleurs, de produire 2 500 tracteurs et 4 000 moteurs par année.


2500/365=6.84 tracteurs/jours pour 1200 travailleurs c'est hard je me demande si cette usine est rentable.

azouz75
29/09/2010, 10h49
Sbah el khir


365 jours - congés - jours fériés - WE ça fait au alentours de 220 jours.
donc :

2500 / 220 = 11.3 tracteurs + 400 / 220 = 18 moteurs .

Donc 11 tracteurs et 18 moteur par jour et pour moins de 1000 ouvriers ( 1200 - administration et commerciaux ), c'est plus que rentable, il suffit juste de trouver des débouchés à l'international .

je pense




;)

Black
29/09/2010, 11h14
Oui ton calcule me va bien aussi il est plus proche de la réalité en terme de jour. Mais pour les ouvriers il ne faut pas soustraire les 200 personnes qui travaillent dans l'administration de l'usine car eux aussi indirectement et à leur maniére ils contribuent au fonctionnement de l'usine, (Service des achats, des stock, service commercial, encadrement etc...)

11,3 tracteurs et 18 moteurs/jour c'est peu pour une usine de 1200 personnes et en terme de rentabilité il faut ajouter aussi les achats etc...

bledard_for_ever
29/09/2010, 11h42
11,3 tracteurs et 18 moteurs/jour c'est peu pour une usine de 1200 personnes et en terme de rentabilité


et combien il faut d'apres toi? :)

Pecos
29/09/2010, 11h54
et combien il faut d'apres toi? :)

Tu le sais pas, mister black est un expert en usine de tracteur, il en'a deja monter une dizaine dans ses rêves. :D

Black
29/09/2010, 12h00
Voici ce que dit un article de la tribune dz sur cette fameuse usine en restructuration c'est assez édifiant:

http://fr.allafrica.com/stories/201001111219.html (http://fr.allafrica.com/stories/201001111219.html)

1200 personnes pour faire 11 tracteurs et 18 moteurs par jour c'est une aberration.

Cette article la est encore un peu plus hard qui décrit une usine sous perfusion de l'état.

http://www.*********.com/revue-de-presse/7237-situation-explosive-au-complexe-moteurs-et-tracteurs.html

Remplacer les étoiles par presse - dz attaché

azouz75
29/09/2010, 12h16
le 1er article ( janv 2010) répond en quelques sorte au deuxieme ( sep 2008).

et dans les deux , il n'est pas question de rentabilité ( désolé) mais de la pertinence ou non d'un énième restructuration.

je retiens de tes article ceci :

Autrement dit, que l'une ou l'autre des deux nouvelles structures, en quelque sorte, connaisse les limites de son territoire et, surtout, la nature du patrimoine qui lui revient.Quoi qu'il en soit, les pouvoirs publics centraux se sont totalement investis dans cette restructuration, politique à plus d'un titre, jusqu'à consentir pratiquement sans conditions tous les concours financiers, l'aide logistique, les moyens humains, l'interdiction d'importation de matériel agricole, la facilitation des procédures afin qu'industrie et agriculture relèvent la tête en même temps et, surtout, matérialisent les attentes des dirigeants jusqu'au plus haut sommet de l'Etat pour confirmer le renouveau officiellement déclaré.



Pour l'anecdote, nous saurons que, s'il y a seulement quelques mois -et cela était de notoriété publique- «le PMAT était en surstock, aujourd'hui des agriculteurs recourent, comme au bon vieux temps du monopole, à l'intervention pour accéder à l'achat d'un tracteur. Il est vrai, toutefois, qu'il y a de la spéculation derrière, notamment parce que ce type de matériel est aujourd'hui acquis dans des conditions particulières et exceptionnelles comme le règlement à tempérament, la remise, l'exonération d'impôt, etc. Cela fait qu'il pourrait être acquis à moins de 200 000 DA alors que son coût de production dépasse le sextuple. C'est, toutefois, le prix à payer pour booster l'agriculture et, sur ce plan, l'Etat ne lésine pas. Cela est logique», conclura notre vis-à-vis.

Black
29/09/2010, 13h23
le 1er article ( janv 2010) répond en quelques sorte au deuxieme ( sep 2008).

et dans les deux , il n'est pas question de rentabilité ( désolé) mais de la pertinence ou non d'un énième restructuration.


Excuse moi Azouz mais quand tu restructures une entreprise c'est que cette dreniére n'est pas rentable on ne restructure pas pour le plaisir. :mrgreen:

Tu as raté ce passage :

«D'abord, parce que pour une entreprise dont les responsables criaient leur désarroi devant la mévente du produit il y a à peine une année, faisant état de parcs débordant de surstock et une entreprise de commercialisation [PMAT] au bord de la faillite, il nous paraît pour le moins étrange que ceux-là, aujourd'hui, déclarent ne pas être prêts pour répondre à une commande de 4 000 tracteurs.»

Quand une entreprise ne vend pas son produit et qu'elle fait des surstocks c'est que son produit est dépassé et/ou trop cher. Et je te le redit 1200 ouvriers pour 11 tracteurs/jour ç'est loin d'être rentable.

traks
29/09/2010, 14h23
toute les commande vienne de l'était...1 seule client...ça pas non plus top top

Black
29/09/2010, 14h29
toute les commande vienne de l'était...1 seule client...ça pas non plus top top


C'est juste le gouvernement qui maintient en vie cette usine d’un autre temps. D'ailleurs dans un des articles il est dit que si cette usine fermée plus de 1000 familles seraient sur le carreau un vrai drame pour cette région donc l'état maintient ce site sous perfusion.

tatianna
29/09/2010, 15h19
Et c'est aussi le syndrome algerien.. nos entreprises nationales, toutes corrompues jusqu'aux os, défaillantes et vivent sous la perfusion de l'etat.

Que l'etat garde sa main mise sur les hydrocarbures, mais qu'il libère juste le privé et lache un peu le jeu au profit de ses propres entrepreneurs, les algeriens aujourd'hui seraient bien plus riches que leurs voisins.

AARROU
29/09/2010, 15h39
C'est cette meme usine qui va fabriquer les moteurs de véhicules Mercédés de Tiaret,elle est conserné par le contrat avec les allemands

mansali06
30/09/2010, 11h01
Ceci explique cela,

Le CMT travaille actuellement sur un nouveau moteur *

* déclaration de son directeur général

azouz75
30/09/2010, 11h11
C'est cette meme usine qui va fabriquer les moteurs de véhicules Mercédés de Tiaret,elle est conserné par le contrat avec les allemands

non, à Tiaret c'est la SNVI , ici il s'agit de la CMT .

AARROU
30/09/2010, 22h46
Citation:Partenariat entre Allemands et Emiratis pour produire des véhicules en Algérie : le projet au menu d’une réunion du fonds Aabar
Hakim Arous.

Le 10 août 2009, Aabar Investments avait annoncé la signature d’un accord avec le gouvernement algérien dans le domaine automobile. Le projet concerne la création d'une joint venture avec cinq firmes allemandes pour produire 10.000 véhicules par an en Algérie.

L’allemand Daimler, dont Aabar Investments est actionnaire, est associé au projet ainsi que la firme allemande MAN Ferrostaal et les ministères algériens de l'Industrie et de la Défense, selon le communiqué. MAN Ferrostaal va diriger le projet qui implique outre Daimler, Rheinmetall, le fabricant de moteurs Deutz et MTU Aero Engines Holding.

Le montant de l'investissement d'Aabar n'a pas été révélé. Trois sites de production sont prévus pour accueillir le projet : à Tiaret, Aïn Smara et Oued Hamimine. Certains seront créés et d'autres installés dans d'anciennes usines qui seront modernisées. La production de camions et de voitures pourrait démarrer dans les prochains mois. Une partie pourrait servir à équiper l'armée algérienne.
CMT c'est a Ouad hamimine

Cookies