PDA

Voir la version complète : Les entreprises espagnoles à l’épreuve d'un « Maghreb compliqué »


jawzia
05/10/2010, 10h48
Écrit par Oussama Nadjib Mardi, 05 Octobre 2010

1900 millions de dollars ! Les médias espagnols ont mis en exergue l’ampleur de la facture que devra payer le groupe Gas Natural (GN) à Sonatrach à la suite de la décision du tribunal d’arbitrage de Paris du 16 aout dernier qui donnait raison à l’entreprise publique algérienne d’hydrocarbures dans le contentieux sur le prix du gaz opposant les deux parties. Au-delà, c’est un « Maghreb compliqué » qui met les intérêts espagnols à l’épreuve. Un regard espagnol sur une relation triangulaire difficile.

http://www.maghrebemergent.com/images/zapatero_bouteflika.jpg
Le président Bouteflika et le chef du gouvernement Zapatero


Les médias espagnols mettent en exergue régulièrement les difficultés majeures de l’Espagne à gérer ses intérêts vis-à-vis de ses deux voisins du sud, l’Algérie et le Maroc. Jésus Cacho Cortes, vieux routier du journalisme économique (il a fait ABC, El Pais, El Mundo) qui dirige désormais le site en en ligne El Confidencial regrette presque les temps béni du père Duran Farrel, «l’un des entrepreneurs les plus influents de la transition », ancien président de Gas Natural qui « connaissait le désert algérien presque aussi bien que le village de Caldes de Montbui où il est né ». Duran Farell, explique-t-il, a tissé des relations directes avec les algériens immédiatement après l’indépendance et a convaincu les responsables algériens de signer un accord à long terme de vente de gaz à l’Espagne. « Cela n’a pas été facile », écrit le chroniqueur-analyste, mais quand surgissait un problème apparemment insoluble, Duran s’enfonçait dans le désert. Il s’installait en bivouac à coté d’un puits et attendait le temps qu’il faut, jusqu’à ce que les dirigeants de Sonatrach viennent à sa rencontre. Ces liens que le père Duran a tissés en Algérie ont permis des succès qui contrastent aujourd’hui avec la « détérioration » des relations entre Sonatrach et Gas Natural. La cause ? Le tournant pro-marocain effectué par le gouvernement de Rodriguez Zapatero. « L’idée qu’énergie et géostratégie vont toujours de pairs dans le monde moderne est une assertion qui se traduit en réalité blessante dans le cas de l’Espagne ». L’Espagne subit donc les contrecoups de la « rivalité historique » entre l’Algérie et le Maroc. A chaque veille de réunion de l’assemblée générale de l’Onu, le « Sultan de Rabat serre les vis autour de Ceuta et Melilla pour rappeler à Madrid qu'il ne le convient pas d'appuyer à New York des résolutions qui nuiraient à ses intérêts ». Et « notre héroïque Zapatero » fera ce qu’il faut. Sauf que les « tribulations de la Moncloa » - siège de la présidence du gouvernement espagnol – sont « très suivies » à Alger et cela donne des ruades qui « finissent toujours par rebondir sur le *** de GN (Gas Natural). La situation était totalement inversée sous le gouvernement Aznar « ami personnel du président Abdelaziz Bouteflika ».



Khelil, représentation vivante des « angoisses de Gas Natural »

Dans ce jeu de « ping pong », l’arrivée de Zapatero au pouvoir a fait empirer les choses. Au ministère de l’énergie algérien, Chakib Khelil, « président de fait de Sonatrach » allait devenir, écrit-il, la «représentation vivante » des angoisses de GN, et aussi de Repsol. Ce proche de Bouteflika, écrit le chroniqueur, maitrise parfaitement le catalan. Il a aussi vécu un certains temps à Ceuta et Melilla « et semble-t-il en a gardé un fort mauvais souvenir ». La hausse des prix du pétrole en 2005 a amené Khelil à croire qu’il pouvait convertir l’Algérie en une « Russie du Maghreb » qui ouvrirait et fermerait « le robinet du gaz à sa convenance ». Du coup, affirme-t-il, tout est « devenu difficile » avec Sonatrach qui jusque-là respectait scrupuleusement les contrats signés. Khelil a imposé une « politique très agressive, très dure contre les intérêts espagnols en Algérie ». Devant le refus espagnol, il y a eu recours au tribunal d’arbitrage dont la sentence a été favorable à Sonatrach. Jésus Cacho Cortes note que GN a décidé de faire un recours devant le Tribunal Fédéral de Genève mais qu’il y a peu d’espoir « à ce que le gazier espagnol obtienne autre chose qu’une perte de temps et d’argent ». La version algérienne est bien différente, explique le journaliste. Avec des prix de pétrole en forte augmentation – 100 dollars en 2007 et 150 à la mi-2008 – la renégociation du prix du gaz fourni à l’Espagne à travers le gazoduc GME était inévitable. Le contrat prévoyait la saisine du Tribunal d’arbitrage de Paris en cas de différend.



La rigidité de Vilaseca


Au printemps 2009, les algériens ont accepté une médiation menée par le basque Emiliano López Achurra, membre du conseil de GN, qui a failli être couronnée de succès. Chawki Rahal, vice-président et responsable du marketing de Sonatrach a accepté d’aller diner à Barcelone avec le président de Gas Natural, Salvador Gabarró et le directeur exécutif, Rafael Villaseca. « Ils ont décidé d'annuler le rendez-vous à la dernière heure ». Ils ont pensé que montrer une disposition à négocier serait faire preuve de « faiblesse et envoyer un signal que les choses allaient mal au niveau du Tribunal de Paris ». « Ils se sont trompés. Les consommateurs espagnols finiront par en payer les conséquences ». Le climat n’était pas propice à un accord. La décision de Sonatrach de rompre unilatéralement en novembre 2007 le contrat de développement du grand projet de Gassi Touil confié au consortium espagnol GN-Repsol a été perçue, « dans le monde énergétique comme un symptôme clair de la furie nationalisatrice impulsée par Khelil ». L’affaire tranchée par le Tribunal arbitral de Genève a été une nouvelle « douche froide » pour GN. «En sourdine, un actionnaire de référence de GN critique la « rigidité » d’un homme aussi brillant que Villaseca ». Il a choisi la confrontation avec une entreprise qui est un Etat et n’a pas tenu compte de la géographie et des intérêts stratégiques qui lient l’Espagne à son premier fournisseur de gaz.



Des coups de pieds à Zapatero… dans le *** de Gas Natural


Existe-il une relation entre le différend de GN avec Sonatrach et la question du Sahara Occidental ? Du coté du gazier espagnol, on confirme qu’il n’y a jamais eu de pressions directes… mais, dit-on, « si on observe les dates, il est loisible d’arriver à quelques conclusions significatives ». Certains affirment que les problèmes des entreprises espagnoles avec Sonatrach ont commencé avec l’arrivée de Zapatero à la Monclua et à son pari avec le Maroc. « Quand il y a des problèmes politiques, les algériens donnent des coups de pied à Zapatero dans le *** de Gas Natural… ». A tort ou à raison, les entreprises espagnoles considèrent que le débarquement du staff de Sonatrach et le limogeage de Khelil dessinent un « horizon propice pour parvenir "un accord sensé pour tous". On fait valoir que la crise économique a eu des incidences sur les prix et sur les volumes exportés par Sonatrach. L’Espagne a en outre réduit sa dépendance à l’égard de l’Algérie. Le bonheur de GN serait complet, explique le journaliste, si on lui refermait la « brèche » ouverte qui permet à Sonatrach de vendre directement du Gaz en Espagne. GN y voit une menace sur son marché et un « reste des idées « impériales » de Khelil.


Dormir sous les étoiles comme le père Duran


En réalité, estime Jésus Cacho Cortes, on est devant un problème « sensible » lié à une « diplomatie espagnole faible, frôlant désormais la servilité sans fin quand il s’agit de Rabat ». Les services algériens connaissent également les relations étroites personnelles qui lient le Roi Juan Charles I à Mohamed VI et cela ne contribue pas non plus à « une situation d'équilibre entre nos voisins belliqueux nord-africains ». Conclusion dubitative de l’analyste : « l'Espagne semble condamnée à subir alternativement le harcèlement de l'Algérie ou du Maroc voire des deux à la fois ». Sa conclusion ? Les entrepreneurs énergétiques espagnols, au lieu de lieu de faire antichambre à la Moncloa pour demander de l’aide, devraient « faire comme le père Duran et aller au désert de temps en temps dormir sous les étoiles ».

SLOUGI
05/10/2010, 11h16
Khelil, représentation vivante des « angoisses de Gas Natural »

Dans ce jeu de « ping pong », l’arrivée de Zapatero au pouvoir a fait empirer les choses. Au ministère de l’énergie algérien, Chakib Khelil, « président de fait de Sonatrach » allait devenir, écrit-il, la «représentation vivante » des angoisses de GN, et aussi de Repsol. Ce proche de Bouteflika, écrit le chroniqueur, maitrise parfaitement le catalan. Il a aussi vécu un certains temps à Ceuta et Melilla « et semble-t-il en a gardé un fort mauvais souvenir ». La hausse des prix du pétrole en 2005 a amené Khelil à croire qu’il pouvait convertir l’Algérie en une « Russie du Maghreb » qui ouvrirait et fermerait « le robinet du gaz à sa convenance ». Du coup, affirme-t-il, tout est « devenu difficile » avec Sonatrach qui jusque-là respectait scrupuleusement les contrats signés. Khelil a imposé une « politique très agressive, très dure contre les intérêts espagnols en Algérie ». Devant le refus espagnol, il y a eu recours au tribunal d’arbitrage dont la sentence a été favorable à Sonatrach. Jésus Cacho Cortes note que GN a décidé de faire un recours devant le Tribunal Fédéral de Genève mais qu’il y a peu d’espoir « à ce que le gazier espagnol obtienne autre chose qu’une perte de temps et d’argent ». La version algérienne est bien différente, explique le journaliste. Avec des prix de pétrole en forte augmentation – 100 dollars en 2007 et 150 à la mi-2008 – la renégociation du prix du gaz fourni à l’Espagne à travers le gazoduc GME était inévitable. Le contrat prévoyait la saisine du Tribunal d’arbitrage de Paris en cas de différend.


Je croyais que l'Algérie était neutre dans le dossier du SO.

arazi
05/10/2010, 12h28
tant que l'algerie joue a ce jeu , elle ne gagnera jamais !

azouz75
05/10/2010, 12h59
1900 millions de dollars ! Les médias espagnols ont mis en exergue l’ampleur de la facture que devra payer le groupe Gas Natural (GN) à Sonatrach

1.9 MDS $, c'est un peu dur pour GN en ce moment de crise .

absent
05/10/2010, 13h14
tant que l'algerie joue a ce jeu , elle ne gagnera jamais !

Elle a gagne 1,9 Milliards deja, pas maaal :mrgreen:

bledard_for_ever
05/10/2010, 13h25
Elle a gagne 1,9 Milliards deja, pas maaal :mrgreen:

il faut une conversion pour qu'il comprenne : 19 milliards de DH :mrgreen:

absent
05/10/2010, 13h28
il faut une conversion pour qu'il comprenne : 19 milliards de DH

On rajoute quelques broutilles et le TJV ( Train Jouet Virtuel ) Deviendra un vrai TGV:mrgreen:

arazi
05/10/2010, 13h30
le sens donné a "elle ne gagnera jamais" c'est dans le sens ou avec les millard elle devrait se comparer au koweit et avoir une situation stable..

absent
05/10/2010, 13h32
le sens donné a "elle ne gagnera jamais" c'est dans le sens ou avec les millard elle devrait se comparer au koweit et avoir une situation stable..

L'Algerie est l'Algerie, le Koweit est le Koweit.
La comparaison est laissee pour d'autre.

Histo
05/10/2010, 14h04
a furie nationalisatrice impulsée par Khelil

:72: :72: un peu de sérieux les gars Khelil impulse le nationalisme ...non mais

absent
05/10/2010, 14h22
le sens donné a "elle ne gagnera jamais" c'est dans le sens ou avec les millard elle devrait se comparer au koweit et avoir une situation stable..

pauvre ignorant ... t'aurais dis l’Arabie saoudite ça aurait été plus réaliste, meme si cette dernière exporte 8 fois plus de pétrole que l'Algérie ...

Nourman
05/10/2010, 14h29
Elle a gagne 1,9 Milliards deja, pas maaal :mrgreen:

il faut une conversion pour qu'il comprenne : 19 milliards de DH :mrgreen:

allah ybark, besa7thoum puisque vous êtes content pour eux :mrgreen:

Le prolétaire
05/10/2010, 15h10
C'est bizarre que l'article souligne que l'espagne est au pied de rabat ou de l'algérie sans que cela n'affecte personne

Bachi
05/10/2010, 15h51
Salut Jawzia


La cause ? Le tournant pro-marocain effectué par le gouvernement de Rodriguez Zapatero.

Comment peut-on expliquer que le socialiste Zapatero soit plus pro-Maroc qu'Aznar sur une question telle que celle du conflit du S.O ?
Est-ce seulement un alignement sur les socialistes français ?

othmane26
05/10/2010, 15h59
il faut que l algerie garde de bonne relation avec l espagne , parceque le gaz ne sera pas tjrs au rendez vous a long terme .

SLOUGI
05/10/2010, 16h03
Comment peut-on expliquer que le socialiste Zapatero soit plus pro-Maroc qu'Aznar sur une question telle que celle du conflit du S.O ?
Est-ce seulement un alignement sur les socialistes français ?

Les socialistes français ne sont pas traditionnellement pro-Maroc. Ils le sont devenus petit à petit sous Mitterrand qui au départ n'était pas tendre mais la realpolitik l'a emporté.

De toutes façons, l'Espagne et le Maroc sont condamnés à s'entendre de par leur histoire, géographie, la diaspora marocaine en Espagne et le business.

jawzia
05/10/2010, 20h33
Comment peut-on expliquer que le socialiste Zapatero soit plus pro-Maroc qu'Aznar sur une question telle que celle du conflit du S.O ?
A trois jours des élections, Zapatero était donné largement perdant devant Aznar. Puis ....
Je croyais que l'Algérie était neutre dans le dossier du SO.
Il n'y a que les Gaz rares qui sont neutres.

CaboMoro
05/10/2010, 20h55
A trois jours des élections, Zapatero était donné largement perdant devant Aznar. Puis ....
________________________________________

C'est pour ca je reste optimiste pour 2012. qui sait!! un autre puis...

ott
05/10/2010, 20h55
Les relations sont plus veilles, et celles de Moratinos aussi... les temps ont changé depuis que l'opposition socialiste espagnole était réfugiée à Alger...

bledard_for_ever
05/10/2010, 22h00
l espagne est confronté aux pressions démographique, de drogue et de terrorisme venant du maroc, et est liée energétiquement à l algérie c est une équation à 1 constante et à 3 inconnues.

Aznar a réduit les 3 inconnues à une seule le makhzen. Une inconnue lui a explosé.
Zapatero a omis la constante il n avait plus d équation à résoudre pas de politique. C un faible qui doit son élection a 3 explosions

kaiser
05/10/2010, 22h03
espagne est confronté aux pressions démographique, de drogue et de terrorisme venant du maroc, et est liée energétiquement à l algérie c est une équation à 1 constante et à 3 inconnues.

Aznar a réduit les 3 inconnues à une seule le makhzen. Une inconnue lui a explosé.
Zapatero a omis la constante il n avait plus d équation à résoudre pas de politique. C un faible qui doit son élection a 3 explosions

enfin on tient notre futur premier nobel du monde arabe en analyse politique

bledard_for_ever
05/10/2010, 22h09
ton monde arabe
C très facile

FRIMIJA
05/10/2010, 23h26
Le tournant pro-marocain effectué par le gouvernement de Rodriguez Zapatero.

.........................

Je me suis arrêté là et du même coup j'ai compris pourquoi l'article a été posté.
Pauvre naïf qui croit , par cette position ,que l'Espagne d'Aznar est de son coté alors que c'est une gueguerre entre deux partis rivaux qui cherchent à prendre le pouvoir.
Demain les choses pourraient changer au gré des circonstances et des intérêts de ces deux partis ...

Cookies