PDA

Voir la version complète : Le Brésil attire les investisseurs chinois


zek
23/10/2010, 19h47
Attirée par le boom économique du Brésil, la Chine devait investir quelque 30 milliards de dollars (21,5 milliards d'euros) en 2010 dans ce pays sud-américain, poussée par son intérêt croissant pour les secteurs énergétique et de la construction avant les Jeux olympiques 2016.

"Jusqu'à la fin de l'année dernière, le montant des investissements chinois au Brésil était insignifiant, moins de 400 millions de dollars. Au cours du premier semestre 2010, ils ont dépassé 20 milliards de dollars et devraient atteindre 30 milliards cette année", a estimé Charles Tang, président de la Chambre de commerce et d'industrie Brésil-Chine.

Sur ce total, près de 20 milliards de dollars auront été investis dans le secteur pétrolier, après la ligne de crédit ouverte par la Banque de développement de Chine au géant pétrolier Petrobras (de quelque dix milliards USD) et de l'achat de la filiale brésilienne de l'espagnol Repsol par le groupe chinois Sinopec (pour 7 mds USD).

"La Chine investit dans le monde entier pour s'assurer les ressources stratégiques dont elle a besoin. Et le Brésil est évidemment important", a souligné M. Tang.
"Le Brésil a besoin d'investissements et de capital pour sa croissance et la création d'emplois dans le pays, ce dont la Chine ne manque pas. Tandis que la Chine a besoin de ressources minières, de pétrole et de terres dont le Brésil abonde", a-t-il ajouté pour expliquer que la relation commerciale entre les deux pays "ne faisait que commencer".

En 2009, la Chine est devenue le premier partenaire commercial du Brésil, devant les Etats-Unis, avec un commerce bilatéral de 36,1 milliards de dollars (25,8 mds d'euros). Ce chiffre sera supérieur cette année puisque de janvier à août le flux commercial entre les deux pays totalise déjà 35,4 milliards, d'après les derniers chiffres disponibles de la Banque centrale. Ricardo Anhesini, porte-parole du consultant KPMG Brasil, qui aide depuis 2001 les Chinois voulant s'installer au coeur du géant sud-américain, souligne qu'il y a un "grand nombre d'entreprises intéressées par la commercialisation de matières premières, d'équipements et d'infrastructure".

Il existe dans ce sens "une préférence pour s'installer à Sao Paulo et Rio de Janeiro en raison des transports. Les Etats du sud sont aussi une alternative", a-t-il dit à l'AFP. La proximité de deux grands événements sportifs, la Coupe du Monde de football Brésil-2014 et les Jeux olympiques en 2016 à Rio stimulent aussi les investissements chinois. "De nombreuses entreprises sont ici et veulent répondre aux besoins des JO et du Mondial" profitant du savoir-faire obtenu pendant les JO de Pékin en 2008, selon M. Tang qui cite l'équipement des stades en fauteuils, éclairage, panneaux électroniques. Le Conseil industriel Brésil-Chine a dit à l'AFP que les entreprises chinoises étaient "extrêmement intéressées" à participer à ces événements sportifs.

Une délégation chinoise viendra au Brésil en décembre pour sonder toutes les possibilités d'investissement.
"On leur recommande de venir le plus tôt possible pour qu'ils puissent s'adapter au modèle d'affaires brésilien", a souligné M. Anhesini.
Grâce à cet intérêt croissant pour les installations sportives, KPMG prévoit que de 2011 à 2013, les investissements chinois s'élèveront à 223 milliards de dollars au Brésil.

AFP

Cookies