PDA

Voir la version complète : M-O/ Afrique du Nord:reprise solide (FMI)


nacer-eddine06
06/10/2010, 15h03
AFP
06/10/2010 | Mise à jour : 14:45 Réagir
Les économies du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA) connaissent cette année une solide reprise grâce à la hausse du prix du pétrole, a indiqué mercredi le Fonds monétaire international (FMI).

Le taux de croissance pour ces régions doit atteindre 4,1% en 2010 contre 2% en 2009, a précisé le FMI dans son rapport économique pour octobre.
Le FMI table par ailleurs sur une croissance de 5,1% en 2011.

"La vigueur de la récente reprise économique dans la zone MENA a été soutenue par la hausse des prix du pétrole en 2009, qui a accru les revenus pétroliers dans la région", souligne le Fonds.

Les économies de la zone MENA ont aussi bénéficié d'une "réponse fiscale (à la crise) rapide et significative notamment dans les pays exportateurs de pétrole" dont les effets ont rejailli sur les autres pays "en raison des liens commerciaux étroits entre ces deux groupes d'économie", selon le FMI.
La zone MENA comprend les pays exportateurs de pétrole que sont l'Algérie, Bahreïn, l'Iran, l'Irak, le Koweït, la Libye, Oman, Qatar, l'Arabie saoudite, le Soudan, les Emirats arabes unis, le Yémen, ainsi que l'Egypte-Djibouti, la Jordanie, le Liban, la Mauritanie, le Maroc, la Syrie et la Tunisie, considérés par le rapport comme des importateurs de pétrole.
Le premier groupe de pays devrait connaître une croissance de 3,8% en 2010 et 5% en 2011 alors que les économies du second, qui ont progressé de 4,6 en 2009, devraient croître de 5% en 2010 et 5,2% en 2011.

Le FMI a cependant mis en garde contre les effets de toute baisse des prix du pétrole et de possibles turbulences économiques en Europe, principal partenaire commercial des pays non exportateurs de pétrole.

nacer-eddine06
06/10/2010, 15h57
FMI: solide reprise des économies du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (dév.)

Washington (awp/afp) - Les économies du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA) connaissent cette année une solide reprise grâce à la hausse du prix du pétrole, selon un rapport du Fonds monétaire international (FMI) publié mercredi à Washington.

Le taux de croissance pour ces régions doit atteindre 4,1% en 2010 contre 2% en 2009, a précisé le FMI dans ses prévisions semestrielles.

Le FMI table par ailleurs sur une croissance de 5,1% en 2011.

"La vigueur de la récente reprise économique dans la zone MENA a été soutenue par la hausse des prix du pétrole en 2009, qui a accru les revenus pétroliers dans la région", souligne le Fonds.

Le prix du baril tourne actuellement autour de 80 dollars après avoir plongé à 30 début 2009, alors qu'il avait atteint un record de plus de 140 dollars pendant l'été 2008.

Les économies de la zone MENA ont aussi bénéficié d'une "réponse fiscale (à la crise) rapide et significative notamment dans les pays exportateurs de pétrole" dont les effets ont rejailli sur les autres pays "en raison des liens commerciaux étroits entre ces deux groupes d'économie", selon le FMI.

La zone MENA comprend les pays exportateurs de pétrole que sont l'Algérie, Bahreïn, l'Iran, l'Irak, le Koweït, la Libye, Oman, Qatar, l'Arabie saoudite, le Soudan, les Emirats arabes unis, le Yémen, ainsi que l'Egypte, Djibouti, la Jordanie, le Liban, la Mauritanie, le Maroc, la Syrie et la Tunisie, considérés par le rapport comme des importateurs de pétrole.

Le premier groupe de pays devrait connaître une croissance de 3,8% en 2010 et 5% en 2011 alors que les économies du second, qui ont progressé de 4,6 en 2009, devraient croître de 5% en 2010 et 5,2% en 2011.

Le FMI a cependant mis en garde contre les effets de toute baisse des prix du pétrole et de possibles turbulences économiques en Europe, principal partenaire commercial des pays non exportateurs de pétrole.

"Les perspectives économiques dans la région sont liées aux développements économiques dans le monde et en premier lieu à leur impact sur les prix du pétrole".

Le FMI a averti que toute hausse du prix du pétrole à l'avenir serait "modeste". "La demande (sur le pétrole) sur les marchés émergents sera atténuée par une demande stagnante des économies développées".

Les économies de la MENA, à l'exception de celles de l'Egypte et du Liban, font face également au déclin des flux financiers extérieurs et une épargne en baisse qui limite la capacité des banques à prêter de l'argent, selon le FMI.

L'Egypte aura une croissance robuste de 5% en 2010 et de 5,2% en 2011, après 4,6% en 2009 alors que le Liban, qui a une dette de 51 milliards de dollars, soit 156% du PIB en 2009, devrait avoir la meilleure croissance des non exportateurs de pétrole avec 8% en 2010 contre 9% en 2009. Le Liban a pu résister à la crise grâce à un flux de capitaux en 2009.

Mais la croissance libanaise devrait baisser à 5% en 2011.

Le Qatar, pays gazier, a la plus forte croissance. Il devrait avoir 16% de croissance en 2010 et 18,6% en 2011, contre 8,6% en 2009. La croissance saoudienne devrait être de 3,4% en 2010 et de 4,5% en 2011 contre seulement 0,6%.

Aux Emirats, ce taux devrait être de 2,4% cette année et de 3,2% en 2011 après une croissance négative de 2,5% en 2009.

L'Iran devrait connaître une croissance de 1,6% en 2010 et 3% en 2011, contre 1,1% en 2009. Le Soudan aura une croissance de 5,5% et 6,2% respectivement en 2010 et 2011.

En Afrique du Nord, l'économie du Maroc doit croître de 4% en 2010 contre 4,9% en 2009, celle de l'Algérie doit progresser de 3,8% en 2010 et de 4% en 2011 alors que celle de la Tunisie devrait avoir 3,8% de croissance en 2010 contre 3,1% en 2009.

rp

(AWP/06 octobre 2010 15h31)

Cookies