PDA

Voir la version complète : Apple est prêt à boycotter le marché français


morjane
23/03/2006, 18h20
Des amendements votés par les députés français fragilisent le modèle qui a fait le succès de iTunes et de l’iPod et Apple se déclare prêt à boycotter le marché français.

====

La loi française sur le droit d’auteur fait l’effet d’une bombe sur Internet. Dans une série d’amendements votés dans le cadre de la lecture de l’article 7, dans la nuit de mercredi à jeudi, les députés ont introduit dans la législation le concept d’« interopérabilité ». Ce mot barbare désigne la possibilité pour un consommateur de lire un fichier numérique sur l’ensemble des appareils, sans contrainte liée à une protection technique. Si la loi est promulguée en l’état, un internaute téléchargeant le dernier album du groupe « Hard-Fi » sur iTunes Music Store doit être en mesure de l’écouter sur n’importe quel baladeur numérique.

Ce n’est pas encore le cas aujourd’hui. Apple, la société éditrice d’iTunes, a verrouillé les fichiers vendus pour qu’ils ne soient lisibles que sur l’iPod, le baladeur maison. Avec l’interopérabilité, une pratique commerciale de ce type devient tout simplement illégale. Une fois la loi mise en application, n’importe qui pourrait donc attaquer Apple pour non respect de ce principe d’interopérabilité. Avec l’assurance de voir le verdict lui donner raison.

Apple n’est pas la seule touchée par cette loi. VirginMega et FnacMusic sont dans une situation comparable au regard du texte, puisque leurs services de vente de musique sont fondés sur une technologie Microsoft incompatible avec les ordinateurs Apple. Là encore, le nouveau texte devrait contraindre Microsoft à changer de stratégie.

Si la loi est la même pour les deux géants de l’informatique que sont Apple et Microsoft, les conséquences risquent d’être bien différentes. Apple ne possède qu’un peu plus de 2 % du marché des ordinateurs, tandis que Microsoft peut se targuer d’être présent sur 95 % des « micro » personnels.

Un milliard de morceaux légalement téléchargés

Steve Jobs, le patron de la firme californienne, a toujours expliqué que la restriction des droits de lecture sur iTunes était motivée par le poids colossal de son concurrent direct. Cette stratégie a permis de faire décoller le marché de la musique dématérialisée avec le succès du magasin en ligne iTunes. En un peu plus de deux ans, un milliard de morceaux a été légalement acheté et téléchargé via cette plate-forme.

Ce bel édifice risque d’être remis en cause. Bien qu’Apple reste muet sur le sujet, de nombreux observateurs estiment que la firme à la pomme pourrait retirer son offre de musique du marché français. Ce qui ferait alors le jeu des autres vendeurs du Web français, notamment VirginMega et FnacMusic, filiales respectives des groupes Lagardère et PPR.

Le silence des responsables d’Apple peut aussi s’expliquer par le malaise profond provoqué par cette loi. En effet, Apple n’éviterait pas un procès en décidant de fermer iTunes France.

La loi vise l’éditeur de la mesure technique de protection - Apple en l’occurrence - et non pas la plateforme qui l’exploite. La bataille de l’interopérabilité ne fait que commencer. Elle risque fort de se poursuivre devant les tribunaux.

Par le Figaro

Cookies