PDA

Voir la version complète : Coup de tonnerre en Kabylie : Hannachi suspendu 2 ans


Pecos
20/10/2010, 09h03
Fraîchement rentré de Tunis, le premier responsable du football algérien, Mohamed Raouraoua, a présidé hier mardi une réunion du Bureau fédéral au cours de laquelle ont été débattus plusieurs points, entre autres ceux liés aux différentes sélections nationales, aux clubs amateurs grévistes… Par ailleurs et selon certaines informations, il a été également question d’un sujet dont on n’a pas parlé dans le communiqué publié sur le site officiel de la Fédération algérienne de football. Il s’agit du cas de Mohand Cherif Hannachi, président de la JSK, auquel il est reproché d’avoir tenu des propos calomnieux à l’endroit du président de la FAF. L’on se souvient qu’au retour de la JSK de son voyage au Nigeria où elle avait affronté le Heartland, pour le compte de la 6e et dernière journée de la Ligue des champions africaine, la JSK avait été destinataire d’une correspondance de la part de la FAF dans laquelle il lui a été exigé de s’acquitter de la somme représentant le coût du vol spécial affrété au club kabyle pour rejoindre le Nigeria. Une façon de faire qui avait déplu au premier responsable kabyle, dans la mesure où ce vol devait être accordé à titre gracieux. Suite à quoi, il s’est attaqué au président de la FAF qui avait gardé le silence jusqu’à hier, en décidant de frapper d’une main de fer en infligeant une lourde sanction au doyen des présidents de club algériens. Selon nos informations, Hannachi aurait été suspendu pour une durée de deux ans. En quoi consiste cette sanction au juste ? Eh bien, tout simplement, le président kabyle sera interdit de stade et de représenter la JSK lors des réunions à caractère officiel.

Ce n’est pas le même cas que Gherib
Ce n’est pas la première sanction du genre de la part de la FAF à l’encontre d’un haut responsable de club. L’on se rappelle que Omar Gherib a été également suspendu pour la même durée, après s’être attaqué par voie de presse au président de la Fédération algérienne de football, l’accusant d’être un dictateur. Mais le cas des deux hommes est différent, dans la mesure où Omar Gherib n’est pas habitué à représenter le Mouloudia lors des réunions officielles ou des rencontres de football. Hannachi, qui est connu pour être un président de club très proche de son équipe première, ne rate pratiquement pas les matchs de la JSK. C’est en quelque sorte une sanction à l’encontre de la personne même de Hannachi, non pas envers le dirigeant, car personne ne pourra empêcher le premier responsable du club kabyle d’exercer sa fonction à la tête de la JSK.

Raouraoua voulait sa radiation à vie
Selon les informations, le président de la FAF a voulu faire preuve de plus de sévérité au sujet de cette sanction, lui qui voulait, en effet, radié à vie le président de la JSK, du mouvement sportif. Un souhait jugé trop sévère par certains membres du Bureau fédéral qui ont proposé une sanction d’une durée de deux ans. Et pour cause, si Hannachi décide de faire appel, cette sanction ne sera pas réduite, alors que si la radiation à vie avait été prononcée, une réduction de peine aurait été possible.

On compte l’ester en justice
Pour la Fédération algérienne de football, les choses ne s’arrêteront pas à cette sanction. Le premier homme du football algérien a décidé de saisir le tribunal pour diffamation. D’ailleurs, dès les premières déclarations de Hannachi, la FAF avait décidé de réagir en enclenchant une action en justice. Ce qui nous amène à dire que le bras de fer entre les deux parties n’est pas près de connaître son épilogue.

Sanctionné sans être entendu
Ce qui retient l’attention dans cette histoire, c’est que la Fédération algérienne de football a prononcé une telle sanction sans avoir donné à l’ «accusé» la chance de se défendre et de s’expliquer. Ce qui aurait été vivement souhaité pour celui qui est considéré comme le doyen des présidents de club de Ligue 1 et une figure incontournable du football algérien. Il est évident qu’après une telle décision contre sa personne, Hannachi ne restera pas les bras croisés. Il est attendu de lui qu’il contre-attaque dans les heures à venir.

Quelle sera la réaction des supporters ?
Il est fort probable que les choses prennent une autre ampleur, à la suite de cette décision prise par la FAF contre le président de la JSK. Nous voulons parler des supporters du club kabyle qui ne s’attendaient certainement pas à une telle sanction, si sanction devait être prise. Samedi passé, à l’occasion du match retour des demi-finales de la Ligue des champions africaine face au TP Mazembe, les supporters kabyles ne sont pas fait prier pour exprimer clairement leur colère à l’encontre du président de la Fédération algérienne de football, accusé par eux de faire preuve d’une attitude méprisante à l’encontre de leur club. Ainsi, nous avons pu voir des banderoles anti-Raouraoua fleurir un peu partout et entendre des slogans contre le président de la FAF. Avec cette sanction, l’animosité des supporters kabyles envers le président de la Fédération algérienne de football ne fera qu’accroître.


Le Buteur

uragano
20/10/2010, 10h36
Il n'y a rien sur le site de la FAF......

kenzy
20/10/2010, 11h17
en tous cas il la chercher , son comportement n'était pas du tous digne d'un président de club .

expulser les journalistes de l'entv , et d'autres journalistes , faire des problèmes pour se faire payer ses frais (il a réussit d'ailleurs ) on aurait dit un vieux mahboul

n'a pas vue setif et le crb faire le tapage médiatique qu'il a fait , alors qu'eux meme et lors de la meme période ont payés les frais de leurs voyage normalement

Gironimoo
20/10/2010, 11h23
je ne sais pas si cette info est vrai (le buteur n'étant qu'un torchon) ... mais si cette info s'avérait réelle ... ça serait le meilleur service qu'on ait rendu à la JSK ... d'écarter cet idiot incrusté de la tête de ce club. et la grande majorité des supporteurs de la JSK (la partie immergée de l'iceberg) accueilleraient cette nouvelle avec satisfaction.
car sa gestion ces dernières années est catastrophique et indigne de ce club ... c'est lui qui empêche ce club d'aller de l'avant .
il y'a des hommes 1000 fois plus intelligent, posé et respectable que lui qui aime la JSK tout autant.

uragano
20/10/2010, 11h47
Tout dépend de sa rentabilité politique…..

bourkabi
20/10/2010, 16h57
Sanctionné sans être entendu
Ce qui retient l’attention dans cette histoire, c’est que la Fédération algérienne de football a prononcé une telle sanction sans avoir donné à l’ «accusé» la chance de se défendre et de s’expliquer. Ce qui aurait été vivement souhaité pour celui qui est considéré comme le doyen des présidents de club de Ligue 1 et une figure incontournable du football algérien. Il est évident qu’après une telle décision contre sa personne, Hannachi ne restera pas les bras croisés. Il est attendu de lui qu’il contre-attaque dans les heures à venir.

je ne sais pas si cette mise a mort a eu lieu ou pas

dans le cas ou cette nouvelle est fondée , les interessés doivent savoir que cette execution à la staline vient en reaction a la protestation de ce president courage pour l'accueil et les facilités demeusurees accordées par le gouvernement algerien au club adversaire du congo pour des raisons connues par tout le monde : alignemement de cette republique du congo sur la position agressive du regime algerien vis a vis du maroc et, surtout, le mepris dans lequel le gouvernement eprouve pour tout ce qui touche la kabylie et les kabyles.

Jack_Sparrow
21/10/2010, 11h48
Selon le président de la ligue nationale de football, M. Mohamed Mecherara, le président de la JS Kabylie, Mohand-Chérif Hannachi, n’a fait l’objet d’aucune sanction par le bureau fédéral de la FAF et encore moins par l’instance qu’il dirige, à savoir la ligue nationale de football (LNF), et ce, suite aux informations parues hier dans la presse faisant état de la suspension du boss kabyle pour deux ans. “Je démens cette information qui n’a aucun fondement. Que cela soit à la FAF ou à la LNF, il n’a jamais été question d’une telle sanction”, a confié hier à liberté M. Mecherara qui a refusé du reste de s’étaler sur le sujet.
Cependant, selon une autre source, nous apprenons que Hannachi sera prochainement convoqué par la commission de discipline de la FAF, présidée par l’ex-président de la FAF, M. Hamid Haddadj, pour s’expliquer sur ses dernières déclarations à la presse dans lesquelles il fustigeait le président de la fédération, M. Mohamed Raouraoua, en l’accusant de “mener en solo l’instance fédérale”, et les membres du bureau fédéral coupables, selon lui, “de ne rien faire pour s’opposer au premier responsable de la FAF”. Autrement dit, Hannachi est passible de sanction.
Pour revenir aux déclarations de Hannachi contre Raouraoua, il faut savoir que ce n’est pas seulement lui qui en a gros sur le cœur, mais aussi… les égyptiens qui ont tiré à boulets rouges sur le président de la fédération algérienne de football. En effet, dans une déclaration au site Kora Arabia, l’un des dirigeants d’Al-Ahly du Caire, Adly el-Kaii, a rendu responsable Raouraoua de l’élimination d’Al-Ahly en demi-finale de la ligue des champions d’Afrique contre l’Espérance de Tunis.
“La CAF et Raouraoua sont derrière l’élimination d’Al-Ahly en désignant l’arbitre ghanéen qui a validé un but d’Eneramo entaché d’une main flagrante”, martèle-t-il. Adly el-Kaii a, en outre, accusé Raouraoua d’avoir contribué à la défaite d’Al-Ahly contre la JSK à Tizi Ouzou et d’avoir tout fait pour que “les sanctions contre la JSK suite aux incidents souvenus à la fin de la rencontre soient minimes (simple avertissement + amende).”

Libérté

je ne sais pas si cette info est vrai (le buteur n'étant qu'un torchon)
le terme "papier toilette" me semble plus approprié.

RoboCop
21/10/2010, 15h10
Le président de la JSK a été surpris en apprenant hier que le bureau fédéral aurait, lors de la réunion qu’il a tenue la veille, pris la décision de le suspendre pour deux années, pour avoir été l’auteur de déclarations agressives contre le premier responsable de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua. Néanmoins, Hannachi nous a appris que l’information a fait le tour du pays la veille même puisque, hier, lors d’une rencontre avec la presse locale venue connaître la version officielle de la direction kabyle, il nous fit savoir : «Je connais l’origine de cette information, c’est l’un des membres du bureau fédéral, Boukaroum en l’occurrence, qui est derrière cette information et qu’il s’est chargé lui-même de répandre». Hannachi n’est pas allé par quatre chemins, fustigeant Boukaroum, il dira :«Boukaroum a fait exprès de se rendre hier en début d’après-midi dans les lieux où la nouvelle allait vite se répandre, pour annoncer que Hannachi sera sanctionné pour deux années fermes», avant d’ajouter : «Je suis vraiment surpris d’entendre parler d’une suspension du président de la JSK pour deux années fermes, mais rassurez-vous, je sais d’où est partie la nouvelle qui, telle une traînée de poudre, s’est diffusée dans tout Alger avant d’atteindre la Kabylie, c’est bien Boukaroum, président de la Ligue inter-régions et membre du BF, qui s’est rendu dans des endroits où l’information allait se répandre très vite pour annoncer la nouvelle. Que tout le monde sache que je ne suis pas sanctionné, c’était une manière pour lui de tâter la réaction de la rue, un point c’est tout». Hannachi promet d’autres révélations dans les prochains jours, préférant d’abord connaître officiellement la position de la FAF à son égard.
------------------------------------

«Pourquoi me suspendre ? Parce que j’ai dit les quatre vérités, c’est ça !»
Hannachi semble confiant et serein en même temps, il estime qu’à l’heure qu’il est, il ne peut faire l’objet de sanction et qu’il est dans les règles à 100%, autrement dit, il n’y a aucune raison valable qui motiverait le bureau fédéral à prononcer une telle sanction contre lui. A cet effet, il dira : «Pourquoi me suspendrait-on de mes fonctions de président pour deux années ? Parce que j’ai dit les quatre vérités, c’est ça ! Je le dis et je le répète, l’affaire remonte au vol spécial dont nous avons bénéficié pour rallier le Nigeria, Raouraoua a bel et bien promis au MJS de prendre en charge le vol spécial, et le ministre de la Jeunesse et des Sports est là pour témoigner qu’il a reçu des garanties de Raouraoua pour le payer.»

«Que je sache, il y a bien une commission de discipline qui exerce au BF, non ?»
«A la fédération c’est la dictature. Que je sache, il y a bien une commission de discipline qui devrait m’entendre avant de prendre n’importe quelle décision, et c’est pour cette raison que je vous ai dit que le président Raouraoua est en train d’agir en dictateur à la FAF, ni plus ni moins.»

«Raouraoua s’acharne sur la JSK parce que je n’ai pas cédé à son chantage»
Hannachi est revenu encore sur la nature du contentieux qui existerait entre lui et le président de la fédération. Hannachi pense même que c’est la raison principale qui pousse Raouraoua à s’acharner sur la JSK avec la fameuse correspondance envoyée au club le jour même de son retour d’Owerri, Nigeria. «Je sais que Raouraoua s’acharne sur nous et la JSK parce que je n’ai pas répondu favorablement à son chantage, c’est tout !», a révélé Hannachi laissant les journalistes sur leur faim.

«Excepté deux ou trois personnes au BF, tous les autres membres sont des béni-oui-oui»
«Excepté deux ou trois membres du bureau fédéral, les autres sont des béni-oui- oui et appliquent à la lettre les recommandations du patron qui est en train d’exercer une dictature au niveau de la première instance du football où aucune décision n’est soumise à l’approbation des autres membres censés travailler avec lui. Dites-moi s’il y a quelqu’un au niveau de la fédération qui peut le contredire… Personne ! N’est-ce pas là une dictature au sens propre du mot ?»

«C’est anormal que des arbitres et des présidents de club soutiennent la FAF»
«Je n’arrive pas à comprendre que des présidents de club ainsi que des arbitres soutiennent la Fédération alors que l’union doit régner entre les présidents, car si aujourd’hui un club est lésé, demain ça sera un autre, et s’ils ne sont pas unis, il n’y aura jamais de force.»

«Même les Egyptiens se sont interrogés sur son absence à Tizi Ouzou»
«Pour vous dire, même les Egyptiens ont trouvé anormale son absence lors du match JSK-TP Mazembe, alors qu’il devait en toute logique être à Tizi, Raouraoua a préféré voyager en Tunisie pour être l’invité de la chaîne de télévision Nessma. Accorde-t-il un intérêt aux clubs qui représentent le football national à l’échelle continentale ? », s’est interrogé Hannachi.

«Qu’a cherché de bon Boukaroum en réunissant les présidents de ligue pour soutenir Raouraoua ?»
«Je ne connais aucun pays dans le monde où des présidents de ligue manifestent leur soutien au président de la FAF au détriment d’un président de club. Qu’a donc cherché Boukaroum en réunissant récemment tous les présidents de ligues de football de la région Centre pour leur demander d’exprimer leur entière confiance au président de la fédération, c’est anormal tout ça !»

«Raouraoua s’est rempli les poches et il s’en f… du devenir du football national qu’il dirige par téléphone»
Hannachi n’est pas allé avec le dos de la cuillère à l’encontre du président Raouraoua : «Si vous pensez que Raouraoua se soucie du football national. Eh bien, détrompez-vous ! La balle ronde figure parmi ses dernières préoccupations puisque maintenant ni la FAF ni la FIFA ne l’intéressent, il s’est bien rempli les poches, et le football est géré par ses soins par téléphone».

«La JSK a été déjà sanctionnée pour une année en 2002»
Pour le président de la JSK, il n’y a rien de nouveau dans ce genre de pratique visant la stabilité et la sérénité du club kabyle puisqu’il rappellera en substance la sanction qui a visé la JSK en l’an 2001 lorsque les Canaris avaient été sommés d’évoluer à Boumerdès : «Le stade de Tizi Ouzou a fait l’objet de sanction pendant toute la saison et, ironie du sort, l’hadj et l’hadj en veulent beaucoup à la JSK».

«C’est grave qu’au mois d’octobre nous n’en sommes qu’à la 3e journée du championnat»
Le président Hannachi ne manquera pas de regretter le fait que la compétition n’en est qu’à sa troisième journée alors que l’on approche de la fin du mois d’octobre. «Nous sommes en octobre et le championnat n’en est qu’à sa troisième journée, les autres pays du monde joueront leur septième ou huitième journée.»

«A partir de cette semaine, c’est Ouaked ou Boukhari qui occupera le poste de président par intérim jusqu’à l’AGO»
Préférant prendre un peu de recul lors des prochains jours pour des raisons personnelles, le président Hannachi a déclaré qu’il est sur le point de céder son poste en désignant le vice-président Ouaked ou le secrétaire général Boukhari à la présidence par intérim et ce, jusqu’à la tenue de la prochaine assemblée générale ordinaire, prévue dans les prochains jours. «Je suis fatigué et j’ai le droit de prendre un peu de recul, je vais désigner ces jours-ci Ouaked ou Boukhari pour assurer l’intérim à la présidence jusqu’à la tenue de l’AGO, je suis rassuré que des dirigeants compétents soient là au service de la JSK où ils assureront leur mission convenablement.»

«Je reviendrais donner un point de presse au cas où on essayerait de porter atteinte à la JSK»
«Je resterai toujours à l’écoute de l’actualité même si je serai absent, je ne laisserai personne porter atteinte à la JSK, je vous promets de donner un point de presse où je déballerai tout au moment opportun, je suis convaincu que nous sommes dans nos droits à mille pour cent et jamais à la JSK on ne laissera quiconque porter atteinte aux intérêts du club», a rassuré Hannachi.
.../...

Par Le Buteur.

RoboCop
21/10/2010, 15h11
«Jamais je n’ai proposé à Ghrib de jouer à Rouiba, au contraire si j’ai un choix à faire j’opterai pour le 5- Juillet»
Hannachi a aussi profité de son intervention hier pour faire la lumière sur un détail qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours :
«Je tiens à vous informer que je n’ai jamais parlé avec Ghrib à propos de la domiciliation du match face au MCA ni encore moins lui avoir proposé le stade de Rouïba, pour tout vous dire si j’ai à proposer un stade, moi, j’opterais pour le 5 Juillet sinon on a aucun conseil à donner au MCA».

«La JSK et le MCA sont liés par d’étroites et excellentes relations historiques»
Et pour répondre à tous ceux qui songent à porter un coup aux relations des plus anciens clubs du pays, le MCA et la JSK, Hannachi a affirmé : « La relation qui lie le MCA et la JSK ne date pas d’aujourd’hui ou d’hier, les deux clubs partagent un passé glorieux avec une histoire très riche qui les unit, personne ne pourra semer le trouble entre les deux clubs. ».

«Je le dis et je le répète, seule une union entre les présidents de club pourra mettre fin à la violence dans les stades»
«En tant que président de club, je vous dis que seule l’union entre nous, les présidents, bannira la violence dans les stades. Si un jour un président de club est bien reçu en déplacement, les supporters entre eux en feront de même dans les gradins, dans le cas contraire c’est-à-dire dans chaque stade où les présidents sont insultés, les supporters ne changeront pas d’attitude entre eux, c’est pour cela que j’appelle les présidents à s’unir comme à la belle époque du football national lorsque Abdelkader Khalef, Abtouche et Bouhelal géraient les affaires des clubs.»

«Si je suis solidaire avec le G 28, c’est par respect à mes collègues présidents»
«Si j’ai exprimé mon soutien au G28 c’est par respect à mes collègues présidents qui se trouvent dans l’impasse, il faut trouver une solution urgente à leur problème et ne pas les laisser à leur propre sort, ce sont quand même des responsables dans leurs wilayas respectives et ils méritent tous les égards de la part des responsables du football national.»

«N’oubliez pas que ce sont pas moins de 2800 jeunes qui se retrouveront dans l’impasse si aucune solution n’est trouvée à leur problème»
«Un simple calcul vous donnera pas moins de 2800 athlètes qui sont affiliés à ces clubs qui n’ont pas encore vu le bout du tunnel. Ce sont quand même de jeunes Algériens auxquels une attention particulière doit être accordée. Si aucun des présidents ne se manifeste pour exprimer son soutien, ça serait ingrat de notre part, car demain chacun de nous pourrait subir le même traitement et personne n’osera bouger le petit doigt.»

«Ouanez devant le conseil de discipline, c’est du n’importe quoi !»
Renouvelant son soutien à Ouanez, président de Hamra Annaba, Hannachi dira : «Je n’arrive pas à réaliser qu’une personne aussi respectée, crédible et très connue comme le président Ouanez de Hamra Annaba, soit traduite en conseil de discipline pour avoir essayé de défendre les intérêts des clubs, c’est du n’importe quoi ! Pour cela, je lui renouvelle mon soutien et ma solidarité contre vents et marée, n’en déplaise à quiconque.»

Par Le Buteur.

Cookies