PDA

Voir la version complète : Rachat de Djezzy et des actifs de BP : Le président russe va tenter de séduire l’Algérie


arayzon
06/10/2010, 14h05
Les discussions amorcées entre Orascom Telecom et Vimpelcom ne modifient pas le projet de rachat par l’Algérie de Djezzy, la filiale locale d’Orascom, a déclaré mardi le ministre algérien de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement.


« Tout changement dans l’actionnariat d’Orascom Telecom Holding (OTH) ne remet pas en cause les engagements déjà pris pour céder Orascom Telecom Algeria (OTA) à l’Etat algérien », a déclaré le ministre Mohamed Benmeradi, cité par l’agence de presse officielle APS.
Les négociations en cours entre l’Etat algérien et les propriétaires du groupe OTA ne sont pas remises en question, a-t-il ajouté, faisant référence aux discussions entre Vimpelcom et Orascom Telecom. L’opérateur mobile russe a annoncé lundi la prise de contrôle de l’égyptien Orascom Telecom.

Le ministre a précisé que Djezzy n’était pas concerné par ces négociations et que l’Algérie était toujours disposée à acquérir la filiale.
« Ce sont deux opérations distinctes. La première concerne une transaction entre deux groupes internationaux et la seconde relève d’une procédure de transfert de droits (dans Djezzy) (…) à la suite de la décision de l’Etat algérien d’exercer son droit de préemption. » Danc cet optique, Dmitri Medvedev s’apprête à des négociations difficiles mercredi pour tenter de convaincre Alger d’approuver la vente de son principal opérateur de téléphonie mobile et les actifs algériens de BP à des entreprises russes.
Les directeurs généraux de Vimpelcom et de Gazprom Alexandre Izossimov et Alexeï Miller accompagnent Dmitri Medvedev en Algérie, tout comme le milliardaire russe Mikhaïl Fridman, dont le groupe détient 40% de Vimpelcom. Le président russe est en Algérie pour une visite officielle d’une journée.
Vimpelcom a annoncé lundi le rachat de l’italien Wind et la prise de contrôle de l’égyptien Orascom Telecom pour 6,6 milliards de dollars (4,82 milliards d’euros) afin de devenir le cinquième opérateur mondial de téléphonie mobile.

Mais l’avenir de la filiale algérienne d’Orascom, Djezzy, sa première source de chiffre d’affaires, n’est pas encore réglé alors que le gouvernement algérien souhaite nationaliser cette société.
« La présence de Medvedev n’est pas vraiment une coïncidence », estime Elena Mills, analyste chez Alfa bank.
« Maintenant qu’un accord a été annoncé, (le président russe) pourrait soulever la question de Djezzy. Le fait que la Russie et l’Algérie possèdent toutes les deux des actifs gaziers et pétroliers est utile; un terrain d’entente pourrait être trouvé. »

Interrogé pour savoir si la visite en Algérie de Dmitri Medvedev pourrait faire avancer le dossier Djezzy, l’homme d’affaires égyptien Naguib Saouiris, auquel Vimpelcom a racheté Wind et le contrôle d’Orascom Telecom, a répondu: « Oui, certainement ».
« Je suis certain qu’il (Medvedev) va soulever la question », a-t-il dit, en ajoutant que la transaction avait 90% de chances de réussir.
Saouiris a dit ensuite que Vimpelcom prendrait part aux discussions d’Orascom Telecom avec Alger. « En relation avec la situation algérienne, dans la mesure où l’accord a été signé, Vimpelcom a un droit de regard primordial dans toutes les négociations ».

Outre le dossier Djezzy, Dmitri Medvedev va également discuter d’un accès accru des entreprises russes au secteur algérien du gaz et du pétrole.
La Russie souhaite notamment que son géant gazier Gazprom développe sa coopération avec la société algérienne Sonatrach.
L’Algérie étudie également une requête de BP demandant l’approbation de la vente de ses actifs algériens à sa coentreprise russe TNK-BP.

Source : algerie focus

Cookies