PDA

Voir la version complète : Maroc-Sidattes 2010 : Valoriser le palmier-dattier


Raco
29/09/2010, 12h05
La production nationale de dattes est évaluée à 100.000 tonnes, environ 3% de la production moyenne mondiale. Ce n’est pas un hasard si l’islam consacre les dattes comme nourriture miracle dont la consommation remonte en effet à plusieurs siècles.

Conscient de ces vertus le Maroc tente de valoriser et réhabiliter son patrimoine phoénicicole, si ce n’est améliorer son offre exportable ne serait-ce que pour satisfaire les besoins de la demande nationale sans cesse croissante. Et c’est dans ce cadre que s’inscrit la nouvelle dimension, internationale, de l’ancienne foire des dattes à Tafilalet. Le Salon international des dattes qui se tiendra du 30 septembre au 03 octobre à Erfoud (SIDATTES 2010) se veut un rendez-vous international de référence du palmier dattier.

Objectif : revitaliser ce créneaux à forte valeur ajoutée et saisir les opportunités d’affaires prometteuses que ce soit aux niveaux national qu’international, jusque-là sous-exploité. Surtout lorsqu’on sait que le potentiel de développement du secteur phoénicicole au Maroc est plein d’avenir comparativement à d’autres pays concurrents.

Sur le plan économique, la production nationale de dattes est évaluée à 100.000 tonnes, environ 3% de la production moyenne mondiale, situant le pays au 8e rang à l’échelle internationale après
l’Égypte (530.000), l’Arabie Saoudite (540.000), l’Iraq (500.000), l’Algérie (220.000) et les Émirats arabes unis (150.000). S’agissant du nombre de dattiers existant au Maroc, il est évalué à 4,4 millions de pieds, occupant ainsi le 8e rang au niveau mondial, après l’Iraq (21,5 millions ), l’Arabie Saoudite (12 millions), l’Egypte (11 millions), le Sultanat d’Oman (8 millions ), l’Algérie (7,5 millions de), la Libye (7 millions ) et le Soudan (4,7 millions ).

Selon l’Office régional de mise en valeur agricole du Tafilalet-Errachidia (ORMVATF), les dattes occupent une place importante parmi les productions fruitières au niveau national avec une valeur brute moyenne de l’ordre de 500 millions de dirhams. Enfin, la consommation nationale de cette denrée, 3 kg/habitant/an, reste largement en deçà du niveau enregistré dans les zones de production et qui est de 15 kg/habitant.

http://www.lesoir-echos.com/wp-content/uploads/paysage13-copie.jpg (http://www.lesoir-echos.com/wp-content/uploads/paysage13-copie.jpg)

Mohamed Mounjid | 29 septembre 2010 à 8 h 55 min

Black
29/09/2010, 12h09
A quand une surproduction de Medjhoul au Maroc un vrai décice cette datte hors norme.

Cookies