PDA

Voir la version complète : Les telecom en algérie sont la cible des prédateurs


citoyen
21/03/2006, 14h12
Moins d’un semestre après l’activation de son premier réseau multiservices (RMS), la société Smart Link Communication (SLC) affiche une nette progression de son business.
D’après son vice-président, Lotfi Nezzar, SLC dispose actuellement d’un portefeuille de 400 entreprises connectées. L’effet de la présentation de l’été 2005 a véritablement stimulé le marché qui, désormais, selon le même responsable, ressent la valeur ajoutée que peut avoir une technologie novatrice. C’est, ainsi, que le développement des services est envisagé sur plusieurs fronts. SLC prend le challenge de pénétrer le marché de la téléphonie IP sur la plate-forme du Wireless. C’est tout simplement la téléphonie de la quatrième génération. Pour les chercheurs de SLC, MM. Meghezzi et Kateb, notamment, le sort de la troisième génération (3G) est scellé avec l’avènement du wireless. « Elle (3G) est née en avance sur son temps, elle est condamnée à disparaître tôt » pour paraphraser M. Nezzar. C’est-à-dire que la 3G est déjà grillée.






Il est attendu, donc, dans un futur proche, que les constructeurs de terminaux téléphoniques (Nokia...) développent des équipements adaptés au wireless pour en faire un produit de large consommation. D’ores et déjà, les Salons internationaux sur les technologies de l’information et de la communication enregistrant l’arrivée de quelques prototypes. D’après Dr Kateb, il faut s’attendre à un début de lancement à échelle mondiale dès le second semestre de l’année en cours. C’est dire que le passage à un nouveau cycle technologique est imminent. De son côté, SLC compte se lancer dans ce domaine dès le mois de mars prochain en annonçant des offres exclusives, particulièrement sur la téléphonie. L’avantage principal de la téléphonie IP sur la base du Wireless est ressenti à travers l’amélioration de la qualité de la voix. Des essais effectués, hier, lors d’une cérémonie marquant la dotation du bureau d’Alger de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) d’une connexion wireless, démontrent le degré d’évolution de la technologie.

L’autre intérêt du wireless est la disparition des frontières géographiques délimitant les espaces d’interventions des opérateurs téléphoniques (fixe et GSM). Le monde se prépare, ainsi, à une révolution dans la téléphonie. Ce qui n’est pas sans remettre en cause les champs de pouvoir acquis par les opérateurs conventionnels. Pour exemple, le roaming aujourd’hui chèrement facturé ne sera plus de mis, puisque le fameux « 00 » de l’international n’existera plus. C’est une parmi tant d’autres applications. Sur le marché domestique, SLC a poursuivi le déploiement de son réseau. Ainsi, six wilayas sont servies avec pratiquement 92% de couverture du Grand Alger. La capitale concentre, en effet, une grande partie des clients. Pour le sud algérien, eu égard aux coûts de déploiement élevés, le passage par la fibre optique d’Algérie Telecom est inévitable. L’opérateur public, qui jouit d’une position dominante, pratique, faut-il le relever, des tarifs dissuasifs. C’est ce qui permet aux fournisseurs de solutions VSAT de prospérer. SLC, détenteur exclusive de la technologie wireless, est en mesure de produire de l’Internet à haut débit, de la VoIP, du VPN (Virtual Private Network), ainsi que du conseil technique à l’adresse des sociétés, et ce, par l’intégration de solutions.

Voix, images et données se transmettent dans des canaux sécurisés sans recourir à la ligne téléphonique. Pour l’Internet, il est soutenu que SLC offre « un meilleur rapport qualité-prix, un temps de déploiement et d’installation inégalé, une connexion fiable, entièrement disponible et sécurisée, un téléchargement illimité (download extreme), une augmentation de la bande passante à la demande en temps réel, une solution entièrement indépendante du câble et du téléphone, une haute qualité de service hotline 24h/24 et 7j/7 avec télémaintenance et intervention sur site dans les plus brefs délais, une évolutivité vers des services à valeur ajoutée tels que visioconférences, VoIP, VPN, etc. ».

Pour les entreprises, il existe la solution IP/MPLS garantissant « un accès privé et sécurisé de tous les sites aux ressources de l’entreprise via le IP/MPLS (raccordement des sites selon la disponibilité : boucle locale radio, XDSL, fibre, GSM, GPRS...), sécurité, réseau IP privé, technologie MPLS, qualité de service par classe disposant chacune d’un niveau de priorité, sortie Internet mutualisée sécurisée pour tous les sites raccordés au réseau, connectivité « any-to-any », accès Extranet pour une gestion autonome, entre autre.

Sur l’ensemble de ses prestations, SLC veut affiner la formulation de ses offres avec davantage de personnalisation selon le profil et les besoins du consommateur. « Il ne s’agira plus, conclut Dr Kateb, de facturation forfaitaire de votre consommation Internet ni des services que vous utiliseriez. Vous ne payerez que ce que vous auriez consommé. »


La presse algérienne lance une compagne de promotion d'un opérateur fantôme, soumis à aucune loi. En effet en consultant le site de l'ARPT, il n'est fait mention d'aucune licence attribuée à SLC.
A ce titre l'ARPT ne mentionne nulle part cet opérateur tiré du néant, mieux le projet de loi concernant la voieIP est en cours d'étude :
http://www.arpt.dz/Actu/commentaire/AppelVoIP.pdf

On notera au passage que le vice président du dit opérateur n'est autre que Lotfi Nezzar (Fils du général Nezzar), celui qui a cassé la gueule à un certain Sid Ahmed Semiane (S.A.S) pour les connaisseurs.

mieux encore sur le site de cette SLC on notera au passage les réalisations titanesques de cet opérateur qui se limite à des installation de bornes wimax...
http://slc-wireless.com/realisation.htm

Il ne faut pas être choqué de la nature des clients dont la quasi totalité est du domaine public.
Le classement de l'algérie en 97 position des pays les plus corrompus de la planète est justifié.

Au suivant.

Cookies