PDA

Voir la version complète : Chaouchi:Je présente toutes mes excuses au peuple algérien, je promets de devenir un joueur exemplai


kenzy
14/10/2010, 10h00
Chaouchi à Echorouk : « Je présente toutes mes excuses au peuple algérien, je promets de devenir un joueur exemplaire »


Le gardien international Fawzi Chaouchi était très content, en venant effectuer sa séance d’entrainement au stade du 8 Mai 1945, après la déclaration faite par le sélectionneur national concernant le retour de l’enfant de Bordj Menaïel parmi les Verts. Chaouchi a révélé, dans cet entretien accordé à Echorouk, que les déclarations du sélectionneur national lui ont donné du baume au cœur et l’ont responsabilisé.




Echorouk : Comment trouvez-vous la déclaration du sélectionneur national quant à ton retour parmi les Verts ?
F. Chaouchi : En toute franchise, avec une grande joie. Je pense que c’est une nouvelle naissance, parce que le vœu de tout joueur est de porter le maillot de la sélection nationale. Et moi, aujourd’hui, je me sens comme si je viens de renaitre.
Echorouk : Mais, certains pensent que vous n’êtes pas disciplinés, ce qui est un grand handicap pour vous ?
F. Chaouchi : La question de discipline fait partie du passé. L’essentiel, c’est que j’ai retenu la leçon. L’essentiel, c’est que je vais travailler pour ne pas décevoir le sélectionneur national.
Echorouk : Mais, le sélectionneur national a justifié votre retour au vu des excuses que vous avez présentées à la FAF ?
F. Chaouchi : Les excuses que j’ai présentées, vont, en premier lieu, au peuple algérien, ensuite à Mohamed Raouraoua. Je pense que mes excuses sont venues par une conviction personnelle. A un certain moment, j’avais le sentiment comme si j’ai déçu le peuple algérien. Et en tant que sportif, je dois dire qu’il faut se réconcilier, et demander des excuses quand on est fautif. Effectivement, le président de mon club, Abdelhakim Serrar, a été derrière cette action. C’est lui qui m’a remonté le moral, et nous en avons beaucoup parlé. A travers son expérience en tant que joueur et dirigeant, j’ai pu me remettre en question. Je le dis et je le répète encore une fois, je demande des excuses à tout le peuple algérien. Je promets d’être exemplaire à l’avenir. Je promets de donner une meilleure image et d’apporter un plus à la sélection nationale.
Echorouk : Comment voyez-vous les chances de la sélection nationale sous la houlette de Benchikha ?
F. Chaouchi : Franchement, le sélectionneur Benchikha est compétence pure algérienne. Son parcours professionnel et sa réputation sont allés au-delà des frontières. Le fait qu’il ait donné une chance au joueur local de prouver ce dont il est capable, cela l’honore beaucoup. Cela est perçu par mes coéquipiers comme étant un grand défi relevé par le sélectionneur national, et tous les joueurs locaux doivent saisir cette chance et l’aider à réaliser des résultats positifs confirmant la bonne santé du football algérien.
Echorouk : Mais, nous comprenons qu’il y à une sensibilité entre le joueur local et le joueur professionnel à l’étranger ?
F. Chaouchi : Aujourd’hui, dieu merci, tout le monde est professionnel. A nous, les joueurs locaux de dire notre mot, tant qu’on parle de jumelage entre les joueurs locaux et les joueurs évoluant à l’étranger. Mais, l’équipe nationale doit être au dessus de tous. La qualification est le seul critère pour porter le maillot de la sélection nationale.

Cookies